Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général.
XP:
86/500  (86/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 17 Avr 2011 - 17:03
__Valser avec les monstres__

« Votre majesté, voici le costume que vous avez demandé hier, divulgua solennellement un servant du château Disney. Avez-vous besoin d'autre chose pour votre mission de ce soir, mon Roi? »
« Non, ce sera tout. Je vous remercie, vous m'êtes d'une aide précieuse. Vous pouvez disposer, très cher. »

Avant de franchir le seuil de la chambre des maîtres, le servant déposa tranquillement l'accoutrement sur le lit royal. Le monarque, excité, se précipita auprès de l'habit et l'observa quelques instants : parfait, c'était parfait; exactement comme il l'avait demandé quelques heures plus tôt. En effet, ce soir, le Roi Mickey allait se rendre en plein cœur des terres neutres, plus précisément dans l'illustre Palais des Rêves. En effet, selon le témoignage de la commandante Tifa Lockheart, une réception se tenait en ce moment-même, mais comme à l'accoutumée, le calme ne pouvait durer bien longtemps. Mukuro aurait effectivement entendu de la bouche du Maître Yen Sid qui aurait capté une conversation douteuse que des Similis d'apparence humaine s'étaient rendus dans le fameux palais pour des motifs encore inconnus. Était-ce pour capturer la princesse de cœur : l'admirable Cendrillon? Ou encore pour tout simplement perturber la paix régnante à travers le Palais des Rêves? Évidemment, c'était le travail de Mickey de le savoir, et surtout d'assurer le calme de la soirée... Mais le monarque devait faire attention à ses moindres gestes : il devait identifier, capturer et éliminer les Similis de la façon la plus discrète possible. Il ne devait en aucun cas réveiller les soupçons ou bouleverser la réception. Bref, c'était une mission à la hauteur de sa subtilité et de sa dextérité usuelle.

Le souverain revêtit donc ledit costume de soirée, se peigna un peu et se dirigea aussitôt vers un grand miroir. Il fut à un tel point surpris de son apparence qu'il resta immobile quelques secondes. Son poil était lissé à la perfection, l'habit lui donnait un air distingué et riche et le haut-de-forme qu'il portait allait lui permettre de passer inaperçu et de se fondre dans la masse. Parfait. Alors que les sables du temps s'écoulaient promptement, la réception du Palais de Rêves allait bientôt officiellement débuter : le Roi Mickey devait donc se rendre sur les lieux le plus rapidement possible, pour empêcher une catastrophe imminente. Dans cette optique, il se parfuma un peu et d'un geste complexe, il engendra un portail doré. Il s'y glissa sans ne plus tarder et disparut du Château Disney dans un nuage de fumée lactescente.

Une fraction de seconde plus tard, le Roi Mickey se trouvait déjà à quelques mètres du Palais des Rêves. Avant de pénétrer officiellement dans le château, il en profita pour admirer la scène qui se déroulait devant ses yeux écarquillés : des nobles, des princesses, des princes et des hommes haut-placés entraient les uns après les autres dans le grand hall d'entrée, alors que plusieurs valets souhaitaient la bienvenue aux invités. Certains retardataires - des femmes pour la plupart - terminaient leur incroyable maquillage dans leur carriole. Un peu plus loin, on pouvait également observer des fous de la cour divertir les passants. La réception s'annonçait amusante et singulière pour les invités, et il était du devoir de Mickey de garantir ce plaisir. Malencontreusement, cette grande veillée reposait sur les uniques épaules du monarque, qui tentait néanmoins de dissimuler une nervosité incomparable; une anxiété sans pareil.

Le souverain prit une grande respiration et s'avança vers le pont-levis qui menait jusqu'au Palais des Rêves. Le menton bien haut, le dos bien droit et les bras bien droits, il marchait avec une telle assurance que personne ne le remarqua. Il put donc se faufiler aisément à travers les invités jusqu'à l'entrée du château. Alors qu'il franchissait le hall d'entrée, un valet l'arrêta d'un geste brusque. Le souffle de Mickey se stoppa et une goutte de sueur perla sur son front. L'homme, au plus grand ébahissement du monarque, demanda simplement à Mickey de s'identifier, ce qu'il fit sans hésiter. Le valet observa quelques secondes sa liste et sourit à son interlocuteur en lui indiquant le chemin vers la salle de bal. La première étape de la mission était dès lors accomplie avec un grand succès... Il était à présent temps de passer aux choses sérieuses.

Lorsque le souverain pénétra dans la gigantesque salle de bal, il fut aussitôt stupéfait par la magnificence de celle-ci. Tout était décoré à la perfection, et chaque détail avait été vu et revu afin d'assurer une utopie. Les tables, situées aléatoirement dans la grande pièce, étaient vêtues d'une interminable robe blanche, mais également d'une coutellerie dorée et de fleurs exotiques. Au fond de la salle de bal, il y avait également une vaste scène où dansaient et chantaient des invités. La musique était envoûtante, et même le Roi Mickey se surprit à taper du pied. Finalement, sur les murs, des vitraux laissaient entrer la lumière colorée de la Lune, ce qui donnait à l'endroit une atmosphère magique et mystique, à la hauteur des réceptions royales. Quoi qu'il en soit, le monarque balaya quelques minutes de plus la salle du regard et se dirigea au hasard vers l'horizon. Un instant plus tard, il était déjà assis à la table qu'on lui avait assignée, accompagné de d'autres nobles et courtisans. À sa plus grande surprise, les nobles l'intégrèrent rapidement.

Au total, ils étaient cinq (dont un absent) autour de la table ronde. Il y avait un homme, Sévérien, et sa femme, Théodosie. Ils se vantaient continuellement de leurs derniers achats : un chalet par-là, des écuries par-ci et même des acres de forêt. À quoi tout cela pouvait-il bien leur servir? Mickey n'en avait aucune idée, mais ils semblaient incroyablement fiers de ce qu'ils s'étaient procurés. Et en plus de parler de choses qui n'intéressaient pas du tout le Roi Mickey, leur voix était neutre et sans émotion, ce qui agaçait son oreille. Bref, à la droite du couple vaniteux, deux autres hommes, Victor et Ursan, étaient beaucoup plus divertissants. En effet, à la place de parler matériel, ils racontaient plutôt le récit rocambolesque de leur existence : ils étaient en fait des explorateurs très nantis qui étaient à la recherche d'un monde parallèle, d'une réalité virtuelle. Malheureusement, leurs recherches s'étaient avérées vaines jusqu'à présent. Mais au moins, leurs histoires étaient souvent amusantes et faisaient rigoler... Le Roi Mickey s'était à ce point intégré dans le groupe qu'il en négligea presque sa mission. Mais il se reconcentra rapidement.

Ainsi, alors que Sévérien et Théodosie parlaient des 800 chevaux qu'ils avaient acheté quelques jours plus tôt, le Roi Mickey quitta mentalement la conversation pour observer les alentours. Curieusement, tout se déroulait calmement, et rien ne semblait vouloir perturber la réception. Toutefois, son regard fut attiré par un jeune homme tout vêtu de rouge. Il s'avançait la tête-basse, et paraissait être songeur : peut-être était-il à la recherche de quelque chose lui aussi? Ou pire, cet homme était-il l'un des fameux Similis dissimulés dans la foule? Intrigué, le monarque ne le quitta pas des yeux une seconde, et il fut étonné de voir que l'homme se dirigeait vers lui. Subtilement, le Roi Mickey détourna le regard et lorsqu'il se retourna, le damoiseau était déjà assis à sa table. Hum, tout cela était parfait... ça allait lui faciliter les choses!

« Oh, un nouvel arrivant! s'exclama Théodosie d'un ton toujours neutre. Je me présente, Théodosie, et voici mon charmant époux, Sévérien. Nous sommes de grands propriétaires du Domaine. À ma droite, Victor et Ursan, deux grands aventuriers de ce monde. La dame se retourna vers le Roi Mickey. Et voici... »
« Sarken Lockheart, mentit le monarque. Je suis le représentant d'une compagnie de... transport fleurissante : les moyens de locomotion Souris et Compagnie, vous connaissez? »
« Sérieusement? s'intéressa faussement la demoiselle. Vous ne l'aviez pas précisé toute à l'heure. Mais quel cachottier vous êtes! Et vous, monsieur, comment vous nommez-vous? »

Le Roi Mickey attendait avec impatience la réponse de l'étranger.
Triste Papillon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Assassin
XP:
242/350  (242/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 18 Avr 2011 - 19:18
Nos plaisirs les plus doux ne vont pas sans tristesse


Les réceptions, quel calvaire et quel ennui. J’en avais déjà vu de trop par le passé et dans mon monde d’origine, aussi je trouvais celles-ci superflues et grotesques quant à leur contenu, mais au moins celle-ci devait être différente. J’allais dans un premier temps dans ce monde, parce que j’avais reçu une invitation avec l’action de Milady. Mais je devais aussi accomplir une mission directe auprès d’une autre personne, la belle Cendrillon, compagne du prince de ce monde, et une des sept princesses de cœur. Nous possédions déjà deux d’entre elles, mais maintenant la troisième allait venir.

Ainsi avant de partir avec le vaisseau Gummi, auquel je donnais l’argent pour m’envoyer dans ce nouveau monde, j’avais revêtu mon ancienne tenue, alliant un rouge sombre, avec mon chapeau et mon ombrelle. Une tenue que j’avais déjà porté pour des réceptions, mais que j’avais récemment recousu pour bien qu’elle soit parfaite, cette mission risquait pas de me la détériorait pour une fois… Aussi j’avais prévu de ne pas paraître si inadapté à la situation de ce monde bourgeois.

Une fois déposé dans le jardin je marchais en direction du château, il irradiait d’une douce lueur blanche comme la lune, le tout en plongeant une douce atmosphère lunaire tout autour du lieu, presque apaisant. Un long tapis rouge commençait depuis les marches pour accueillir les invités, et je voyais encore de nombreuses calèches se pressaient pour arriver au plus vite. Pour ma part j’arrivais à pied, sans me presser, je savais que j’allais rentrer et être le premier pour recevoir une faveur ne m’intéressait pas plus que cela…

Aussi je montais les marches calmement sous les regards des gardes sur le chemin, et une fois devant la porte je présentais mon invitation aux gardes pour qu’ils puissent me laisser entrer. Une fois entré je me trouvais dans ce long couloir avec des teintes beiges, le tout paraissait animé et j’entendais déjà la musique d’ici. La fête devait battre son plein, et je préférais ne pas me mêler à ces bourgeois, une aversion naturelle en quelques sortes, souvenir d’un passé dévolu. Si je pouvais je leur aurais apporté un peu de tristesse à tous tellement ils respiraient l’arrogance et la suffisance. Une plaie à ce monde, mais au moins j’arrivais à bien me retrouver dans ce lieu, aucun commentaires ou regards n’étaient fait contre ma tenue sur le moment, et j’essayais de bien m’imprégner de la géographie des lieux, de m’en souvenir pour mieux savoir où devait se trouver Cendrillon et d’éventuels simili.

J’arrivais enfin à la salle de Bal, aménageait pour une réception avec de nombreuses tables pour s’asseoir, mais mon regard n’était pas porté vers eux mais vers l’estrade située un peu plus haut, on pouvait y voir le prince dans sa tenue chevaleresque, ainsi qu’une jeune femme blonde dans une longue robe argentée. Ainsi cette jeune fille était la princesse que nous recherchions. Mais il devait aussi y avoir des simili dans le coin, et en regardant dans les détails, je voyais trop de personnes dans le coin, des bourgeois, des gardes, un simili pouvait sa cacher aisément parmi eux. Mais je n’avais pas le temps de bien regarder qu’un garde m’invita à rejoindre ma table et en donnant mon nom il m’indiqua la table.

La table était déjà occupée par cinq personnes, deux couples humains et… une souris… Alors qu’il me semblait que tous les occupants de ce monde étaient des humains au premier abord, j’avais pourtant fait attention sur ce point. Se pourrait-il qu’il puisse venir d’ailleurs ? Il faut dire que plusieurs mondes voient des êtres étranges se côtoyaient, je garderais un œil sur lui, surtout qu’il me semblait que l’un des mondes de la Lumière, avec laquelle nous étions en guerre, avait pour roi et reine un couple de souris. Bref je vins m’asseoir à cette table, je me trouvais entre les deux couples et en face de la souris.

Ils se présentèrent dans les usages pompeux qu’il se doit, mais je gardais en mémoire le nom de la souris, Sarken Lockheart. Véritable nom ou pas ? La Coalition me le dira plus tard… J’arborais alors une expression un peu plus intéressé et répondais à la question.


-Je suis Alden de la famille Buttermoon, une famille qui possède un château dans des contrées lointaines, je doute que vous en ayez déjà entendu parler. Je suis ici pour visiter et établir un lien culturelle et commerciale avec votre jolie contrée.

Après cette présentation d’usage je ne m’attardais pas sur ce qui pouvait se dire à la table et me concentrais sur la salle. Rien de vraiment inhabituel, si ce n’est que le nombre de garde sous le balcon du prince semblait alarmant, et leur position n’était pas celle de gardes, avec un peu de chance je pourrais profiter de la diversion s’ils décidaient d’agir, et ce pour mieux capturer la princesse.

-…et c’est ainsi que nous avons acquis le domaine. Mais nous ne parlons que de notre réussite et vous Monsieur Lockheart ? J’imagine que votre compagnie de locomotions doit connaître la contrée d’où vient la famille Buttermoon ? D’ailleurs quel est le nom de ce pays ?

-Pardonnez mon étourderie très chère, il s’agit d’un pays ancien se trouvant à plusieurs lieux, je ne saurais vous dire dans quelle direction, je ne suis point géographe, mais il se trouve proche d’un lieu dont, selon la légende, vivrais une bête…

-Un monstre ? Olala je vois que vous vous plaisez à me faire peur et m’amusez, vos contrées doivent encore avoir de nombreux secrets, dîtes m’en plus !

-Hélas je ne le puis, cette légende date d’un temps ancien qui n’est pas consigné dans nos livres, mais sachez cependant qu’il parait que le monstre roderait encore pour retrouver son habitat naturel, mais qu’il fut chassé par nos habitants.

-Oh quelle histoire ! Vos contrées semblent assez sauvages par rapport à notre pauvre pays, rien d’intéressant ne se…

Elle ne put finir sa phrase que déjà un cri se faisait entendre, les gardes de tout à l’heure venait de laisser la place à plusieurs simili samouraïs, cinq au total. Mais en levant mon regard vers le balcon je voyais que la princesse semblait partir par la porte tandis que le prince combattait deux autres simili. Je devais sans attendre trouver la princesse avant qu’elle ne puisse se cacher, de mémoire je me souviens qu’il y avait une petit porte le long de l’escalier menant à la salle, peut être étais-ce là ? En partant je jetais un coup d’œil et remarquais l’absence de Sarken Lockheart, mais pouvait-il se trouver ?
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général.
XP:
86/500  (86/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 19 Avr 2011 - 0:53
Alden… Alden Buttermoon. Curieusement, ce nom n'était pas totalement inconnu dans l'esprit du monarque. Il sentait qu'il avait déjà lu ce singulier patronyme quelque part, mais tout était vague. Peut-être avait-il déjà fait affaire avec cet homme au regard profond et triste dans le passé? Ou encore, avait-il fait la requête des services de la Lumière? Pour tout dire, le Roi Mickey n'en savait strictement rien; pas la moindre idée. Bref, Symphorose et le mystérieux arrivant se lancèrent dans une conversation qui échappa aux oreilles du souverain : son esprit était en effet beaucoup trop concentré sur la scène, où valsaient sa Splendeur et la magnifique Cendrillon, princesse de cœur de son état. Mais le couple n'était pas la principale préoccupation de Mickey. Derrière eux se dressaient une demi-douzaine de gardes, des samouraïs aux épaules droites, qui semblaient avoir une idée derrière la tête. Et puis, comme dans tous bons contes de fées, le fameux élément déclencheur de la soirée vint perturber la grande réception.

Une fois de plus, l’œil averti du monarque avait bien vu : les samouraïs - qui s'avéraient être en fait de pitoyables similis - entrèrent dans une folie meurtrière. Ils paraissaient tous vouloir se lancer sur Cendrillon, mais de son côté, celle-ci semblait déjà avoir prévu le coup. Tenant fermement la main du Prince dans la sienne, elle se dirigea vers une vieille porte de bois. Malheureusement, le Prince charmant la relâcha, voulant combattre contre les similis. Ne voulant pas laisser cette situation s'empirer davantage, le Roi Mickey quitta avec toute discrétion la table et accourut sur la grande scène où il devait arrêter lesdits similis le plus prestement possible. Il voulut faire apparaître sa Keyblade pour simplifier le combat, mais lorsqu'il aperçut Alden se précipiter vers la porte où se trouvait Cendrillon, il changea immédiatement d'avis... Quelques minutes plus tôt, quand ils étaient tous assis à la table, le souverain avait aperçu à plusieurs reprises le jeune homme regarder dans la direction de la princesse de cœur, et voilà qu'il cheminait vers sa cachette… Louche. Tout cela était bien trop louche pour être sensé.

Ne prenant aucune chance avec ce qui pourrait bien être un éventuel adversaire, le Roi Mickey usa de ses talents magiques pour ralentir un peu Alden. D'un coup de main, il le propulsa dans les airs, à l'autre bout de la salle de bal. Puis, il en profita pour glacer complètement la poignée de la porte et ainsi freiner ses activités qui paraissaient illicites. Par le fait-même, il engendra une flaque d'eau à l'avant de ladite porte, et il la gela à son tour, question de créer une mince couche de glace. Ensuite, le monarque se retourna aussitôt et se lança dans un combat contre les similis, mais tout en étant discret. Il ne pouvait utiliser sa Keyblade ici, ce qui ne ferait qu'aggraver son cas. Si Alden était réellement un être des ténèbres, il identifierait promptement le Roi Mickey. Dans cette optique de subtilité, le souverain se mit à réfléchir un peu à une solution alternative. Que fait dans de telles circonstances lorsqu'on se retrouve désarmé et désavantagé?

À travers la panique générale qui s'était installée partout dans la salle de bal et même partout dans le palais, le regard du monarque se posa sur une table encore en un morceau. Il empoigna une fourchette et un couteau qui traînait par là et s'en servit pour la bataille. D'un coup de pied, il fit trébucher l'un des samouraïs et lui planta solidement les deux ustensiles dans le creux de sa gorge, l'égorgeant et le tuant en un seul coup. Alors qu'un deuxième samouraï s'approchait de Mickey, ce dernier bondit à plus de quatre mètres dans les airs avant de retomber sur le simili, l'écrasant avec puissance sur le sol froid. Avant même que le guerrier ne puisse se relever, le monarque réutilisa de nouveau son don d'anti-gravité pour lui projeter une table dessus, le rendant complètement hors-combat. Voilà… déjà deux de moins à achever.

La bataille était de plus en plus endiablée que le Roi Mickey omit complètement la présence d'Alden. Avait-il déjà rejoint les cachots, là où se trouvait assurément l'insouciante Cendrillon? Le monarque n'en portait pas réellement attention dans le feu de l'action, et se contentait que d'éliminer avec dextérité et agilité les derniers samouraïs encore en vie. Justement, deux d'entre eux décidèrent de s'allier contre Mickey, qui se retrouva projeté dans les airs sur une courte distance avant de briser une table par l'impact de sa chute. Le souverain, légèrement assommé par cette chute inattendue, s'empara de deux assiettes miraculeusement non-fracassées et les lança avec une précision singulière sur l'un des deux similis, qui se laissa emporter dans les bras de Thanatos. Le deuxième, quant à lui, glissa sur un rideau écarlate déchiré et tomba sur sa nuque, perdant la vie instantanément… Quelle fin morbide et atroce pour un pauvre samouraï.

Selon ses calculs rapides, il ne restait qu'un duo de similis à envoyer aux Enfers mais étrangement, il ne parvint pas à en trouver dans la salle. Tout ce qu'il parvint à discerner du regard, c'était des tables brisées, des vitres en éclat, les corps des samouraïs qu'il avait préalablement détruits et quelques flaques de sang par-ci par-là. Par chance, aucun invité ne semblait avoir été blessé ou encore pire assassiné lors de cette bataille pour le moins inopinée. Mais bien entendu, le pire de l'histoire restait à venir.

« Oh non! Alden Buttermoon, soupira Mickey en constatant son erreur de jugement. Je dois le retrouver le plus rapidement possible avant qu'il ne mette la main sur Cendrillon et qu'il… »

Pffffvv! Une chaise fendit l'éther et passa à peu d'atteindre la tête du monarque, qui l'évita par justesse au dernier moment. Au loin se dressait le Prince lui-même. Le Roi Mickey voulut s'identifier, mais le noble ne semblait pas vouloir écouter les sages paroles du monarque. À la place, le Prince dégaina avec aisance son épée et se précipita vers Mickey, en croyant probablement qu'il s'agissait d'un autre simili. Heureusement, l'agilité accrue du souverain lui permit de se replier prestement et ainsi d'éviter un destin fatal, et de son côté, le pauvre Prince Charmant termina sa course entre deux restants de tables, la tête contre une chaise brisée. Sans attendre, le Roi Mickey se hâta à ses côtés et lui tendit la main pour l'aider à se relever. Stupéfait, le noble rangea son arme blanche à l'intérieur de son fourreau et s'interrogea :

« Vous... vous n'êtes pas l'un d'eux? demanda le Prince charmant d'un ton qui laissa transparaître sa surprise. J'étais pourtant certain que vous étiez comme ces samouraïs, un simili si je ne m'abuse. »
« Non, en effet, je ne suis pas avec eux. J'ai justement été envoyé par la Lumière pour les éradiquer. Je devais le faire en toute discrétion, mais je n'ai pas réagi assez rapidement. Le monarque tendit la main de nouveau de façon à se présenter : Je suis Mickey Mouse, souverain du Château Disney et également commandant chez la confrérie de la Lumière. Le nom vous dit quelque chose? »
« Enchanté monsieur Mouse. Je suis le Prince de cette principauté et je tiens à m'excuser pour ce léger malentendu. Je ne voulais en aucun cas vous blesser. Et oui, j'ai évidemment déjà entendu parler de ce groupe. Ils ont œuvré pour moi à plusieurs reprises dans le passé. Il marqua une pause pour serrer la main de Mickey et perpétua : Loin de moi l'idée de taire cette conversation, mais je dois rejoindre Cendrillon… »
« Justement, en parlant d'elle… Sans vous brusquer, je crois qu'elle court un grave danger en ce moment. Les similis que vous avez vus toute à l'heure ne sont pas les seuls dangers présents ici. À ma table-même, je crois avoir identifié un autre malfaiteur. Et la dernière fois que je l'ai vu, il quittait pour les cachots… »
« Cendrillon, mon amour! s'exclama le Prince Charmant. Je dois la retrouver rapidement avant que ces malfrats ne lui fassent du mal. Je… je… Suivez-moi, les cachots sont par là. »
« Sauf votre respect, votre Grandeur, mais je crois qu'il serait préférable que vous restiez ici, ou au mieux le plus loin de ce Palais. Si une catastrophe devait avoir lieu, je me sentirais fort coupable de ne vous avoir pas averti. Je m'occupe de tout, et je vous promets que vous retrouverez Cendrillon d'ici demain. »
« Monsieur Mouse, si une catastrophe devait avoir lieu dans ma propre résidence, je pense sincèrement qu'il serait intelligent que j'y sois. J'irai retrouver Cendrillon, peut importe ce que vous direz! »
« Je vous assure que… Le monarque crut plus sage d'agir que de parler. D'un geste habile mais ô combien hésitant, il engendra un portail doré en direction du Manoir de Cendrillon et poussa le Prince Charmant à l'intérieur. Je suis réellement navré, mais c'est pour votre bien, votre Splendeur. »

Aussitôt, le portail se referma dans une lumière blafarde et le Roi Mickey avait à présent le chemin libre vers les cachots. Il se rendit donc vers les sous-sols du Palais en passant par la porte de bois derrière la scène. Lorsqu'il franchit le seuil de la salle du bal, il fut surpris de voir à quel point les escaliers étaient mornes et insalubres, en comparaison avec la magnificence du reste de la résidence. Néanmoins, il n'en porta pas attention plus longuement et commença à descendre les escaliers à une certaine vitesse afin d'éviter d'arriver trop tard pour sauver Cendrillon. Les marches qui menaient vers les cachots étaient peu éclairés, et les quelques lanternes accrochées un peu partout suffisaient difficilement à illuminer tout le passage, rendant la descente un peu plus périlleuse. Cependant, le monarque parvint à destination sans chuter.

Il pénétra finalement dans les cachots du Palais des Rêves. L'endroit était lugubre et même le Roi Mickey frissonna quand il se rendit compte de l'effroi qu'engendrait les sous-sols. Il ne prit pas une seconde de plus pour observer l'horrible panorama qui se dressait devant lui et s'enfonça dans les profondeurs du château jusqu'à atteindre une plus grande pièce où se trouvait toute la compagnie : il y avait l'homme au regard chagriné, Alden, la princesse de cœur au visage d'ange, Cendrillon, les deux samouraïs-similis encore en vie ainsi que quelques corps inertes de gardes humains. Ce fut le Roi Mickey qui commença à parler :

« Rendez-moi Cendrillon sur-le-champ. »

Cette réplique avait été divulguée avec une volonté et une velléité sans pareil. Le monarque voulait réellement sauver Cendrillon des griffes du mal, et il était de son devoir de s'assurer qu'elle reste dans son Palais, en sécurité. Pendant l'espace d'un moment, le Roi Mickey eut l'idée de se lancer directement dans un combat sans merci, mais il crut plus sage de tenter de négocier avant d'user des grands moyens. D'un ton presque hautain et d'une voix pour la moins déterminée, il demanda presque sympathiquement :

« Alors monsieur Buttermoon, vous travaillez pour qui? Dès que je vous ai vu entrer dans la salle de bal, j'aurais pu mettre ma main au feu que vous n'étiez pas du bon côté. Mais vous savez, je ne vous en veux pas du tout… Tout le monde a le droit de faire des erreurs. Il ne laissa même pas une seconde à Alden pour répondre et continua plutôt : Et comme vous avez pu vous en douter, je ne suis pas… Sarken Lockheart. »
Triste Papillon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Assassin
XP:
242/350  (242/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 25 Avr 2011 - 22:10
L’absence de cette souris n’avait pas fait long feu, en effet dès que j’avais tenté de rejoindre Cendrillon, j’avais ressenti un sort d’air contre moi qui me propulsa de l’autre côté de la salle. Je m’éclatais contre le mur et retombais douloureusement sur les fesses, une partie des plus sensibles d’un corps humain. En me relevant je regardais de nouveau la salle, j’avais atterri sur le côté de celle-ci, et de nombreux invités hurlaient et s’enfuyaient en direction de la sortie. Cendrillon avait déjà filée par le tunnel, tandis que ce Sarken commençait à se battre contre les simili dans la salle. Etrange fait qu’il se batte avec des ustensiles de cuisine et non avec son arme, lui qui semble avoir des connaissances magiques précises… En y réfléchissant bien je croyais me souvenir d’un souverain souris pour un monde appartenant à la Lumière. Alors la Lumière devait probablement être présente pour protéger la princesse mais j’avais plus d’un tour dans mon sac.

Je me relevais, et commençais à courir vers la porte, je n’avais pas le choix, si la lumière était là cela allait contrarier mes plans, mais je n’aurais pas d’autres possibilités de mettre la main sur cette princesse de cœur. Et même il devait avoir deviné l’intérêt qu’elle pouvait avoir et donc ne la laisserais plus en liberté, ou sans surveillance, et cela allait retarder les plans de la Coalition, voire de Milady… En plus cette princesse devait être aimé du peuple d’après ce que j’avais compris, donc sa perte représentait un fin espoir de voir de la tristesse dans les yeux de tous, surtout ceux du prince, et donc sur l’ensemble de ses sujets par correspondance.

Soudain je sentais mes pieds perdre l’assurance d’un sol dur pour une patinoire, ce petit personnage avait aussi gelé le sol ! Je m’étalais de tout mon long sur le sol encore une fois…. Un manque de classe certains et j’espérais que Milady ne le verrait pas… Heureusement que j’avais pris des leçons de danse dans ma jeunesse et qu’on m’avait appris l’équilibre… Je me relevais non sans difficultés et glissaient vers la porte qui était elle aussi gelé…. Le choix ne s’offrait plus à moi, ce petit rongeur commençait à m’agacer ponctuellement. Je laissais le pouvoir qui m’insufflait venir à moi, il coulait progressivement dans mes veines, mon sang, et je le concentrais sur la paume de ma main pour en créer une boule de feu que je lançais sur la porte gelée. Le but n’était heureusement pas de la détruire, j’étais sûr de me faire remarquer, mais de la dégeler. Chose faite !

Je franchissais la porte et me précipitais dans les cachots. Je tentais de m’y repérer mais déjà qu’il faisait sombre. Quand j’entendis des bruits de luttes plus loin, je m’y précipitais, le temps était décidément contre moi…. Et en arrivant je découvrais deux simili, ceux-ci s’attaquaient aux gardes, et quelques un étaient déjà tombés. Les simili se rapprochaient dangereusement de leur proie qui était une jeune fille effrayée. Je m’approchais alors rapidement d’elle mais le temps que je parvienne à son côté les simili s’étaient débarrassés des derniers gardes. Il ne restait plus que moi face aux simili… Jusqu’au moment où arriva alors ce gêneur en dernière minutes…. La situation ne pouvait pas être pire…

« Rendez-moi Cendrillon sur-le-champ. »

…Comme si j’allais lui obéir… En plus il semblait avoir eu le temps de se débarrasser des simili de la salle de bal… Cela allait me poser problème s’il ne restait que lui, alors je devrais le combattre dans les plus brefs délais et je n’avais pas le niveau nécessaire pour vaincre un tel maître de la magie, et si en plus… Oh je venais de me souvenir d’un détail… S’il s’agissait du roi du château de la Lumière alors il s’agissait aussi d’un porteur de Keyblade, cette arme légendaire qui est sensé gardé l’équilibre des mondes, et avoir des vertus envers les cœurs… Ce détail me rappelait à quel point ma situation se détériorait de plus en plus…


« Alors monsieur Buttermoon, vous travaillez pour qui? Dès que je vous ai vu entrer dans la salle de bal, j'aurais pu mettre ma main au feu que vous n'étiez pas du bon côté. Mais vous savez, je ne vous en veux pas du tout… Tout le monde a le droit de faire des erreurs. Et comme vous avez pu vous en douter, je ne suis pas… Sarken Lockheart. »

« -Hum… Le Bon ou le mauvais côté ? Le bien et le mal sont des notions relatives. Vous n’avez fait que vous en prendre à moi par soupçons… Dès que j’ai vu les simili j’avais des sources qui me conformaient que cette princesse était en danger, aussi ai-je tenter de la protéger, et ce difficilement vue vos tentatives de m’arrêter….Mais dîtes moi, avez aussi achevez le prince tandis que vous commandiez aux simili de s’en prendre aux habitants ? »


Sans lui laisser le temps de répondre j’effectuais un balayage sur les simili présents. Ceux-ci se retrouvèrent au sol rapidement. Puis je me précipitais pour pousser Cendrillon dans le passage au bout de la pièce. Et par cette entrée j’utilisais ma magie, encore une fois, pour mettre sur pied des remparts qui bouchaient maintenant notre lieu d’entrée vers les cachots. Me séparant définitivement de cet importun. Mais je ne pensais pas qu’un mur en pierre puisse le retenir assez longtemps, enfin il était assez épais pour lui pose problème un petit moment. Je me retournais donc vers la jeune fille, elle semblait encore sous le choc de mes paroles, comme si elle avait du mal à les croire… J’utilisais alors une de mes compétences pour immiscer des ténèbres en elles, qui allaient légèrement modifier son interprétation du réel et la laissait avoir des sentiments plus que négatif… Le doute… La tristesse…. Ainsi elle serait plus qu’enclin à venir avec moi. Je lui demandais alors vers où se dirigeait le tunnel, et ainsi elle me disait que ce tunnel se dirigeait vers son ancienne demeure.

Je l’entraînais alors avec moi dans une course effrénée, aussi effrénée que pouvait l’être une course dans un costard et avec une jeune fille en robe. Mais au moins elle me permettait de remettre en œuvre ma tenue, et ainsi avoir un air plus présentable. Quand le moment était venu de sortir de ce tunnel, nous nous trouvions dans les bois et la lumière de la chaumière apparaissait plus loin. Elle commençait à se précipiter vers celle-ci mais d’un coup dans la tête je l’assommais… Une princesse en détresse venait de naître à nouveau…
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général.
XP:
86/500  (86/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 25 Avr 2011 - 23:41
« Hum… Le Bon ou le mauvais côté ? Le bien et le mal sont des notions relatives. Vous n’avez fait que vous en prendre à moi par soupçons… Dès que j’ai vu les simili j’avais des sources qui me conformaient que cette princesse était en danger, aussi ai-je tenter de la protéger, et ce difficilement vue vos tentatives de m’arrêter… Mais dîtes moi, avez aussi achevez le prince tandis que vous commandiez aux simili de s’en prendre aux habitants ? »

S'il fallait plus d'une tentative pour parvenir à faire perdre la stabilité physique de Mickey, il en fallait peu pour le désarçonner mentalement. La réponse d'Alden Buttermoon avait agi comme un coup de poing dans le thorax. En effet, Cendrillon, qui écoutait contre son gré la conversation, pourrait à présent penser que le monarque avait pour objectif d'éliminer la princesse de cœur, et non de la sauver d'une potentielle séquestration. Cette réplique allait peut-être faire la différence entre une réussite et un échec, et le Roi Mickey avait bien peur qu'à partir de ce court instant, Alden avait pris le dessus de la situation. Mais l'homme au regard triste avait plus d'un tour dans son sac et en deux temps trois mouvements, il encloîtra le souverain et les deux similis à l'intérieur de remparts magiquement bâtis, le mettant dans de circonstances encore plus fâcheuses. Alors que le monarque devait et aurait dû agir promptement et efficacement, ses plans avaient été inopinément changés par Alden…

Le Roi Mickey ne tenta même pas de détruire les barricades et se précipita plutôt sur les deux samouraïs, toujours assommés par le balayage de monsieur Buttermoon. Le monarque prit avantage de leur position désavantageuse pour les affaiblir davantage de plusieurs coups prestes et ô combien rapides. Néanmoins, les similis réussirent ultimement à se relever et en dépit de leur faiblesse, ils réussirent à assembler leurs forces et poussèrent Mickey brusquement contre les remparts de roche, qui se brisèrent presque sous la puissance de l'impact. Médusé par cet assaut, le souverain ne put contrer l'offensive des deux samouraïs : les similis, en chœur, assénèrent plusieurs coups fermes dans la poitrine du monarque, qui commença à chercher son souffle. La panique commençait tranquillement à s'introduire dans son esprit et inexorablement, sa respiration devenait de plus en plus complexe. Il se sentait faiblir au fil des secondes, mais ne paraissait pas vouloir abandonner de sitôt. Non, Mickey ne se résigne jamais avoir d'avoir tout tenté. Et Dieu sait qu'à ce moment, il était loin d'avoir tout essayé pour se sauver.

D'un balayage de pied lent mais efficace, l'un des deux samouraïs se retrouva rapidement sur le sol. L'autre, quant à lui, fut assommé grâce d'un coup de poing véloce. Voyant qu'il avait repris la pôle-position dans l'altercation, Mickey sentit que son énergie se revitalisait à vue d’œil, comme si le fait d'avoir le dessus lui redonnait un peu de volonté pour continuer. Bénéficiant de cette adrénaline qui coulait tout au long de se veines, il put utiliser sa velléité magique pour abattre ses deux adversaires une bonne fois pour toutes : d'un geste habile de la main, une sphère électrique émergea de son corps et se dirigea avec précision sur les deux similis, qui explosèrent littéralement en éclats sous la puissance de la décharge. La détonation avait été si puissante que les barricades d'Alden flanchèrent, laissant la voie libre vers la sortie des cachots; vers la princesse en détresse.

Ainsi, dans un élan d'espoir, le Roi Mickey traversa les ruines des remparts et sprinta le plus hâtivement possible vers l'extérieur du Palais des Rêves. En quelques secondes à peine, il avait déjà atteint la lumière au bout du tunnel - au sens propre, évidemment - et pouvait dès lors récupérer et protéger Cendrillon. Il focalisa sa puissance afin de découvrir la position d'Alden, mais ses maigres talents en localisation lui octroyèrent tout sauf une réussite. Il se résigna donc à utiliser la magie et misa sur sa dextérité pour rejoindre la princesse de cœur avant que son ravisseur et elle ne quittent le Palais des Rêves. Il devait la retrouver. Rapidement. Promptement. Vite.

Après quelques secondes de sprint, alors qu'il commençait à s'enfoncer tranquillement dans la zone sylvestre du monde, il identifia au loin deux silhouettes qui semblaient curieusement pressées de quitter : Alden et Cendrillon, sans équivoque. Afin d'éviter d'être repéré, le Roi Mickey ralentit sa course et fit une multitude d'acrobaties, de glissades aériennes et de sauts de l'ange afin d'atteindre en toute discrétion le duo de choc. Malheureusement, alors qu'il sautait de cime en cime, il perdit l'équilibre et atterrit juste derrière l'homme au regard triste. Le souverain voulut se relever et détaler à toute vitesse tel un vulgaire criminel mais il n'eut guère le temps de se remettre sur pieds qu'Alden s'était déjà retourné. Évidemment, rien ne peut jamais être simple et commode…

« Cette fois-ci, Alden, j'en ai assez. Vous avez atteint mes limites. Cendrillon ne quittera pas son palais et je vous promets que vous finirez par fléchir, par abandonner, affirma le Roi Mickey d'une voix déterminée et pleine de volonté. Vous allez me rendre Cendrillon immédiatement, ou je la reprendrai, tout simplement. »

Le Roi Mickey n'attendit point la réponse de son interlocuteur et prit l'initiative d'agir instantanément. Hésitant, il centralisa son énergie dans sa main et la relâcha sur Cendrillon. Cette dernière, impuissante, fit un vol plané et atterrit heureusement dans un buisson un peu plus loin, amortissant une chute qui aurait pu être plutôt blessante. Aussitôt, le souverain utilisa sa poche intérieure pour dégainer sa Keyblade - la Chaîne Royale D - et recula de quelques pas afin d'avoir un aperçu du panorama qui se dressait devant lui, et ainsi élaborer une stratégie d'attaque pour maximiser ses chances de réussite. Il remarqua au loin un plan d'eau, quelques arbres, une petite chaumière et une précipice peu élevé et comptait bien se servir de tout cela pour éliminer Alden.

Ainsi, dans une souplesse et dans une dextérité presque inégalable, il martela Buttermoon de plusieurs coups dans le ventre, dans le thorax, dans le visage et dans les jambes, le déstabilisant. Il assénait ses coups si rapidement que le pauvre Alden ne pouvait contrecarrer aucun d'eux. Puis, grâce à une technique de combat rapproché, il parvint à repousser son adversaire d'un coup de Keyblade plutôt inattendu : Alden, contre son gré, glissa sur quelques mètres derrière lui jusqu'à foncer contre un tronc d'arbre. Le Roi Mickey, probablement pour la première fois depuis sa rencontre avec Buttermoon, avait le dessus de la situation, et de ce fait, sa fatigue grandissante sembla se dissiper radicalement. Il se sentait maintenant d'attaque pour sauver Cendrillon.

Dans cette optique, il se dirigea habilement jusqu'à la princesse de cœur et tenta de la réveiller, mais toutes ses tentatives se résumèrent à des échecs. Cendrillon était certes toujours en vie - on pouvait encore entendre le doux son de sa respiration - mais le choc l'avait complètement assommée, la rendant inconsciente. Il voulut la prendre dans ses bras afin de la porter jusqu'à un portail, mais il n'était clairement pas assez fort physiquement pour la relever, malgré le corps svelte de la princesse. Le Roi Mickey lança donc machinalement quelques regards autour de lui afin de trouver un plan B. Mais comme à l'accoutumée, il devait réfléchir vite.

« Cendrillon, te voilà! Je te retrouve enfin…, dit le Prince Charmant en arrivant sur les lieux. Il se dirigea vers sa dulcinée, lui murmura quelques mots et la secoua un peu. Il paniqua : Parbleu, pourquoi elle ne se réveille pas? Cendrillon, je t'en supplie, ouvre les yeux. J'ai besoin de toi, je... Se retournant vers Mickey : Elle est… morte? »
« Elle est seulement inconsciente. Prenez-la, et abritez-vous le plus loin possible d'ici. Alden ne tardera pas à se re… Le monarque fut interrompu par la silhouette d'Alden qui s'approchait de lui. Il est là. Courez, vite. Allez! »

En effet, Alden Buttermoon se trouvait déjà à quelques pas de Mickey et de Cendrillon par le fait-même. Le Prince Charmant se remit sur pieds et prit la princesse contre lui, courant vers un lieu sûr. Lui-même ne savait pas trop où il allait se dissimuler, mais voulait à tout prix quitter cet endroit avant qu'on reprenne sa douce. Pendant que le prince se hâtait vers l'horizon, le monarque, lui, reculait tranquillement. Et comme dans les bons romans de suspense, une racine vint se poser exactement derrière le pied de Mickey, qui perdit l'équilibre et tomba sur le dos.
Triste Papillon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Assassin
XP:
242/350  (242/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 26 Avr 2011 - 15:32
Porter la princesse n’avait pas été ma meilleure idée, contrairement à Alice elle était beaucoup plus grande et avec sa longue robe blanche remplie de paillettes on pouvait aisément la remarquer dans cette forêt. Il faut dire que j’aurais pût aisément me débarrasser de ces détails superflus mais cela aurait été malpolie de déshabiller une dame sans son accord, en plus je devais la ramener à Milady, et présenter une femme à moitié dévêtue devant elle aurait été pour moi pire honte que de ne rien lui ramener. Je n’osais imaginer la situation d’embarras qui pouvait avoir lieu…

Je m’enfonçais de plus en plus loin dans la forêt, j’avais prévu de retrouver le vaisseau dans une clairière plus loin, histoire de faire dans la discrétion, mais bien évidement tous ne se déroula pas comme prévu… Le sort s’acharne encore une fois sur moi, surtout lorsque j’entendis un bruit lourd de chute derrière moi, en me retournant je vis le gêneur encore là, il avait dû s’approcher pendant que je marchais en toute discrétion et semblait maintenant être assez près, si ce n’est qu’il semblait plus que maladroit pour être tombé aussi près de moi…

« Cette fois-ci, Alden, j'en ai assez. Vous avez atteint mes limites. Cendrillon ne quittera pas son palais et je vous promets que vous finirez par fléchir, par abandonner. Vous allez me rendre Cendrillon immédiatement, ou je la reprendrai, tout simplement. »

Moi aussi j’en avais assez de le voir s’immiscer dans les affaires en cours, et j’aurais eu l’occasion de répliquer s’il n’avait pas invoqué sa Keyblade. Je savais que c’était le nom de cette arme rien qu’en la voyant, une clé géante apparaissant dans un éclat de lumière, et dont le porteur semblé enclin de me faire gouter son pouvoir, quelle nuit… Effectivement il ne l’utilisa pas de suite mais utilisa un sort pour projeté Cendrillon au loin, autant dire que cela m’arrangeait à moi aussi, je ne comptais pas abîmer la marchandise comme dirait certains. Elle avait atteri dans un buisson plus loin, une sorte de sauvegarde pour elle pendant le combat…

Enfin combat…Parlons plutôt de défouloir, ce roi ne me laissait aucun temps de repis, il attaquait sans relâche en m’infligeant coup sur coup, une rude épreuve que je mis au profit de ma concentration et de ma détermination pour rester stoïque et je me laissais encaisser les dégâts, pas que je pouvais les éviter, non j’en étais incapable, pas non plus que je puisse les pare. Je ne pouvais pas non plus prétendre qu’il ne me faisait pas mal, non. Je pouvais simplement me concentrer pour ressentir moins la douleur de chaque coup, une sorte de retardement. Je connaîtrais la souffrance de ses coups c’est un fait, mais pas pour le moment, je devais rester concentré sur la mission qui m’avait été donnée.

Puis le souverain m’acheva en m’envoyant valser contre un tronc d’arbre qui me donna une raison de plus d’avoir une migraine. En jetant un regard sur mes vêtements je voyais déjà qu’ils étaient de nouveau en lambeau, alors que je venais juste de les recoudre… Quel gaspillage, je commanderais plusieurs tenus sur le coup pour contrebalancer les pertes. Je me relevais tant bien que mal pour observer la scène, le prince charmant venait de nous rejoindre et était aux côtés de Cendrillon et de Mickey. Je me dirigeais alors vers eux, mais à ce moment le roi criait puisqu’il venait de me voir. Je sentais déjà la lassitude venir en moi, j’avais envie d’une poche de glace sur tout mon corps ainsi que d’un livre entre les mains… Mais tandis que je m’avançais le prince emportait sa belle vers la demeure, et le roi trébuchait sur une racine alors qu’il me faisait face. Se pouvait-il vraiment que cette souris soit un roi alors qu’elle n’arrêtait pas de trébucher ? Quelle maladresse…

Je continuais de m’avancer vers lui rapidement et je sautais au-dessus de lui en soulevant légèrement mon chapeau en signe de reconnaissance. J’avais une idée pour lui qui n’allait pas lui plaire… Oh oui je laissais encore une fois le pouvoir de mon corps se soulevait, mais cette fois pas une simple agitation magique… Non, je laissais les ténèbres couler dans mes veines, je les sentais s’engouffrer dans chaque partie de mon être, dans chaque partie de mon corps, je ne sais pas si elles pouvaient atteindre mon cœur, mais si c’était le cas je deviendrais probablement un sans-cœur selon les récits, hors j’avais encore besoin de mon cœur pour réfléchir et agir… Je laissais ses ténèbres s’échappaient, il ne fallait pas qu’elle reste en moi pour le bien être de mon cœur, aussi je laissais apparaître une dizaine de passage ténébreux autour du souverain.

Ces passages laissèrent émerger des sans-cœurs qui me ressemblaient pour la plupart. On pouvait presque parler de sans-cœur affilié à moi, mais il n’avait pas la puissance d’un sans-cœur gigantesque ou d’un être de chair, ils étaient d’une puissance plus que moyenne. Ils ressemblaient à moi en miniature, ils étaient dans des teintes rouges avec un chapeau de travers et un costume rouge et noir des plus pittoresques, le danger venait de leur main, ils avaient de long ongles jaunes de plusieurs centimètres, et s’en servait souvent pour infliger plusieurs griffures allant jusqu’au sang. En plus ils étaient parmi les sans-cœurs les plus agiles que je connaissais. Une personne dans la coalition m’avait dit une fois qu’ils ressemblaient aux simili funambules. Ne les ayant jamais vus je ne pouvais que le croire… Ou non…

Je laissais donc ce gêneur avec mes sans-cœurs le temps pour moi de récupérer la princesse. Enfin d’essayer plutôt, elle avait une longueur d’avance avec le prince qui la portait. J’arrivais précipitamment à sortir du bois, je me trouvais devant la demeure, un manoir haut perché, il y avait de la lumière dans la maison mais je ne pouvais pas savoir si le prince se trouvait à l’intérieur ou non. Mais puisque je n’entendais aucun bruit je décidais de rentrer dans le manoir. L’entrée était des plus classiques en étant une pièce circulaire le tout décoré avec un chic sur lequel je ne m’attardais pas. J’entendais légèrement du bruit venant de ‘étage aussi je m’y précipitais en toute hâte. J’atterrissais alors dans un couloir avec des grandes fenêtres. Près de l’une d’elle un vase venait de se briser, et un gros chat noir se trouvait là pour faire l’innocent. Je commençais à me dire que tout cela ne valait rien d’autre qu’une distraction lorsque j’entendis le bruit d’un carrosse qui sortait de l’écurie, et en regardant par la fenêtre je voyais alors le prince aux commandes de sa deux chevaux, avec surement à son bord la princesse assoupie. Une complication et un contretemps.

Je prenais la plus grosse partie du vase encore intact et la lancer sur la fenêtre qui se brisa sous le choc. Puis je sautais par celle-ci m’offrant une voie d’accès vers le carrosse ambulant. J’atterrissais lentement sur le sol, le temps de voir le carrosse sortir de la propriété… J’avais été trop lent ! Je détestais devoir utiliser de telle manière mais je n’avais plus le choix…. Je devais abandonner mon chapeau…. Je le lançais en l’air et sortais un peu de pouvoir en moi pour lancer un sort de feu sur lui. Comme un adieu, je ne voulais pas qu’il tombe dans d’autres mains que les miennes, et ainsi les cendres partaient au grès du vent. Me vint alors une idée pour détourner l’attention de petit gêneur. Je concentrais à nouveau le pouvoir en moi et lançais un sort de feu sur les rideaux qui volaient au vent du manoir. Ainsi le feu se propagerait très vite sur la maison, enfin pas assez pour causer de réel dégâts mais au moins pour ralentir…

Je partais au pas de course à la suite du chariot, mais avec toutes les branches, les racines, il ne devait pas aller bien vite. Et en effet je le voyais un instant plus loin, qui avançait contre les arbres. Le prince avait dû prendre un chemin plus enfoncé dans les bois pour éviter la route mais ne s’était pour autant ne pas écarter de celle-ci. J’utilisais alors un autre pouvoir qui coulait dans mes veines, et je faisais en sorte que les racines encombrent son chemin, juste pour le ralentir. Je m’accrochais alors au derrière du carrosse. Une chance que j’y sois parvenue, je prenais le temps de repsirer calmement devant cette course folle. Autant dire qu’après cela je me devais de rester au lit plusieurs heures pour rattraper la fatigue…

Je rentrais en discrétion et agilité par la fenêtre du fond du carrosse. Le prince ne m’avait pas vu. Je prenais Cendrillon sur mes épaules et j’ouvrais la porte du carrosse pour sauter avec elle. Pas une idée très brillante puisque nous avons roulé sur plusieurs mètres avant de nous arrêter. Mais au moins le prince ne semblait pas nous avoir remarqués puisqu’il continuait du mieux qu’il pouvait vers le palais. Je prenais alors Cendrillon sur mes épaules et commençais à courir dans les bois sombres vers la clairière tant espéré et vers le début de cette tristesse…
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général.
XP:
86/500  (86/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 26 Avr 2011 - 16:16
Alden était déjà parti à la recherche de Cendrillon et de son Prince Charmant, laissant derrière lui une dizaine de sans-cœurs affamés. Dans de telles circonstances, la plupart des gens auraient abandonné. La plupart seraient résigné à la défaite et auraient tout laissé tomber. Mais pas Mickey. Non, lui, il avait déjà d'autres plans derrière la tête. S'il n'excellait pas nécessairement au corps-à-corps, le monarque possédait cette précieuse vertu qu'est la volonté. Cette velléité engendrait sa puissance, sa force, son courage, sa vaillance, et c'était cette velléité qui lui permettait de persister dans une situation pareille. Il avait beau être exténué, il avait beau vouloir en finir rapidement avec cet Alden et toute cette histoire, mais il n'allait pas abandonner aussi rapidement. Et c'est dans cette optique de réussite, dans cette vision optimiste qu'il entama aussitôt le combat contre les écorces ébènes.

Les sans-cœurs s'avançaient vers Mickey dans une démarche sadique, presque machiavélique. Leur rire narquois à glacer le sang envahit toute la forêt en quelques secondes. Puis, en chœur, ils bondirent sur le monarque, qui ne put bloquer cette offensive pourtant prévisible. Les nuisibles des ténèbres s'acharnaient sur Mickey, le transperçant de leurs interminables griffes et de leurs crocs à faire frémir. Le gazon pourtant verdoyant prit une teinte écarlate, et le monarque se sentait tranquillement affaiblir. Il n'allait certes pas tenir le coup longtemps.

Mais nonobstant cette faiblesse, il se concentra, focalisa toute son énergie. Il sentait la magie se mouvoir à l'intérieur de lui, il sentait cette puissance grandir au fil des secondes. Ses poings se resserrèrent, ses lèvres se pincèrent et le souverain se mit à trembler ardemment. Puis, alors que les sans-cœurs continuaient de percer la peau et la chair de Mickey, ce dernier sentait qu'il était enfin prêt à relâcher toute cette énergie magique : dans un nuage de fumée dorée, à travers un jet de lumière blafard, le monarque engendra un raz-de-marré lumineux qui perturba, assomma puis fit exploser toutes les créatures des ténèbres présentes. Heureusement pour lui, sa technique avait fonctionné à merveille. Mais elle ne fonctionnait qu'avec des créatures moyennes.

Et le monarque s'écroula brutalement sur le sol. Il était encore plus faible, il se sentait disparaître. Mais il devait persévérer, il le devait pour la Lumière et pour la Paix. Il le devait pour lui, et pour tous ceux qui comptaient sur sa volonté à ce moment-même. Il essaya de se relever une première fois, mais sans réel effet. Il tenta une seconde fois, mais vainement. Lorsqu'il essaya de se remettre sur pied une fois de plus, il pensa à Minnie, à Dingo, à Donald. Il pensa à un monde utopique sans ténèbres, il pensa à des moments forts et heureux qu'il avait vécus auparavant. Il pensa à la Lumière, à cette vaillance qui le pousse à agir depuis tant d'années. Et successivement, il se releva et se mit à courir en usant de toute ses dernières forces. Il ne pourrait certes courir bien longtemps, mais il continuait.

Chacun de ses pas était une épreuve de plus à accomplir, un véritable martyr. Ses jambes semblaient ne pas vouloir lui obéir, sa tête brûlait comme si on l'avait embrasé et ses bras étaient engourdis. Et au loin, au moment où il se sentit incapable, il discerna la présence de Cendrillon et d'Alden qui couraient vers le hangar du concessionnaire Shinra. Le simple fait de voir cette scène lui permit de gagner un peu de courage pour la suite. Il se hâta donc aussi diligemment qu'il le pouvait vers son adversaire, mais celui-ci était beaucoup trop rapide. Il ne pouvait utiliser sa symbiose, encore moins sa force physique et sa dextérité. Il se pencha donc sur un sort faible élémentaire : la terre. Du sol émergea ainsi une masse rocheuse faible qui termina son vol directement dans le bras d'Alden. Ce n'était certes pas puissant, mais juste assez pour le déséquilibrer quelques secondes.

L'homme triste, déstabilisé, laissa tomber Cendrillon sur le sol, et Mickey décida d'utiliser ses dernières énergies pour engendrer un portail preuve d'existence derrière elle. Et il fonça, courut comme il n'avait jamais couru auparavant. Il boitait d'une jambe, souffrait atrocement, mais il continuait de foncer. Et dans un élan de volonté, il voulut pousser la princesse de l'autre côté du seuil, mais la belle fut déplacée par la puissance magique d'Alden. Mickey ne pouvant freiner aussi rapidement, il fut propulsé dans son propre portail, dans le Château Disney. Il voulut faire demi-tour, mais dès qu'il tenta de se relever, il égara sa conscience et se laissa sombrer dans un profond sommeil...

Mission clairement échouée... et le début d'une guerre s'annonçait.
Triste Papillon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Assassin
XP:
242/350  (242/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Avr 2011 - 23:29
Finalement il y avait eu un imprévu en cours de route… Cet idiot de conducteur Gummi avait trop attendu, et la forêt n’offrait pas un endroit accueillant pour lui et sa machine surtout en plein milieu de la nuit, à croire que la nuit apportait des créatures ténébreuses et méchantes de nature. C’est vrai que si je tombais encore sur quelque chose pour contrer ma route j’aurais été des plus mal au point, surtout avec une princesse inconsciente sur les épaules, et avec toutes les blessures qui s’étaient accumulés avec les luttes de ce petit gêneur…. Bref je devais retourner vers le hangar Gummi de la compagnie ShinRa si je voulais quitter de monde et dieu sait que j’avais envie de le quitter au plus vite…

Je marchais alors péniblement vers le hangar, qui se trouvait proche du château du prince, mais je n’approchais pas par la route, autant dire que cela aurait été suicidaire, surtout pour moi, et pour la mission de Milady. Mais je pensais que par les bois je ne me ferais pas repéré, du moins pas de suie en rentrant. Surtout que la compagnie ne posait pas de question sur le contenu des bagages, et les gardes n’était pas ceux de ce monde, aussi je ne risquais pas d’être retardé si on me posait des questions sur la princesse. Quoiqu’avec la chance que j’avais eu cette nuit…

Et en effet je venais à peine de rentrer dans ce hangar que la souris venait de resurgir, elle activait un sort de terre pour m’obliger à lâcher la princesse. Il m’agaçait de plus en plus celui-là, son petit espoir de sauver celle-ci surtout à croire qu’il n’avait que ce sentiment là en tête… Je m’attaquerais surement à lui faire connaitre la tristesse prochainement… Enfin j’espérais compter là-dessus mais pour le moment je devais me débarrasser de lui. Il venait d’activer un portail juste derrière la princesse et semblait vouloir courir avec elle à l’intérieur en me laissant en plan…. Hors de question ! Je sentais le pouvoir bouillonnait en moi, de la manière dont je ne l’avais senti avec passion, comme attaché et empreint de… colère ? Je ne savais pas ce qe je faisais mais main se tendait d’elle-même vers la princesse et je sentais un sort d’air volait sur elle pour la déplaçait hors de portée alors que le roi sautait dans le portail et tentait de l’attraper…. Le portail se refermait sur lui et sur son espoir….

Je respirais difficilement et hoquetais même, j’avais accomplie la mission, j’avais apporté la tristesse à ce monde et à une personne de la lumière… Mais mon pouvoir devenait de plus en plus incontrôlable… Il fallait que je pense à cela mais aussi aux futurs rapports tendus avec la lumière…. La tristesse profonde et véritable allait bientôt commencer dans cette guerre sans joie…
Le Maître des Potions

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
45/650  (45/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 1 Mai 2011 - 14:47
Alors, les deux premiers post son beau, simple. Y a pas d'action mais vous plantez chacun merveilleusement bien le décor de cette fête bourgeoise ^^ Mais s'il y a quelque chose que aimé (et cette chose reviendra tout le rp durant) c'est votre vision si différente des choses ! Mickey est ébloui par tous ce qu'il voit, motivé comme jamais à retrouvé Cendrilon ! Alden est blasé et triste, rien de ce qu'il voit ne l'émerveille plus que ca, hormis la tristesse mais ca ^^

J'ai aussi bien aimé l'action en elle-même, ca cause, ca manipule, ca court et ca se bat un peu. Un jeu du chat et la souris et de chasse au trésor (le trésor étant Cendrillon).

Non, franchement, j'ai aimée ^^ Des missions à deux, faudra que j'en organise d'autre *o*


Alors, Alden !
35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. (1 vitesse, 2 def et 1 dexterité,

Mickey now !
35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. (2 magie, 2 dex)
messages
membres