Équilibriste sentimentale

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
24/345  (24/345)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 4 Mai 2011 - 19:07

    J’arrivai sur les terres du Palais des Rêves. J’entendis mes ballerines toucher la terre meuble et ma longue robe noire flotter au vent. J’avais tout pris de la même couleur que ma veste à capuche. Noir. Après avoir autant porté cette couleur, je m’étais presque mise à oublier les autres tons. Mais bon, après tout, le noir m’allait bien, je n’allais pas chercher plus loin.
    Mes habits, je les avais pris… ow, je ne sais plus trop où. Dans un de ces magasins où on pouvait trouver de tout. Dedans, j’étais allée dans le rayon « habits pour femmes » puis sous « robe ». Là, j’avais vu tout plein de choses, mais cela ne donnait pas vraiment quelque chose de distingué. Mais grâce à mes recherches, j’avais finalement trouvé ce que j’attendais. Chic et sobre, noire, pratique, tout ce dont je pouvais rêver, même si ce n’était pas vraiment ce que je préférais. Après avoir trouvé ce trésor, j’étais directement allée dans le rayon « chaussures » pour trouver quelque chose qui se concordait bien. Là, c’était déjà nettement plus facile. Donc, j’ai pu ressortir avec tout le matériel qui me fallait. C’était les courses de la marionnette. Comme quand on va acheter des accessoires pour une poupée selon les besoins. C’était exactement ça.

    Je m’approchai du palais. Il fallait que je fasse bonne impression, il fallait qu’on me prenne pour une noble. Que, à voir, je n’étais que venue pour danser et parler avec le petit doigt levé. Ou pour perdre mon temps ou chercher à l’utiliser pour une raison futile. Mais bon, il fallait faire comme ça.
    Je me redressai donc pour paraître bien éduquée et j’entrepris de marcher avec plus d’élégance et de classe. J’aurais bien voulu avoir un miroir devant moi pour me voir. Quand j’en trouverais un dans le palais, je m’arrêterais deux secondes pour voir ça.
    Mes chaussures cliquetaient sur le sol en faisant le même bruit que du verre touchoté avec des ongles manucurés. Le tintement se rapprochait des hautes marches. De là, on pouvait voir un homme allongé vers le plafond qui saluait les invités. Le temps que j’eus monté les marches, l’homme eut le temps de finir sa file d’attente. Dès qu’il me vit, il me fit un grand sourire en susurrant :

    -Bien le bonjour gente dame.

    Il eut l’air d’attendre quelque chose ensuite, mais je ne savais pas quoi. Je regardai dans la salle avec un regard anxieux. Les personnes à l’intérieur commençaient une danse. Ils se mettaient l’un devant l’autre et…
    Pressée, je faillis mettre mon poing dans la tête de l’homme en bleu. Il parut très étonné mais ne fit aucun commentaire. Il se contenta de prendre ma main et d’y poser un baiser. Il se releva et finit par dire avec un sourire un peu tordu :

    -Profitez bien de cette fête.

    Je m’inclinai gracieusement malgré mes joues rouges et partis dans la salle de bal. Celle-ci était à couper le souffle malgré les quelques dégâts voyant à plusieurs endroits. Un magnifique lustre éclairait l’ensemble de pièce, faisant reluire les différents objets. Le sol reflétait comme un miroir, affichant toutes les silhouettes des personnes présentes et des rideaux descendaient en cascades le long des murs. Un long tapis rouge séparait la salle en deux et était déroulé d’une extrémité à l’autre, ayant à un bout un somptueux siège dans lequel était assis un homme à la chevelure noire-brune. Il avait l'air soucieux, m'enfin...

    *Sûrement un homme important… *

    Je regardai le tout et essayais de repérer une personne possible d’être un Sans-cœur. Comme je n’avais aucune idée de à quoi ressemblait un vassal, je devais faire comme cela. Mais c’était assez compliqué, car ils étaient tous habillés chiquement et dansaient comme tout ce qu’il y avait de plus normal.
    Petit à petit, je me déconcentrais de ma recherche et finis avec le regard pointant vers le bas. C’est là que je me souvins du fait que je voulais m’admirer dedans.
    Alors, pour ne pas paraître ridicule, je fis mine d’aller à l’autre bout de la salle. Pendant que je marchais, je regardai dans la « glace ». Cela faisait bizarre. Je ne me souvenais pas de ressembler à ça. A chaque pas, ma robe ondulait gracieusement et mes cheveux voletaient légèrement. L’ensemble s’accordait parfaitement, j’avais exactement le profil d’une noble.
    Non… J’étais une poupée habillée en noble, mais une poupée quand même…

    Finalement, j’arrivai à l’autre bout de la salle. J’avais un autre angle pour voir les gens danser, mais cela revenait presque pareil. Juste que je pouvais voir l’autre bout de la pièce. Mais bon, elle était complètement identique à l’autre côté. Juste les personnes n’avait pas la même tête que ceux de l’autre côté, m’enfin, c’était normal après tout.
    Je les observais attentivement, quand je vis une personne… comment dire ? Bizarre, mais pas tout à fait… Étrange peut être ? En fait elle souriait bizarrement, je trouvais. Quelque chose me dérangeait…

    Ce n’était pas une raison très concrète, mais comme je n’avais pas vraiment d’autres pistes, je décidais de surveiller celle-ci. De plus, selon Xaldin, il devait être sur la piste en train de danser. Et c’était ça. Il était en plein milieu, dansant avec une jeune demoiselle insouciante. Je les observais tranquillement, étudiant les pas de la danse. Je ne savais pas danser personnellement, mais comme j’étais une poupée, je savais tout faire. Fallait juste savoir, et le tour était joué. Bon, la capacité rentre aussi dans les comptes, mais bon.
    Maintenant, mon plan était d’attendre que le Sans-cœur parte ou change de partenaire pour pouvoir m’en approcher.
    Soudain, une main se posa sur mon épaule. J’allais reculer et sortir ma Keyblade, mais je vis un sourire étincelant posé sur un visage enjôleur. Calmement, je repris mon souffle saccadé par la peur soudaine et écoutais le jeune homme :

    -Voulez-vous bien m’accorder cette danse ?

    Une danse maintenant ? Mais, je devais attendre le Sans-cœur… Malgré ces pensées je ne pus que répondre : « Avec plaisir ».
    Il me prit délicatement la main et nous nous retrouvâmes sur la piste. Les pas s’enchaînaient lentement, sous le contrôle de mon partenaire. Il commença à me parler doucement, me demandant mon nom, les raisons de ma venue, tout ça. Je ne répondais pas grand-chose de vrai. Par exemple, ce soir, je m’appelais Yves Patoit, fille cadette d’une grande famille noble étrangère. Je parlais bien le français car j’avais reçu des cours, évidemment. Discrètement, je gardais le Sans-cœur à portée de vue. Je savais qu’à un moment précis, on changeait de partenaire. Il fallait que je m’arrange pour me trouver au bon endroit. Alors, petit à petit, je décalais notre emplacement pour se retrouver là où on changerait. Heureusement, mon noble ne remarquait rien. Il ne devait pas être très intelligent… M’enfin, temps mieux pour moi après tout.

    1, 2, 3, paf, tout le monde fit un même pas pour changer de coéquipier. Et j’avais bien calculé, je m’étais retrouvée avec le Sans-cœur. Lui, s’en fichait pas mal, tant qu’il avait une proie, cela ne le dérangeait pas. Je glissais donc quelques mots après quelques temps :

    - Voulez-vous bien m’accompagner au dehors, monsieur ?

    Comme un bon homme serviable, il accepta et on sortit à l’air libre, près des quelques arbres plantés hors de vue du monde. J’en étais quelque peu soulagée, je ne me sentais pas très bien au milieu d‘autant de monde. Je regardai le Sans-cœur camouflé derrière cette apparence de jeune homme chic. Il n’avait aucune expression sur son visage. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid de sortir dehors. Il n’avait accepté que par politesse. M’enfin, autant mettre fin maintenant.

    Je sortis ma Keyblade vivement et lui asséna un coup puissant au niveau du ventre. Celui gicla plus loin, étalé sur le sol. Je pensais en avoir fini avec lui, mais il se releva le sourire aux lèvres. Digne d’un Sans-cœur, il me sauta dessus sans retenu. Je le stoppais à l’aide ma Keyblade. Ses yeux doux s’étaient changés en deux trous noirs et son sourire attendrissant affichait maintenant une bouche tordue par la haine. Je reculai de quelques mètres et tirai deux boules de glace. Le Sans-cœur en esquiva une mais se reçut l’autre, sans pour autant l’arrêter dans sa course. Il retenta une charge plus puissante que la précédente. Je pus tout juste l’éviter, mais laissai derrière moi un morceau de ma robe. Je repris appui et tenta à mon tour une charge physique. J’engageai plusieurs coups, employant un maximum de ma force. Le Sans-cœur ne fit comme s’il n’avait rien eut et m’éjecta plus loin. Je me relevai le plus vite possible et refonçai dans le tas. Je fis en sorte cette fois de faire un maximum de coups moins forts par contre, mais en évitant tout de même les coups de mon adversaire. Je fis cela jusqu’à ce qu’il s’énerve réellement. Là, il me fit tomber d’un coup de pied et mit tout son poids sur moi. Je fis mon possible pour éviter et parer ses coups, mais cela m’était difficile. Je ne pus me retirer que quand je lui ai infligé un coup puissant sur la tête. Cela le sonna un moment et j’en profitai pour le frapper. J’avais une bonne partie de ma robe déchirée et j’avais perdu mes deux chaussures. J’étais complètement ébouriffée et plusieurs coupure au niveau des bras saignaient. Je fis plusieurs combos et finis sur un coup plus puissants que les autres Le Sans-cœur en fut bien endommagé, mais ne renonça pas tout de suite. Ce ne fut qu’après quelques instants de souffrance et de lutte qu’il finit par céder. Pendant ce laps de temps, il avait réussi à ruiner ma robe entièrement et me faire plusieurs éraflures en plus. Satisfaite, je pris la direction de la Citadelle.

    J’avais fini ma mission. Personne ne s’en plaindrait. D’ailleurs, personne ne m’avait réellement remarquée. Juste le garçon qui m’avait invité, mais je n’ai fait que lui mentir. Cela ne comptait pas. De toute façon, je n’étais personne réellement. En plus, je n’avais laissé aucune trace du combat derrière moi. Seul peut-être quelques gouttes de sang, mais rien de plus. Tout était passé inaperçu…
    Oui…

    « Personne » n’était venu finalement.

messages
membres