Derniers sujets

Sorcière Vectorielle

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Le Jugement des Muses n'est qu'une porte vers la vérité. Left_bar_bleue273/350Le Jugement des Muses n'est qu'une porte vers la vérité. Empty_bar_bleue  (273/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 20 Avr 2011 - 22:39
    La nuit allait tomber, un courant d'air parcourait le précipice. Il n'y avait aucun bruit, aucun battement d'aile, aucune créature venant gâché le repos de la nuit. Tout était silencieux, comme si... comme si un événement allait se dérouler ici, dans ces lieux marqués par des dizaines de combat. La sorcière était là, calme et patiente, attendant que le jugement des cieux s'abattent sur cette terre, sur elle... Et elle attendit. Que le temps défile, que son procès commence. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était se remémorer les paroles de Genesis. La Tragédie lui avait laissé le choix, partir, ou rester... Que pensait-il qu'elle allait faire ? Partir après avoir accompli autant ? Ce serait stupide. Elle n'y aurait rien à gagner à quitter le Consulat... Rien... Son laboratoire, ses futures expériences... Son passé, son présent et son futur était ici et non ailleurs. Alors, peu-importe ce qu'il se passerait, elle ne partirait pas. C'était sa décision et même si elle se montrait sûr d'elle, arborant un masque de glace, où aucune émotion ne filtrait sur son doux visage. Elle avait... Peur ? Était-ce le mot ? Était-ce la peur qui lui rongeait l'estomac ? Oui, c'était possible. La scientifique avait entendu des échos par rapport à l'épreuve des Consuls. Deux en était mort, d'ailleurs, seul Genesis avait eu son artefact. Elle avait confiance en ses capacités, en son esprit d'analyse... Mais alors pourquoi ressentait-elle cela... Au final, elle n'espérait qu'une chose. Une seule...

    Et le ciel se déchira, un écho résonna longuement, tel un hurlement et dans un ovale de lumière, l'ombre noire disparu. Ses yeux s'ouvrirent dès qu'elle sentie ses pieds se décoller du sol. Où était-elle ? Était-ce une salle ? Medusa ne pouvait rien distinguer, plongée ainsi dans la pénombre comme elle l'était. Elle fit la seule chose qui lui semblait sage, elle se mit en garde. Peu importe ce qu'elle devrait combattre. Elle ferait face !

    Les ténèbres se démantibulèrent et un éclat blanchâtre illumina le lieu où elle se trouvait. La première chose qu'elle remarqua, c'était la pièce... Elle lui semblait si... si réelle... si vrai. Elle ressentait quelque chose en la voyant, de la nostalgie. Elle ne pouvait mettre le doigt sur la raison, mais cette table positionnait ainsi, ces fourneaux, ce sol recouvert de marbre noir. Ces chaises, ces fenêtres. Même la lumière qui traversait les fenêtres lui semblaient vraies, tout en étant irréelles. Rêvait-elle ? C'était possible... La demoiselle s'avança en direction du salon. Deux canapés d'un noir pale lui firent rapidement face. Elle mit sa main dessus, testant la matière pour voir si ce n'était qu'un songe. Ce fut doux, ce fut dur et souple, c'était exactement pareil que... que quoi ? La Consule ne le savait pas... Elle avait beau chercher, tenter de comprendre, cela ne faisait qu'empirer à chaque instant. Elle avait comme l'impression d'avoir oublié une partie importante de... de...

    Elle n'eut pas le temps de chercher plus longtemps, qu'une voix résonna, dans la maison. Cette voix... Elle se retourna lentement, comme si elle avait peur de briser cette chimère... Comme si elle avait peur de découvrir ce qu'elle pensait... Cette chose qu'elle redoutait tant en faisant son épreuve... Cette chose qui dans sa jeunesse l'empêchait de fermer l'oeil, par peur... Elle retentit une seconde fois, plus forte, plus froide, tel un ordre qu'on glapissait à son chien. C'était aigu, c'était ce qu'elle détestait tant en cette...


    ''-Medusa ! Tu vas rester encore longtemps à bailler au corneille ! Apporte cette soupe à ton père au lieu de rester debout sans rien faire. Et ne me répond pas !''

    Sa mère... Et quand elle se fut retourné complètement, elle put voir dans ses deux yeux verts une rage sourde, elle la méprisait et c'était réciproque. Elle voulait la frapper, elle voulait lui trouer le ventre, l'entendre hurler, la faire tout simplement pleurer... Comme cette seule fois où elle avait gagné... où elle l'avait vengé... Vengé ? Qui ? Elle ne s'en souvenait pas. C'était comme si quelqu'un avait pensé cette parole à sa place, comme si quelqu'un pouvait prendre sa voix et lui chuchoter ces mots. Medusa le voulait tellement, elle le désirait ardemment, mais elle ne pouvait point. Elle semblait avoir perdu toute magie et sa taille... Elle était obligée de regarder cette sorcière en levant sa tête.

    ''-Medusa ! T'as fini de me regarder comme si j'étais un fantôme, allez file, avant que je ne m'énerve ! Et n'oublie pas d'apporter cette soupe à ton père.''

    La petite fille obéit à contrecoeur, prenant le bol que lui tendait sa génitrice. Ça l'énervait de devoir lui obéir, ça l'énervait de voir son visage, de voir ses yeux si méprisants... Son père lui avait bien dit une fois, qu'elles avaient le même regard. Elle se détestait de lui ressembler. La jeune Medusa monta les marches rapidement et se laissa guider par ses souvenirs. Elle retrouva rapidement la porte d'ébène avant de la pousser. À l'intérieur, il n'y avait qu'un lit au drap blanc. Et un homme reposait dessus. Elle s'en souviendrait toujours... C'était de cette scène qu'elle cauchemardait.

    Et ses jambes se remirent en marche, Medusa tenta de lutter, sans succès. C'était son passé, il était immuable. Quel âge avait-elle à cette époque ? Peut-être huit ans, peut-être six. Elle ne s'en souvenait pas. Tout ce qu'elle se souvenait, c'était son père malade allongée sur le lit, elle qui venait s'asseoir et là... Elle visionnait la pire chose qu'elle fit dans sa vie... Le jour, où elle fut la complice de sa mère... Elle l'aida à boire et puis elle resta un peu à ses côtés. C'était un rêve encore. Et... Le drame se produisit, comme à chaque fois et elle ne put que regarder, sans rien pouvoir faire... Son père convulsa, alors elle cria, elle hurla jusqu'à s'en arracher les cordes vocales. Et lentement, elle entendait des bruis de pas. Même si elle détestait sa mère, même si elle avait peur d'elle et de ses colères, jamais elle ne pensait qu'elle pouvait faire cela.

    Un couteau dans la main, long et froid... Un sourire cruel étirant son visage et lentement elle s'avança vers son mari, ses talons firent grincer le plancher... Sa fille se précipita vers elle, tentant de la calmer, tentant d'épuiser sa haine sur son frêle corps, mais rien n'y faisait, elle était plus grande et Medusa était bien trop faible... Elle avait besoin de pouvoir... D'un coup plus violent que les précédent, elle jeta sa fille contre le mur. À partir de là, elle se réveillait, mais pas là... Non, pas ici. Elle put clairement voir le couteau se diriger vers la personne qu'elle aimait le plus. Elle put clairement entendre le son de sa chaire qui s'arrachait au passage de la lame. Puis tout aussi lentement que c'était déroulé cette scène, sa mère vint la voir. Elle pleurait...


    ''-Medusa... Il voulait nous séparer, j'ai fait ce qu'il fallait pour que nous restions ensemble, je t'ai protégé de lui... Alors, il ne faudra rien dire, c'est un secret entre toi et moi.''

    Si seulement... Si seulement elle pourrait lui répondre... Si seulement, elle pourrait lui cracher à la figure ses quatre vérités, comme cette fois-là, cette dernière fois... Oui, elle tut cet acte, mais pas sans perdre quelque chose en échange.

    Le paysage disparu, sa mère fondit dans le blanc du décor et lentement, la jeune femme se releva. Elle effaça d'un mouvement du bras les quelques larmes qui restaient sur son visage. Dans ce monde... Elle ne craignait qu'une chose... Sa mère... La seule chose qui avait réussi à lui apprendre la peur, la seule chose qui avait fait disparaître une personne qu'elle aimait. Oui, elle avait peur d'elle, elle avait peur de devenir comme elle. Mais ne l'était-elle pas déjà ? C'était pour ça qu'elle détestait son passé, c'était l'une des raisons pour laquelle, elle s'était renfermée sur elle. La science lui avait permis d'aider les autres, de surpasser cette tache sur son histoire. Était-ce tout ? Était-ce la fin du test ? Non... et comme pour prouver ses dires, son ombre se détacha de son corps, avant de prendre la même apparence que sa mère. Non... La fin serait la même que sa fin... Elle devrait tuer une bonne fois pour toutes ses ténèbres !

    Deux lames vinrent faire son apparition entre ses mains. Elles étaient courtes et minces. Tout le contraire de l'épée qu'elle avait invoqué contre La Poupée Empoisonnée. Elle s'élança contre son ombre, faisant apparaître une plaque vectorielle sous ses pieds. Elle allait déjà l'avoir, sa détermination était sans faille ! La sorcière allait enfin se débarrasser d'elle. Après la surprise vint le choc. Une montagne de vecteur quittèrent le sol, avec la vitesse qu'elle avait acquise via son sort, la jeune femme allait se prendre la tornade protectrice en plein visage. Un fin vecteur sorti de sa bouge et le même bien plus grand apparu derrière elle. Sa fusion avec son serpent l'aiderait toujours... Elle planta sa queue dans le sol, s'arrêtant avant qu'elle ne la touche.

    Medusa s'arrêta quelques centimètres avant le pire. Le sort se dissipa rapidement, les vecteurs se mêlèrent aux cieux pour retomber telle une pluie derrière les deux combattantes. La sorcière frappa l'ombre avec son poignard d'un coup droit, visant les deux yeux. Ses ténèbres n'eurent qu'à ce décaler d'un cheveu pour éviter d'être touché. Et ce fut l'erreur. Une spirale envahit la lame avant de grandir, creusant un trou dans l'ombre. Elle avait gagné ! Elle avait vaincu ses ténèbres, ou du moins, le croyait.

    Alors que l'ombre tombait au sol, alors que la sorcière se reculait, croyant enfin pouvoir souffler. Son erreur la frappa, littéralement. Elle sentit la froideur du métal rentrer dans le bas de son dos et avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit, une spirale venait de creuser sa propre peau... Sa technique, utilisait contre elle. Ça faisait mal... Terriblement mal, sa queue refit son apparition, transperçant la personne derrière elle et la repoussant en même temps. Medusa tomba au sol, faisant apparaître une plaque pour s'éloigner rapidement des ténèbres. Elle devait avoir oublié un détail... Elle l'avait transpercer, mais l'ombre marchait toujours, lentement... Et sur sa face noire, un sourire se dessina. Énorme... Un rictus déformant les ténèbres d'un croissant de lumière.

    Il y avait de quoi rire, ses ténèbres se foutaient littéralement d'elle. Elle devait avoir oublié quelque chose... Rien qu'un petit détail, un tout petit quelque chose qui pouvait lui permettre de vaincre... La femme aux formes de sa mère se mouva rapidement, tel un serpent devant-elle. Un coutelas dans chaque main, la mort en personne. C'était elle... Medusa savait une chose, son sadisme s'amuserait avant de l'achever... Sa mère allait se venger toutes ses paroles. Même dans la mort, elle l'empêchait de vivre... Et dans ce sourire si blanc, alors qu'elle rampait tel un vers pour s'en sortirent, pour que la clémence des Muses l'épargne, elle comprit. Elle devait...


    ''-Je t'accepte... Toi, moi. Mes ténèbres, je les accepte.''

    Elle ne voulait pas ressembler à sa mère, mais en les rejetant, elle faisait comme elle. La sorcière s'aveuglait comme sa génitrice. Elle était un tout, elle était ses ténèbres plus sa lumière. Et qu'importe ce qu'elle ferait, qu'importe ce qu'elle penserait, cela ne changerait jamais. Dans un sifflement roque, l'ombre se disloqua avant de réintégrer la sorcière. Et alors qu'elle était allongée, regardant les étoiles sur le précipice des ténèbres, toujours vivante... Elle se demanda, une chose. Est-ce que sa mère l'avait aimée ? Est-ce qu'elle avait bien fait de rejeter une femme qui se sentait juste seule. Medusa lui ressemblait, la science était ce qui comblait le vide de sa vie. Peut-être... Peut-être devrait-elle trouver quelqu'un... Peut-être pourrait-elle ouvrir son coeur à une deuxième personne sans que celle-ci ne parte et la laisse triste et sans rien. Sur ces pensées, elle s'endormit. Demain, elle irait voir Genesis, demain, elle lui dirait qu'elle avait survécu et qu'elle avait compris. Puis elle partirait vers son laboratoire continuait sa routine. Elle n'était pas qu'une scientifique froide et sadique, non... Elle était aussi une femme qui pouvait désormais laisser une chance à une tierce personne.
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Le Jugement des Muses n'est qu'une porte vers la vérité. Left_bar_bleue1129/500Le Jugement des Muses n'est qu'une porte vers la vérité. Empty_bar_bleue  (1129/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 22 Avr 2011 - 17:35
    Mission Accomplie.

    Et j'ai aimé ta mission, beaucoup même. J'ai beaucoup apprécié l'épreuve puisque d'une certaine façon, pour la réussir, il faut comprendre quelque chose.
    Et c'est un peu ce que dit le titre du sujet, j'ai trouvé ça pas mal (c'est maintenant que je m'en aperçois mais tout de même.)

    Le Jugement des Muses n'est qu'une porte vers la vérité.

    Parce que ouais, on le voit bien. La seule victoire possible est celle-là, il faut accepter une vérité.

    Et j'ai trouvé le rp très bien rôdé à cela. On voit brusquement une foutue évolution qu'est franchement pas mal dans ton personnage, ce qui me prouve que tu sais incarner Medusa.
    Il n'y a qu'un regret, certes mais c'est un regret tout de même assez grand.

    En te donnant cette mission, je t'ai ouvert la porte à un déroulement de mission absolument géniale, à une épreuve terrible et surtout je t'ai permis de voir les Neuf Muses. Chose que j'adorerais faire en rp.
    Et dans le rp, ma foi... Terrible.

    Dans ce rp, où je m'attendais à les voir. Elles n'y étaient pas et c'est vrai que j'ai trouvé ça dommage. Mais je me demande si tu aurais pu faire une épreuve du niveau de celle-là avec uniquement les Muses.

    Je me suis dit que j'allais te le mettre en Atroce mais finalement... Comme on voit bien toute la difficulté de Medusa pour limite ne pas se suicider ^^... Je crois que ce sera Experte.

    60 xp, 650 munnies et 6 PS dont 1 bonus. 5 en symbiose + 1 en Psychisme.




messages
membres