Derniers sujets
» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Aujourd'hui à 4:31

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Hier à 21:55

» Reading Project
par Sauron Hier à 21:00

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Septimus Hier à 20:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Hier à 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Hier à 19:24

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Hier à 12:02

» Les Orphelins
par Septimus Mar 19 Sep 2017 - 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Mar 19 Sep 2017 - 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 [Sanctum]Une journée de repos, enfin...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dévoué
Masculin
Nombre de messages : 286
Age : 22
Localisation : Tortuga
Date d'inscription : 17/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
187/270  (187/270)
Dim 27 Fév 2011 - 5:35
Une bien belle journée, m'attendait.

Je ne m'étais pas levé pour aller voir notre intendant, le bel et bien aimé... Par certains, Grell, celui dont on ignore les penchants et qui apporte sa petite touche de "fantaisie" en ces heures sérieuses, pervers et... Oh je sais, vous devez sans doute savoir qui il est.
Si lui aussi n'est pas assez fou pour venir gaspiller sa journée en paperasse inutile et tamponnage intempestif, enfin j'espère qu'il ne l'est pas!



Le soleil se levait, aujourd'hui, nos bienfaiteurs l'avaient rendu tendre et accueillant, ce matin il ne se réveillait pas pour nous agresser, mais pour nous bercer dans le réveil, le jour, nous souhaitait tous la bienvenue.

Je regardais par la fenêtre de la caserne, moi qui me sent bien qu'avec les soldats, j'apercevais les tours du château, ainsi que la fille de nos bien-aimé Roi et Reine, Aurore, fleur délicate dans un monde emplit de ronce. Je n'avais pas envie de gaspiller cette journée, je me tournais vers mon coffre, mon truc bien qu'à moi, en l'ouvrant on pouvait distinguer deux trois sandwich enveloppé dans du papier, au cas où j'ai un creux la nuit, mon fendoir, mon épée ainsi que mon armure, j'attrapais mes bottes, mes jambières, mon épaulière, un caleçon de rechange, que j'enfilais immédiatement, j'attrapais des chaussettes, trouées bien évidemment, les enfilait et je pris mes jambières, je mis quelques minutes à les attacher... Je pris mon épaulière, et l'enfilait. J'étais paré à vivre cette journée. Cela permettait aussi de révéler deux trois vieilles cicatrices de guerre mais là n'est pas l'important, certains camarades m'avaient dit "Ces combats vous seront une leçon, chaque cicatrice, un apprentissage", et ils avaient raison.

Je sortais de la caserne après avoir avalé un sandwich, il y avait des gardes, la tête "dans le cul", cheveux en pétard, qui étaient tellement mal réveillé, qu'on aurait dit des morts vivants, ce que le cuistot' leur avait gentiment fait remarquer. Les soldats parlaient des rumeurs, des ragots, des dernières histoire, comme un truc du genre "Un mec du consultat qui s'rait v'nu d'mander des bonnes à not' bon Roi." ou encore "Des sans cœurs? Bah! Le pont est un peu plus sécurisé! On réinvestit, si t'as vu un sans-cœur, tu le reverra plus jamais après!", ou bien "Quoi? Noel Vermillion? T'es pas au courant?" .

Ha... Les parlotes de ptit' dèj, y'a aussi le traditionnel "Hé mais c'est qui qui a piqué mes bottes?!", impossible de ne pas l'entendre de la bouche d'un garde qui n'avait pas assez dormi, ou le soir tiens! Y'a une phrase qui sort, de la même bouche du même mec qui a peur : "Vous avez bien fermé la porte? Hein? J-je veux pas que Grell entre!" ce à quoi un autre répondait "Abrutit si jamais elle ou il te touche, tes cris nous réveilleront! Mouhahar!". Rien de tel que de parler avec ses confrères, je vous dit, on fait le point sur des problèmes, on partage la convivialité!

En sortant, je suis arrivé dans la cour du château, la statue de Cristal était là, intact, personne n'avait à l'entretenir, et si malheur venait à la salir, je crois qu'on serait tous entrain de la faire reluire! Noel Vermillion, devenue relique après la mort du faux-primarque, appelé Starkiller, la bataille s'était passée sur le pont... Je n'ai pu y assister, car j'étais de corvée dans les cuisines du roi... Mais, nous l'avons tous entendu, ce son qui, avala une vie et scella un destin.
Je ne pu m'empêcher, de venir, et m'agenouiller devant elle, devant le dernier vestige de sa vie, son héritage, il y avait de nombreux cadeaux de la part des fidèles, surtout des fleurs... Je me recueillais silencieusement devant elle.

Ha Noel...
Que penser?
Je pense qu'on aurait tous préférés que tu reste avec nous... Ta loyauté, était un exemple, pour moi comme pour nos confrères, ta gentillesse était pour tous, même pour le primarque, un éclat d'étoile tombé, venu sur ce monde... Pour nous prouver que nos Bienveillants nous aimes.

Hélas, je ne pouvais rester plus de temps devant elle, j'avais des choses à faire, une journée... A vivre.

Eh bien, je mis mes mains sur mes hanches, je regardais les gens vivres, pour le Sanctum, mais aussi pour eux...
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée de repos pour deux futurs parents
» Journée de repos Bek et Thomas
» Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Une journée en Afrique