Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une frousse abyssale
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Eau Salvatrice
Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 27
Date d'inscription : 23/01/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Cardinal
XP:
20/550  (20/550)
Mar 19 Avr 2011 - 12:00
Comme un fait exprès. Après avoir exploré, découvert et encore redécouvert les fonds marins d’Atlantica, voila que sa première réelle mission se passe exactement au palais du roi Triton. Mais dans un sens, Lanira est loin de s’en plaindre. Elle qui n’est pas encore reconnu officiellement comme Eternel, elle comptait bien monter d’un cran dans l’estime du Primarque Angeal avec cette mission aisément accomplis d’avance. Angeal … Un homme bien, au premier regard. Comme tous, un de ses enfants. Si ça pouvait l’aider ainsi que le Sanctum, pourquoi pas ? Mais même sans cela, laisser des pillards vandaliser le palais du Roi, ce serait un crime ! Leur amitié serait bien fragile et fausse si l’Eternel n’allait pas lui donner un petit coup de main … Elle avait déjà fait tant pour les Atlante, et c’était toujours un réelle plaisir ! Même si parfois, une idée bien égoïste lui trottait bien loin derrière la tête.

Mais trêve de bavardages inutile ! Il fallait faire vite avant que les pillards ne se volatilisent avec les trésors. Et même si elle faisait de son mieux pour arriver là-bas au plus vite, une question la torturait. Comment un humain pouvait atteindre les fonds marins ? Dans ce monde, où les humains de la surface ne sont pas les plus évolué, il n’y avait aucun réelle moyen. Et à moins que son cerveau ne commence à faiblir, elle ne se souvient d’aucune race humaine dotée de branchie ! Mais Atlantica était bientôt en vue, la question allait vite être résolue.
Une fois passé le seuil de la cité, la première chose qui l’étonna, c’était le calme. Le calme plat. Pas un battement de nageoire dans toute la ville. Elle qui était toujours animée avec ses concerto marins, la joie et la bonne humeur entre les sirènes, triton et les créatures des mers… la Nereid s’avança dans la nouvelle citée fantôme, hésitante et peu rassurée. Il ne serait pas impossible que tout Atlantica ait fuit avec l’arrivée d’humain. Ou pire, que les voleurs les aient eu même chassé. Il faut dire qu’au plus profond, les humains ne sont pas la bienvenue. Ils sont considérés comme une menace et les sirènes chérissent leur anonymat. Le Roi Triton en aurait presque fait son proverbe, sa règle d’or ! Ne jamais se mêler des affaires des humains … Et en parlant du roi, alors que Lanira montait progressivement aux porte du palais sous-marin, elle le retrouva avec son escorte, non loin de là. Et quand il la vit, il ne pu s’empêcher de se précipiter vers elle. Mais même son sérieux naturel ne pouvait cacher son angoisse, sa panique.

Lanira ! Je savais que vous ne nous laisseriez pas tomber.

Du calme, très cher … Ce ne sont que quelques pillards, il me semble. Qui a-t-il de si grave pour appeler le Sanctum à l’aide ?


Le calme et la sérénité de la déesse semblait troubler le roi plus qu’autre chose. Mais après tout, c’est vrai que le roi aurait pu les faire partir aisément. Armé de son Trident pouvant soulever les mers et océans … qu’est-ce qui pouvait l’empêcher de chasser ses humains ? La réponse était évidente pour lui, un peu décalé pour l’Eternel.

Mais se sont des humains. Par chance, ils ne croient pas au mythe des sirènes mais si cela devait se savoir à la surface … je crains qu’Atlantica ne serait plus jamais la même.

Simple problème touristique, en bref. Lanira le voyait comme ça car, dans les autres monde, tous étaient au courant que sous cette mer se cache une cité engloutie habitée par des hommes et des femmes poisson. Mais elle oubliait sans doute une chose, c’est qu’en venant dans se monde, on prenait leurs apparence. Ce qui n’était pas le cas des humains déjà présents. Il est donc relativement normal que le roi ne veuille pas prendre contacte, le moins possible en tout cas. Oui, car avec Ariel … Enfin, c’est une autre histoire, car on parle, on parle, mais pendant ce temps, les hommes se remplissaient les poches. La créature prit affectueusement une des imposantes mains du roi, posant l’autre main sur le dos de celle-ci, un sourire chaleureux et rassurant au visage.

Si tel est votre volonté, je me ferais discrète. Ne vous inquiétez pas, vous pourrez toujours compter sur moi !

Et à ses mots, elle le lâcha, nageant tranquillement vers le sommet de la ville, le palais, laissant Triton un peu plus confiant, à l’arrière.
Et finalement, après une balade tranquille le long des parois de la demeure, elle arriva à la salle du trône. Cette salle où siégeait Triton en temps normal, endroit immense parsemée de colonne où juste l’emplacement du trône restait accessible à tous. Mais à peine entrée fut-elle surpris par des voix étouffé et résonante. Et comme réflexe, elle alla se planquer derrière une des colonnes qui formait l’allée central.

Hé, t’a vu ça Garis ?! Le nombre de perle qu’il y a dans ce coquillage …

Ho, ta pas vu ce qui avait à l’étage en dessous alors … une espèce de planque avec des centaine de bijou !

Je vous le dis, les mecs, c’était un sacré idée de venir ici !

Elle écoutait patiemment leurs conversation jusqu’à sentir une présence approcher. Tournant autour du pilonne pour ne pas se faire remarqué, elle vit deux homme en scaphandre grossier marcher vers l’extérieure avec une grosse male à peine fermée, où des bijoux, collier de perle et pendentif en tout genre pendait à l’extérieur. Elle avait déjà vu les sept filles de triton porter ses babioles, sans doute était-ce leurs chambres qu’ils avaient découvertes. Mais délaissant les deux bêtes de somme, elle s’approcha de la pièce centrale et découvrit bien plus de scaphandrier qu’espérer. Une bande de dix, plus ou moins. Mais comment s’étaient-ils procurer ses choses ? Les scaphandres ont l’air de vieux model mais … Les avaient-ils découverts en surface ? L’invention serait-elle passée ? Si c’est vrai, ce serait une terrible nouvelle pour les Atlantes. Imaginez, à toute heure, tout moment, vous pouvez craindre qu’un humain décide de plonger juste au dessus d’Atlantica. Ce serait horrible pour eux ! Et pour peux que ceux-là ont découvert la cité, une fois à la surfaces, ils pourront répandre l’information … Lanira a beau être une Eternel, elle ne possède pas le don d’effacer la mémoire. Elle du réfléchir vite à une solution car les humain embarquaient de plus en plus de trouvaille.

Lary ! … T’es sur qu’il a rien ici ?!

Rien … Quoi rien ?

Je sais pas moi, le Kraken par exemple !


T’es plus à Port Royal, mon gars ! Davy Johns n’a jamais naviguer sur ses mer, crois moi !

Bon … Et un autre truc alors ?

Bon, elle va se taire et ramasser le magot, la lopette ?!

Cette conversation lui donna une idée, en plus de quelques informations pratiques. Si ses hommes étaient des pirates de Port Royal parti à l’aventure pour des trésors, l’histoire du Scaphandre s’expliquer. Bien des choses trainent chez les pirates, des objets rare, ancien, ou même futuriste. De nos jours, grâce aux transports spatiaux, n’importe quelle nouveauté peut être envoyée dans le monde le plus sous-évoluer. Ça la rassurait pour Triton qui devait se faire un sang d’encre. Et avec la combine qu’elle allait mettre en place, ses brigands n’allaient pas revenir de si tôt.
Si ils croyaient aux légendes tel que le Kraken de Davy, ils seront servit. Se décollant de sa colonne, Lanira modela entre ses mains, grâce à l’eau et à ses pouvoir, un petit morceau de corail qu’elle jeta dans le sable. Elle en fit trois comme ça, les plantant dans le fond marin. Très vite, le Corail se développa, créant trois Coralix, ses créatures qui feraient penser à des golems marins. Et comme Lanira considère ses « invocations » comme des amis et de vraies choses vivantes, elle leur expliqua calmement le plan. Simple mais efficace. Leur donner la trouille de leurs vies. En temps normal, elle serait pour la diplomatie mais vu les conditions de Triton, c’était la seul chose à faire dans le cadre de la non-violence. Non, en faite, elle aurait pu faire autre chose mais vu que se sont des pirates …
Une fois ses petits monstres briefés, la déesse se faufila discrètement vers la sortie, évitant les deux brigands qui venaient de déposer un coffre de bijoux dehors. Et à l’intérieur, les golems débarquèrent tel des sauvages, s’attaquant aux voleurs mais … évitant de les toucher. Personne n’aime la douleur.

Lewis, qu’est-ce que tu … HA !! Bon dieu de chien galeux, c’est quoi ça ?!

Ça quoi ? … Ha ? Ha ! Haaaaa ! Fuyez !!

Et alors que la panique se faisait sentir dans le palais, la nereid se préparait pour les recevoir. Réfugiée prés des escaliers qui menaient à la salle du trône, elle était rentrée dans une sorte de transe, une méditation … Et peu à peu, alors que l’eau commençait à tourbillonner autour d’elle, ce n’était plus la silhouette fine et gracieuse d’une sirène que l’on pouvait distinguer, mais celle d’un véritable monstre. Les premiers fuyards commençaient à sortir, poursuivit par les coralix devenu presque incontrôlable. Mais sur leurs routes, une sphère gigantesque, presque insondable se dressa devant eux et explosa presque littéralement, libérant une onde qui plaqua tout ses pauvres fous contre le bâtiment marin. Et lorsqu’ils reprirent connaissance, ils auraient encore préférer se battre contre les coraliens. Jubileus avait pris la forme de l’hydre marine : un dragon à trois têtes, les yeux fous de rage, imposant, aux écailles noires, tordues et luisantes. Mais même si elle avait l’air terrifiant, à l’intérieur, elle ricana de cette situation. En faite, ce n’était rien d’autre qu’une farce. Une mauvaise blague, mais une blague quand même. L’hydre ouvrit ses gueules et une voix venue de l’enfer se fit entendre.

Le désespoir … la douleur … et la mort vous attendent en ses lieux maudit … Partez ou affronter … Ma colère !!

Feintant donc un ancien démon qui se serait levé du pied gauche, le monstre poussa un cri bestial à en percer les tympans, à réveiller les morts mais surtout à réveiller leurs peurs. Les pirates ne purent se retenir de crier avec la bête, tremblant, paniquant et bientôt, nageant au plus vite vers la surface comme si le diable en personne était à leurs trousse. Et la déesse, elle, faisait semblant de les attaquer, mordant toujours le vide à coté, derrière eux, toujours dans des grognements stressant, horrifiant.
Mais tout ce raffut alerta le protecteur de ses lieux, le roi, qui apparut à l’horizon en nageant à toute vitesse. Et quand il vit cette bête gigantesque et presque brutale, son souffle s’arrêta net. Brandissant son trident doré et magique, il était prêt à défendre son peuple de se monstre. Car il n’y avait pas d’autres mots pour décrire cette chose, un monstre. Mais une fois les humains bien loin d’Atlantica, la créature se tourna vers le roi, cette fois calme. L’hydre marine s’effaça soudainement dans un tourbillon, faisant réapparaitre Lanira qui prenait la pose.

Voyez, Triton … Rien de bien compliqué !

Un sourire s’afficha sur le visage des deux protagonistes, bientôt suivit d’un rire chaleureux … Les pirates n’étaient pas les bienvenu et n’étaient pas très bien préparé. Ainsi, leur pillage tourna vite à la chasse à l’homme. Une fois dans leurs repaires, ils auraient des choses à raconter. Et qu’ils les racontent, seulement ! Atlantica sera fuit de tout humain et la tranquillité des Atlantes perdurera.
Le comble, dans tout ça, c’est que leur sous-marin était garé derrière la demeure royale. Comme quoi, Lanira peut vraiment faire peur, parfois …
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ainé des Surhommes
Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 26
Date d'inscription : 04/09/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
239/350  (239/350)
Ven 22 Avr 2011 - 8:53
La flemme de détailler, en gros c'était long et bien.

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. (Psy)

_______________________________

Fiche de compétence
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une frousse abyssale
» Divinités du Royaume Abyssale
» TOP30 ANIMAUX RARES ET ETRANGES
» Griffe abyssale [Bijou magique - vampirique]VALIDE
» Psychose Abyssale - Le génie est un flot baigné par la folie.