Derniers sujets
» Un coup de pied dans la fourmilière
par Cypher Aujourd'hui à 1:22

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Hier à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Hier à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Hier à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Ven 15 Déc 2017 - 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Ven 15 Déc 2017 - 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Soufflez Très Fort sur la Bougie et Votre Sang Jaillit ♪
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Féminin
Nombre de messages : 140
Age : 24
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
184/500  (184/500)
Lun 11 Avr 2011 - 19:52
Dans un petit jardin du Pays des Merveilles, il résonnait un drôle de chant. « Un Joyeux Non-anniversaire! Un Joyeux Non-anniversaire à vous! ♫ ». Pleines d'entrain, les deux voix reprenaient à tue-tête ce refrain entrainant. Elles n'étaient pas seules à participer à cette petite fête, une symphonie de sifflements les accompagnaient dans des nuages de vapeur aux parfums enivrants. Les théières participaient à la fête, chantant de leurs arômes menthe, vanille et citron. Tout au fond de ce jardin, il y avait un petit portail placé au beau milieu d'une charmante clôture de bois. La forêt débutait ensuite, s'étendant au loin, mais à plusieurs mètres de là, on aurait pu deviner les festivités qui se déroulaient, dissimulées dans cette cour privée. Il y avait dans l'air des effluves sucrées. Cela sentait le gâteau, peut-être même le pudding, cela sentait aussi le chocolat, la fraise... Une explosion de saveur qui aurait pu repaître l'appétit d'un affamé par son seul fumet. La gaieté du Chapelier Fou et de son fidèle Lièvre de Mars semblait inébranlable : le Non-anniversaire était coutume sacrée en ces régions. Insouciants, aucun d'entre eux ne semblait prêter attention à l'ombre grandissante du bois, qui pourtant semblait s'étendre petit à petit jusqu'à eux.

« Et nous souhaitons à tous le monde avec nos vœux sincères, un Joyeux Non-anniversaire! Un Joyeux Non-Anniversaire, mon cher! ♪ »

Alors que les deux amis entrechoquaient leurs tasses, il y eut soudainement une rafale de vent, une bourrasque, qui ouvrit brusquement le petit portail, l'envoyant voler vers la clôture. Paniqués par cette interruption soudaine, Lièvre et Chapelier se réfugièrent dans les bras l'un de l'autre, guettant avec panique le passage qui ne donnait que sur l'obscurité de la forêt. La température baissa. Un froid sec, mêlé au vent, vint leur fouetter le visage. De leurs lèvres tremblantes s'échappait un souffle visible à l'œil nu, signe qu'ils approchaient dangereusement du 0° tandis que quelques instants plus tôt, l'air se montrait particulièrement agréable, titillant frivolement leur humeur enjouée. Maintenant, serrés, terrifiés, ils attendaient que le mal arrive, car sa présence était grossièrement décelable, même pour des êtres aussi futiles perdus dans leur folie.

Le mal prit la forme d'une femme entrant dans le jardin, courbée pour mieux passer par le petit portail. Lorsqu'elle eut pénétré leur espace privé, elle se redressa enfin de toute sa taille, qui devait bien valoir deux chapeliers ou deux lièvres. Grande, élégante, menaçante... Vêtue de sa longue robe rouge, Ultimecia toisa le duo tétanisé pendant un long moment. Les théières s'étaient tues. Hormis le tremblement des os du fol duo, on aurait pu croire que le Pays des Merveilles entier était devenu muet. Puis la Sorcière gloussa et fit un pas vers eux, les forçant à se pencher en arrière pour éviter cette proximité grandissante. Elle croisa les bras d'un air navré et ferma les yeux avant de finalement troubler le silence d'une voix douce, presque inaudible et pourtant si clair à leurs oreilles.

« Huhuhu... Vos chants sont attirants, petits bons hommes... Il semblerait qu'aujourd'hui, cela soit aussi mon Non-anniversaire... »

Elle fit le tour de la grande table de banquet, semblant glisser sur le sol, et s'assit en face du Chapelier Fou et de son acolyte. Tout deux semblaient légèrement plus sur d'eux, ou tout au moins avaient-ils cessé de trembler comme des feuilles. Mais tout au fond d'eux, la peur demeurait. Ils savaient ce que l'on racontait sur cette femme... Des rumeurs certes, mais chacune était à vous glacer le sang... Songe d'Ombrage, voilà le nom sous laquelle on la connaissait à la cour. Songe d'Ombrage, la conseillère de la Reine, sa plus fidèle suivante... Mais pire encore, celle qui tirait les ficelles dans l'ombre, du moins c'est ce que Bill le lézard leur avait raconté. Le Roi était mort il y a peu, était-ce de sa faute ? Les armées de cartes patrouillaient plus fréquemment dans le pays, capturaient pour un oui ou pour un non, y était-elle mêlée ? Chacun craignait pour sa tête désormais que le Roi de Cœur ne pouvait plus limiter les excès de sa Reine. Et cette Songe, qui leur rendait une visite inopportune, avait de quoi susciter tout leur effroi.

« M'offrirez-vous une tasse de thé en cette occasion ? » susurra-t-elle gentiment. « La Reine serait tellement satisfaite de me savoir honorée de la sorte... »

La menace était désormais claire et les inquiétait, bien évidemment. Aussi s'exécutèrent-ils, le Lièvre de Mars tendant une tasse d'une main dont il essayait de calmer les tremblements. Ultimecia saisit le breuvage et en avala une chaude gorgée. Ses paupières glissèrent sur ses yeux quelques secondes puis elle fixa de nouveau son attention sur les deux sujets qui semblaient l'implorer à chaque seconde de ne pas les condamner. Une étincelle mauvaise scintilla au fond de ses yeux jaunes. Toute cette comédie n'avait qu'un seul et unique but, mais pour y parvenir elle avait besoin de les effrayer, de leur faire connaître les limites de la peur, là où l'oubli commence...

« La Reine... » commença-t-elle, laissant sa phrase en suspens pour mieux y faire planer ce sentiment d'insécurité qui les gagnait peu à peu... « ...Préférerait certainement que l'on m'offre un cadeau... »

Ils poussèrent un soupir de soulagement. : leur sort n'était pas encore joué. Le Chapelier Fou saisit un paquet parmi la pile posée à terre, veillant tout de même à lui offrir celui qui avait le plus beau papier et le plus beau nœud. Il lui mit entre les mains avec un grand sourire crispé et, rendant un sourire inquiétant du coin de ses lèvres, la Sorcière tira sur l'emballage pour ouvrir son paquet. Son air menaçant laissa immédiatement place au ravissement, un ravissement feint bien entendu, cela faisait parti de son plan... Elle remercia chaleureusement les deux compères, avant de plonger une main au fond de l'emballage, y saisissant ce qu'il contenait. Avant de l'ôter toutefois, elle regarda fixement Lièvre et Chapelier d'un regard perçant.

« C'est exactement ce que j'étais venu chercher, mais comment donc avez-vous su... » Elle tira brusquement le cadeau de son emballage et jeta par la même occasion un sort aux deux fous. Elle avait beau tenir un sac d'orange dans sa main gantée, leurs yeux terrifiés y voyaient leurs propres têtes, décapitées, baignant dans un sang caillé, leurs yeux vitreux les dévisageant... Ils poussèrent un hurlement strident. La peur... La peur les maîtrisait, la peur état désormais leur essence... Et par cette peur, Ultimecia allait obtenir précisément ce qu'elle voulait... Elle sortit un nouvel élément de son paquet, qui leur apparut cette fois comme une statuette représentant une fillette vêtue d'une robe... La voix de la Sorcière avait désormais perdue ses accentuations doucereuses et était redevenue froide et insensible. « Cette fille vous permettra d'échapper à votre sort. Son nom est Alice... Où est-elle ! »

Ça n'était pas une question, mais bel et bien un ordre. Le Chapelier, tenant sa tête entre ses mains, fut le premier à répondre au milieu de sa souffrance.

« On ne sait pas! Elle ne vient plus boire le thé avec nous! »

Le Lièvre se roulait à terre, mais il parvint tout de même à articuler.

« Elle a disparu! Il y a quelques temps de ça! On l'a enlevée! Dans la forêt! »

Ultimecia se leva d'un bond. Enlevée ? Elle était donc arrivée trop tard... Mais cela n'était qu'à charge de revanche. Son interrogatoire était fini, et elle n'avait plus besoin des deux hurluberlus pour l'instant... Elle quitta donc le jardin privé, aussi mystérieusement qu'elle était venue.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allya Eärwen • Tu vois quand tu fermes les yeux et que tu désires un truc très fort. Et bah Dieu c’est le mec qui en a rien à foutre. (OVER)
» Souvenirs et amour fraternel [ ft. Mathis de Fontanges ]
» Le patronus de votre personnage
» Dites haut et fort que vous aimez votre guilde !
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..