Derniers sujets
Le Tour de ClopinAujourd'hui à 17:41Arthur RainbowAbsenceAujourd'hui à 13:28ShadowDésinformationAujourd'hui à 2:30Kurt BrownPromenons-nous dans les bois -Hier à 9:48Vesper EarlLa guerrière satyre AmbrosiaSam 14 Juil 2018 - 18:24AmbrosiaFace contre TerreSam 14 Juil 2018 - 0:36NarantuyaaBalade nocturneVen 13 Juil 2018 - 23:46CissneïPeins moi ça en noirVen 13 Juil 2018 - 3:49Jack InèrsseDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra PentaghastLa Chute de NottinghamJeu 12 Juil 2018 - 10:41Heinrich VentrecrocIl y a toujours un cheminMer 11 Juil 2018 - 23:39Fabrizio ValeriDans un souci logistiqueDim 8 Juil 2018 - 13:59Kurt BrownCe qu'on fait par AmourSam 7 Juil 2018 - 16:31Maître AquaIl n'y a rien de personnelSam 7 Juil 2018 - 12:37Lenore
La Danse Folle ♪

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: General
XP:
370/0  (370/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 2 Avr 2011 - 23:47
Présentation de Kefka Palazzo

.

    Identité

      N o m : Palazzo ♪
      P r é n o m : Kefka ♫
      S u r n o m : La Danse Folle ♪
      Â g e : Ce n'est qu'un détail voyons, huhu...
      C a m p : Errant voyons ! Mais qui sait, cela changera peut-être à l'avenir ♪
      M o n d e d' O r i g i n e : Forteresse oubliée...
      R a c e : Que suis-je ? Un humain ? Vous le pensez vraiment ? Très bien... Mais peut-être ne suis-je plus humain ! Ou bien je ne l'est jamais été qui sait ! La vérité c'est que je ne suis rien, mais aussi tout. En fait, je ne sais même pas ce que je suis Huohohohohohohohoho !

    Descriptions
    P h y s i q u e :
      Le diable dissimulé derrière une tronche peinturluré, voilà ce que sont les clowns, voilà ce qu'est Kefka ! Et le moins que l'on puisse dire c'est que Kefka est un personnage haut en couleur ! Il est comme une œuvre d'art... Des couleurs misent ensemble ici et là prenant une certaine forme ! Hormis que là, le fou dansant semble être peint des mains d'un jeune enfant apeuré n'ayant aucun gour pour accorder les couleurs ! Nan mais c'est vrai quoi, regardez-le ! Ses bottes pour commencer, qui semblent n'être rien d'autre que des babouches ! L'une est noire comme les ténèbres les plus profondes, l'autre est blanche comme neige ! Vous allez sans me doutes me dire que cela représente l'équilibre de la lumière et des ténèbres, le yin et le yang... Pauvre fou ! La noire remontent presque jusqu'au genou, contrairement à la blanche qui s'arrête à mi-cuisse ! Il n'y a pas d'équilibre, les ténèbres dominent dans le cœur du fou dansant, et largement ! Son pantalon bouffant est dans le même genre, et oui... Un vêtement rouge vif qui descends jusqu'à la pointe des pieds d'un coté, mais pas de l'autre qui n'atteint même pas le genou et n'est guère plus grand qu'un caleçon ! Pour combler se vide, nous pouvons apercevoir un collant bleu clair orné d'un petit foulard jaune doré... Comme c'est mignon huhu ! Mais ses vêtements, que recouvrent-ils donc ?! Je vais vous le dire ! Derrières ces bas au combien mal accordés se dissimulent une paire de jambes finement musclés, longilignes et agiles ! Ses pieds ne correspondent pas avec sa taille, ne faisant qu'une taille quarante-et-un ! Mais c'est un secret caché par ses chaussures démesurés. Évidement, la démarche qui en découle est maladroite, mais ca on s'en fiche, ca fait partit du personnage... Bien entendu, je vous passe les détails sur son attribut virile pour passer directement à la ceinture !

      Un ruban jaune tirant vers le rose à ses extrémités lui sert de ceinture. Une étoffe de soie jaune cassé affublé d'un petit collier de perle aux multiples couleurs s'échappent on ne sait comment de sa ceinture. Et c'est tout pour cette partie là !

      En montant un peu plus, nous sommes en droit de se demander... comment est son buste ? Et bien il est le parfait prolongement de ses jambes. Un buste tout en muscle, dessiné, sculpté d'une main de mettre. La musculature fine et longiligne d'un apollon Mais ca, vous ne le verrez pas... Car des habits cachent tous cela. Je voudrais vous les décrire, mais c'est bien impossible ! Imaginez tout simplement un tas de tissu, de couleurs différentes et vif, aux motifs improbables. Du jaune à petits pois violets jusqu'au jaune rayé de vert... C'est un feu d'artifice de mauvais gout vif, joyeux et mal assortis ! Je préciserais tout simplement qu'il porte une longue cape rouge tenu par un col démesurément grand, serrant son cou dans un fond rouge rayé de jaune, voir l'inverse ! Étrangement, bien qu'étant dans un chaos le plus total, les habits clownesque du fou dansant parvienne à trouver un équilibre. Mais tout ça, toute cette extravagance, cette démarche folle et dansante, ce n'est rien comparé à la pire horreur qui soit dans l'univers... son visage !

      Ses cheveux d'or gominés, parfaitement ordonnés. Seul une mèche rebelle ose se démarquer du lot en voletant dans les airs, surmontant le front du bouffon. Son visage est celui d'un beau garçon, à en faire rougir une bonne sœur ! Si seulement il n'eut pas été trainé dans la peinture... Des yeux globuleux, capables de s'extraire de leurs orbites pour fixer une âme pure. Luisant d'un vert magique brillant, un lueur de folie dans son regard qui inonde ses globes oculaires. Son regard détraqué, psychopathe et psychotique mis en valeur par des larmes de sang maquillé à même sa peau teinté du blanc le plus pur. Un nez aussi crochu que celui d'Arlequin. Et ce n'est rien comparé à son sourire dément, recouvert d'un maquillage violet, figé dans un sourire éternelle de pure folie. Un sourire qui part d'une oreille à l'autre ! Ses oreilles ont la particularités d'être pointus, mais comme si c'était encore trop banale la mage fou prit la peine de les ornés de boucles d'oreilles. Et a l'arrière de son crâne trône royalement une énorme plume blanche entouré d'un harem brillant de bijoux en tout genre...

      Mais ce qui rend notre joyeux drille si amusant, ce sont des petites manies ! Un acteur né qui image de manière grotesque toutes ses paroles, en les accompagnant de mimiques ridicules et d'expression tenant plus de la grimace qu'autre chose ! Sa voix, elle aussi varie en fonction, sur un ton chantant, parfois très aigu ou démesurément ironique, ca ne manque pas !

      Voilà qui est Kefka, un clown à l'allure grotesque qui s'avance, un sourire inquiétant au visage ♪

      Question vis-à-vis du Physique :
      Kefka n'est pas fait pour le combat rapproché, mais alors, vraiment pas. Maladroit et brouillon dans sa gestuelle, il se fera battre au corps à corps par n'importe quelle personne un peu près habile de ses mains. Quand à sa force, il ne faut pas compter dessus pour peu que l'adversaire ne supporte d'endurer un coup de poing ayant la force d'une jeune pucelle. Je vous laisse donc imaginer la grande étendue de sa résistance... qui est, elle aussi, misérable. Le seul domaine où Kefka excelle est celui de la magie. Sa défense contre celle-ci peu laisser un peu à désirer. Il est cependant impossible de nier son potentiel destructeur. Mais plus dangereux encore que leurs puissance, ses sorts sont à craindre pour leur imprévisibilités ! Et oui, les sorts de Kefka sont assez farceurs ! Entre la boule de feu qui rebondit dans l’air pour suivre son adversaire, ou encore la boule de glace qui se fige sur place pour exploser en plein de petits morceaux avant de se disperser, sans oublier les éclairs qui tombent au hasard autour de l’adversaire, ca devient vraiment difficile de tout esquiver ! Pour ne rien arranger, sa gamme de sort est très étendu, un vrai couteau-suisse magique !


    C a r a c t è r e :
      Question vis-à-vis du caractère :
      Pour obtenir Kefka il faut mélanger ces quelques ingrédients !

      Calculateur, fourbe, cruel, capricieux, mégalomane, psychotique, persévérant, nihiliste à l'égo sur-dimensionné sans oublier une petite dose de folie ♪



      Imaginez un enfant. Pour mettre un peu de forme nous dirons qu'il s'appelle Georges. Georges est un enfant de huit ans très capricieux. Il fait beaucoup de bêtises et se fait régulièrement punir, le tout avec un bon sermon. Mas Georges ne comprends pas pourquoi on le punit ! Peindre le chat en vert, écrire "Zoro" partout sur les murs et jeter une bombe à eau pleine d'urine sur le prêtre c'était drôle non ?! Alors il ne comprends pas pourquoi on le gronde ! Pour Kefka, c'est exactement pareil. Il se considère comme drôle et ne considère pas que ce qu'il fait est mal, et d'ailleurs il fait ce qu'il veut. Le seul problème avec cette énergumène de fou dansant, c'est que ses "bêtises" sont à une échelle plus importante... Une de ses bêtises pourrait être de tuer quelqu'un par exemple. Tout comme empoisonner l'eau que les habitants d'un monde boive... Ou encore raser une jungle entière ! Bien entendu, l'enfant capricieux ne peut tolérer de ne pas avoir ce qu'il désire... Tout comme notre cher bouffon. Il est en effet capable de piquer des crises de folie furieuse où le clown se met à détruire tout ce qu'il y a à portée et même allez trouver autre chose à détruire au cas où il n'aurais plus rien à détruire sous la main. Ce qui nous amène à un deuxième point autrement plus important ! Kefka est DINGUE ! On peut associer tout un tas de sens à cet adjectif mais je voudrais parler d'un bien point précis... Monsieur Palazzo est quelqu'un de vraiment très instable ! Nerveux, agité et constamment sur le vif, il peut rire et entrer dans une colère divine l'instant après... Toujours en rigolant cela dit. Nul ne peut savoir ce qui se passe dans sa petite tête. Mais, et ce de manière assez paradoxal, il ne se met que rarement en colère. On peut croire qu'il est, mais il ne faut pas s'y fier, car ce n'est rien d'autre que de la haine !

      On dit Kefka fou. C'est peut-être vrai cela dit, mais la folie c'est très subjectif. J'aborderais un point précis de son caractère. Et c'est ce même point qui fait de lui un fou aux yeux des quidams les plus ignorants ! Si le fou dansant était un litchi, ce sur quoi les autres le jugent fous serait la carapace, et quelle carapace... Un style vestimentaire des plus excentrique et le comportement d'un clown psychopathe. Avec lui, les blagues fusent par dizaine, des blagues qui ne sont pas toujours drôle d'ailleurs. Il affectionne l'humour et la moquerie, que ce soit drôle, pas drôle, noir, irrespectueux, peut importe ! L'importent c'est de s'amuser après tout ! Kefka prend d'ailleurs tout à la rigolade, rien n'a de sens et c'est ca qui est drôle ! Notre clown préféré aime aussi beaucoup associer le geste à la parole, notamment en se lançant dans de petites danses ridicules ou en caricaturant des émotions à la manière d'un artiste raté. Pourquoi fait-il ça ? Parce que c'est dans ses gouts ? Il le fait pour une simple et bonne raison... Car sa folie le lui dicte. Ça l'amuse en fait, de se tourner en ridicule ou même de tourner en ridicule les autres.

      Mais il y a une autre raison, une raison autrement plus utile, plus intelligente. Il fait ca pour qu'on ne le prenne pas au sérieux... Qui se méfierait d'un clown ? Personne bien sur ! Cela lui permet d'exercer ses plans avec plus de sérénité. Étrangement, à force de jouer au Clown, Kefka en est devenu un. Au départ simple comédien, il s'est petit à petit transformé en son personnage pittoresque. L'acteur est le personnage ne font plus qu'un, mais au final ce n'est qu'un enrobage... L'essence même de l'acteur n'a en fait qu'été recouvert par le personnage. Et puis bon, jouez au clown reste follement amusant ! Mais...

      Quelle est l'essence de Kefka ? Voulez-vous vraiment savoir ? Souhaitez-vous pénétrez dans un monde de haine, d'incompréhension et de désespoir ? Il faut comprendre que derrière les apparences de bouffon grotesque qu'il se donne allégrement, Kefka est un être extrêmement intelligent, cette dernière n'ayant d'égale que sa malveillance. Bien que toutes les actions du fou dansant semblent guidés par sa seule folie destructrice, on se rend vite compte en se penchant sur celle-ci qu'en fait, tous est liés, tous fait partit d'un plan. Malheureusement, on s'en rend compte généralement trop tard ! Je prends peut-être un risque en disant ca, c'est vrai, mais le fait est que les plans sur le long terme de cet échappé de l'asile sont tellement tordus et empreinte des chemins si tortueux qu'il s'avère difficile d'imaginer que cela peut être un plan. Pour ce qui est de calculé et anticiper, Kefka n'est pas le dernier, loin de là. Calculateur à l'extrême, ses actions s'organisent sur le long terme, très long terme, sans que le mage fou ne perdent le fil de ses actions cependant... preuve de son intelligence. Beaucoup d'hommes sont intelligents, sans cependant être dangereux. Et pourtant, notre homme est dangereux... Pourquoi ? Car c'est un mégalomane qui voit toujours plus loin, qui voit toujours plus grand. Son ambition est grande au point de vouloir devenir un dieu, d'égaler voir dépasser le domaine du divin.

      Et pour atteindre un tel but, Kefka ne recule devant rien ! Tuer dans d'atroce souffrance, exterminer, bafouer et profaner... Rien de tous cela ne l'effraie ! C'est un monstre dénué de conscience pour qui faire le mal n'apporte aucun état d'âme pire encore, ca l'amuse ! Aussi fourbe que cruel ! Il serait capable d'empoisonner un nouveau née dans le simple but de pousser au désespoir sa mère afin qu'elle serve au mieux ses plans. Ce n'est qu'un exemple, car le fou dansant possède en stock un nombre incalculable de piège, stratagèmes et autres fourberies... sans être encombrer par une quelconque morale ! Le mal à l'état pur...

      Mais derrière tout cela, il existe un Kefka que peu connaisse, que peu voit... que peut connaitront et verront. Une facette que personne ne penserait voir chez lui, celle du philosophe torturé. Une trop grande intelligence peut être tout aussi un fardeau qu'un don. D'ailleurs... Plus l'intelligence est grande, plus elle apporte son lot de souci. C'est de ce fameux don que Kefka tire sa folie. Comme toute personne en mesure de le faire, le fou dansant a tenté de comprendre le monde, sa raison d'être, son passé, son avenir, son fonctionnement... Et il a retirer une chose de sa réflexion, c'est que tout est destiné à disparaitre. Le palais d'hier sera poussière demain. Tout en ce monde flétrit et disparait... Le couple d'amoureux finira par perdre sa jeunesse et son amour d'antan pour enfin mourir après avoir passé tant de nuit à dormir dans un lit sans se toucher ! Pour lui, le monde n'a aucun sens, il est absurde de bâtir des choses puisqu'elles finiront par être détruite. Il ne comprend pas comment l'ont peut aimer, avoir de l'espoir... Le monde est vide de sens, la vie aussi. Et pourtant, les hommes bâtissent et construise sans relâche. Cette incompréhension l'a petit à petit conduit à mépriser les êtres vivants qui construisent sans relâche, qui espère et pensent que cela en vaut la peine. Et tout comme l'incompréhension est devenu mépris, le mépris est devenue haine ! Et c'est de sa folie nihiliste que naquit sa terrible mentalité : "Vu qu'on va pas tous mourir un jour de toute façon, ca fait quoi de tuer des gens ?" ou même "On va tous mourir... Alors autant le faire avec humour !'

      Sa misanthropie a aussi nourrit son égo sur-dimensionné. Kefka souhaite devenir un dieu, mais paradoxalement il se considère déjà comme tel comparé aux genres humains. On peut dire qu'il est au-dessus de la masse. C'est un être à part, un être exceptionnelle qui a compris le monde. Et malgré ca, il souffre car lui-même éprouve du plaisir, ce qui nourrit sa haine. Il déteste tous ce qui n'a pas de sens, et rien n'a de sens... Le fou dansant haït tout le monde et toute chose ! Et on peut entendre, si l'on est assez sensible que... son rire est un rire triste...

      Voilà qui est Kefka ♪


    G r a d e . v i s é :
      Pour une fois, je me dois de viser Général... et si ca vaut Maréchal, je prends aussi ! Mais je vise Général. Puis je pense que Maréchal est un garde qui se vise... 'Fin Général et plus si affinité quoi.

    H i s t o i r e :
      Quelque part, dans les profondeurs rocheuses de la forteresse oubliée, se trouvait deux personnes. L'un était brun, l'autre blond. Le premier se nommait Clyde, l'autre Baram. Tous deux essoufflés, ils venaient tout juste de repousser quelques gardes... Mais d'autres n'allaient pas tarder à arriver ! Ces deux bandits de grand chemin avait volé un objet précieux au maitre de ce montre, Ansem le sage. L'élite ne tarderait pas à arriver. Braig, Aeleus, Dalin... Les vaincre ? Pure folie ! Fuir restait la meilleure solution. Clyde, prit la parole, d'un ton comme à son habitude sérieux et grave. A son ami, il dit qu'il fallait partit au plus vite... Sauf qu'en l'occurrence, un mauvais coup, une blessure grave empêcher Baram de se mouvoir. Dans sa grande bonté, le bandit souhaitait porter son ami et s'enfuir avec sur son dos... Mais malheureusement, "ils" étaient déjà là. La fatigue, la douleur et le désespoir ont rendu lâche cet homme qui fuya aussi loin que faire se put à ce moment. Baram, seul et désarmé fut emmener de force, bien qu'il n'est pu opposer grande résistance, jusque dans les cachots du jardin radieux. Condamné à de longues années dans un endroit froid, sombre et humide. Mais sa douleur la plus grande n'a jamais été cette blessure infligé par un de ses adversaires pendant sa fuite, blessure qui fut soigné plutôt sommairement au passage, sa plus grande douleur était et reste encore aujourd'hui celle qu'il a au cœur... Il a perdu son ami Clyde, tandis que ce dernier vivait dans le regret. Bien que la liberté lui manquait, le prisonnier finit tant bien que mal à se faire à la routine des cachots. Dénué de toute résistance, de toute envie de rébellion, sa langue révélât tout ce qu'elle savait et nul ne le tortura. Quand aux autres prisonniers... Chacun sa cellule.

      Entre ses quatre murs, Barama repensait avec nostalgie à son enfance. Les quatre cents qui faisait avec son ami Clyde. L'amour de sa famille bien aimante malgré la voix peu recommandable qu'il suivait. Une vie banale, avec ses amours, ses joies et ses peines. Un entrainement plus que sommaire à une magie qui lui permettait de lancé des sorts basique, comme glacier ou brasier. Des choses sans importance en fin de compte. Des détails, qui font la vie. Et c'est deux semaines avant sa libération de trois blouses blanches vint le chercher... Résister ? Il a tenter mais était loin de réussir ! Et ce qui s'en est suivi... Une horreur. C'était comme si on avait ouvert son torse et trituré son cœur dans tous les sens. La souffrance qui en résultat fit saigner ses yeux par des larmes de sang. Et son esprit, peu à peu s'obscurcissait. Il se souvient encore d'avoir vu monstres aux yeux jaunes, tous plus horrible les uns que les autres, tous plus inhumain...

      Rapport numéro 47.

      "Le résultat de l'expérience visant à corrompre le cœur du détenu Baram Palazzo sans le détruire est mitigée. Nous avons certes corrompu son cœur en le gardant intact, ce qui représente une grande avancée en soit, mais le sujet est depuis atteint de psychoses aggravée. Il ris de plus en plus souvent et semble avoir développer une schizophrénie. Il alterne entre la mentalité d'un enfant atteint de sociopathie et celle d'un philosophe nihiliste aux tendances destructrices. Nous continuerons nos expériences sur le sujet pour tenter d'identifier et soigner ce qui cause cette folie. Je ne me fait que peu d'illusion."

      Rapport numéro 50.

      "Le sujet Baram Palazzo est fascinant ! Les ténèbres dans son cœur semblent avoir sur-développé son potentiel magique, à moins que ce ne soit nos expériences qui en soit la cause. Sa folie n'a fait qu'empirer à mesure que son pouvoir magique augmentait. Le sujet prétend dès lors se nommer Kefka. Il semble paranoïaque, psychotique, mégalomane, misanthrope, narcissique et sociopathie. Si le cœur est lié à la lumière et aux ténèbres, il est donc logique que les sentiments soit altéré par nos manipulations. Malgré tout, le sujet confirme notre hypothèse. Notre projet serait d'essayer de faire revenir son cœur à un son état normal, de le 'soigner' de ses ténèbres par la lumière. Nous pourrons ainsi voir si les ténèbres peuvent être chasser, ou non."

      Puis, peux après, "elles" sont apparus. Les créatures faites de ténèbres pures ! Et peu à peu, elles sont devenus de plus en plus nombreuses, détruisant tout sur leur passage, alors que les ténèbres envahissaient ce monde ridicule et pathétique. Baram ? Mort depuis longtemps, remplacé par Kefka ! Et ce dernier a réussit à échapper à la mort. Comment ? Et bien, rien de plus simple. Les ténèbres, absolus et éternelles, infinis Et Kefka qui marchait droit devant lui. Ne sachant pourquoi. C'était un couloir des ténèbres. Combien de temps le fou dansant est-il resté dedans ? Des mois ? Des années ? La notion du temps, il ne l'avait plus, son seul but c'était marcher, à s'en faire saigner les pieds, avancer comme un fou guettant la moindre occasion, lorsqu'une occasion apparut. Une occasion qui n'arrivât que de multiples années plus tard, sous le nom d'Astral. Astral... Une époque si palpitante ! Une tour habité, jamais le nihiliste n'aurait penser atterrir juste devant les grands destructeurs de ce monde et pourtant... C'est surement ce qu'on apelle le destin. Et puis faut dire qu'on s'amusait là-bas ! Le meurtre de ce nudiste, de ce vieillard et de la gourdasse qui les accompagnait ! Et la destruction de cette forêt. Les massacres et destruction au nom du néant on continuer, en groupe bien sur !

      Un jour, Kefka eut vent d'un monde. Le palais des rêves ! On racontait qu'en ce monde avait régulièrement lieux moult bal et fêtes réunissant une véritable pléthore de monde. Alors, notre nihiliste se mit en tête d'y allez ! Pour tuer ? Pour détruire ? Pour répandre la mort et la douleur ? Oui, mais surtout pour danser ! Si de toute manière tu es un fou, autant aller danser. Car après tout, ce serait un gâchis de ne pas danser ! Mais, une fois arrivée dans la salle de bal... Rien, le vide. Kefka aime le vide ! Mais pas quand il veut s'amuser ! Ne sachant que faire, Kefka se mit à danser. Et quand il sentit une présence... Ce fut la joie ! Une jubilation quand elle apparut ! Froide et glaciale comme un glaçon, mais qui au fond ne reste qu'une allumeuse. Elle ne le veut peut-être pas, mais ce petit coté beauté glaciale avait clairement cet effet là ! Un don naturel ? Qui peut le dire ! C'était, certes amusant au départ ! Un petit jeu de provocation et de magie ! Mais ca a bien vite tourné au vinaigre, car petit à petit la femme des glaces parvint à ébranler le clown, à réveiller ses plus profondes craintes, ses plus profondes souffrances... Et quand la moral ne suit plus, le reste non plus ! Et ce fut la fin de Kefka, mort. Retournant dans les abysses insondable et incompréhensible de la mort. Fin de l'histoire...

      OU PAS HAHAHHAHAHAHAHA ! Kefka mourir ? Kefka est un dieu ! Comment pourrait-il mourir... définitivement ? Il finira pas ne plus exister, c'est notre lot à tous, même les divins finissent pas trépasser. Mais non, ca ne peut pas finir avant qu'il est accomplit son but, ses buts.

      Vous savez, la résurrection d'un clown tient à peu de chose. Il suffit qu'une gamine se déchaine pour que ca parte en vrille ! La capricieuse a déployer tellement de ténèbres que s'en était affolant ! Les ténèbres ont put recrée le cœur de Kefka, il lui a bien sur fallut piocher des morceaux de lumière et hop ! Son cœur fut de nouveau. Quand a son esprit. Il ne saurait dire si c'est grâce à la symbiose de la jeune fille ou bien alors gau flot incroyable de destruction qu'elle a amené en ce monde, mais ca a fait revivre son esprit et son âme. Restait plus qu'à trouve un corps ! Et malheureusement, c'est le plus dur a trouvé...

      Un homme approchant la cinquantaine, les cheveux tombant et grisonnant, le ventre bedonnant. C'était un quidam, un simple jardinier dont la vit fut réduite à néant par l'apparition et le caprice de la première princesses des ténèbres venu. Kefka prit place dans le corps, sans rien faire, étant encore trop faible. Le jardinier partit se réfugier au jardin radieux, sous la fine protection du consulat. Alors que l'homme reconstruisait sa vie, il ressentit d'étrange chose. Des accès de colère inexpliqué, des bref moment de délirium et les ténèbres en lui commençait à s'agiter. Pour le jardinier, c'était tout simplement un traumatisme en rapport avec les ravages en son monde, rien de plus. Mais la raison, bien que profondément lié restait tout autre... Le fait de se trouver non loin de sa meurtrière eut rendu fou-furieux le fou dansant, provoquant chez lui des accès de rages monstrueux, envies de destruction à foison. Mais ses symptômes étaient provoqués de manière involontaire... C'était les ténèbres du clown malsain qui déteignait sur le jardinier, rien de plus. Ce n'était que le commencement de sa renaissance. Reprenant petit à petit conscience, l'esprit du nihiliste constatât avec joie que les ténèbres lattant de chaque cœur eut été réveillé chez sa pauvre victime... Et ca commençait juste à être marrant ! Ses rires étaient tellement fort, qu'il arrivait au pauvre de réfugié d'en entendre des petits bouts... L'image que je vais utiliser était on ne peut plus vrai : Kefka tenait entre ses doigts crochu le cœur du jardinier. Encore faible... Et oui, la mort c'est pas de tout repos ! Donc je disais qu'encore faible, il ne pouvait totalement éteindre le cœur, mais ses doigts récupérait petit à petit de la force, et il serrait le cœur plus fort chaque jour. Les symptômes s'accentuait en même temps que les ténèbres se répandaient, que l'esprit de Kefka marquait son esprit. Chaque jour il devenait plus violent, plus agressif. Il se trouvait à détruire des objets sans raisons. Il tuât pour la première fois. Un corps qu'il maquillât de détruit au-delà de tous ce que l'être humain le plus psychopathe qui soit ne puisse imaginer. Et le plus drôle, c'était de voir sa volonté disparaitre petit à petit. Elle s'estompait. Et bien qu'au départ le jardinier résiste contre ses pulsions de plus en plus violente, il finit par laisser agir les pulsions.

      Un beau jour, le jardinier se regardât dans une glace. Une fois le douzième coup de minuit passé, son visage changeât. Sa carrure changea, tout changea. Sans s'en rendre compte, il était devenu un clown pathétique assoiffé de destruction... Il était devenu Kefka...

      -Hohohohohohohohoho !


    Les Questions
    Q u e s t i o n s :

      1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ?

      A quoi bon ?

      2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ?

      Que serait-il ? Un ange aux magnifiques ailes d'argents bien sur ! Une créature supérieur, différente en aucun cas comparable aux humains. Une créature dont les dessins échappent aux pauvres mortels. Plus précisément, il serait un ange déchu, condamné à errer parmi des êtres inférieurs, cherchant à retrouver sa splendeur d'antan en rejoignant le monde des cieux. Une créature ayant compris la véritable nature du monde. Une créature paraissant folle aux yeux des pauvres mortelles.

      3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ?

      Pardon ? C'est quoi ça ? Ça existe ? Kefka ne fait que manipuler les autres, aucun attachement possible !

      4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques unes de vos relations amicales.

      Il avait des amis, avant... Son amitié était forte, mais elle a bel et bien disparut.

      5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes.

      'La vie … Les rêves … L’espoir …D’où viennent-ils ? Où est-ce que ça nous mène ?'

      6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points fort et points faibles ?

      Tu dois le savoir à force...

      7) Pourquoi incarner ce personnage ?

      Mon méchant préféré de FF. Sa complexité, sa folie, son apparence de clown détraqué et plein d'autre chose m'ont séduit chez lui.
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Mai 2011 - 23:46
    Bonsoir Kefka.

    Bon, bon, bon...

    C'est très difficile !

    Ouais parce que l'Histoire, j'ai pas été spécialement convaincu. C'était très bien, c'est sûr. En fait j'ai particulièrement adoré toute la partie des deux amis, puisqu'on ne voyait pas de lien évident avec Kefka. Ca donne un côté très humain à ton personnage. L'histoire est vraiment bien mais tu vois, je la trouve... Pas bâclée vu que c'est pas la fin qui est un problème je trouve...

    En fait ce qui cloche dans ton histoire, c'est tout l'épisode que t'as du te forcer à mettre, d'une certaine façon. Astral, Palais des Rêves, la tendre Mizore !

    Et bien j'ai trouvé ça brouillon, cette partie là. "Ouais génial, je vais aller à Astral ", tu parles d'Astral cinq lignes et puis laisse tomber, on n'en entend plus parler du tout... Le Coup du Palais des Rêves avec Mizore, c'était bien mais pas du tout dans le même ton qu'avant. Ton début et ton milieu étaient bien meilleurs que ça.

    Après ça va...
    Donc pour moi c'est un histoire de Commandant.

    Le Physique...
    Pour moi t'as pris un risque. Parce que c'était court. Certes très précis, c'était très bon... Mais tu aurais du développer, quitte à en rajouter. Parce que c'était bel et bien trop court pour que je puisse voir à quel point ça vaut Général. Néanmoins, j'ai adoré les comparaisons que tu fais parfois. Un coup, standard et on s'y attend "Georges le petit garçon" et l'autre coup "un litchi" ^^
    Donc... Commandant.

    Le caractère... Est vraiment excellent, très fouillé. Il est vraiment très très bien. Maréchal.

    Ca te fait un grade de Général.

    Fiche validée et toutes conneries du style.

_______________________________
messages
membres