Derniers sujets
Il y a toujours un cheminHier à 12:04Maître AquaLa Chute de NottinghamSam 21 Juil 2018 - 3:01General PrimusFace contre TerreVen 20 Juil 2018 - 19:08LenorePeins moi ça en noirVen 20 Juil 2018 - 18:19General PrimusDans un souci logistiqueVen 20 Juil 2018 - 6:52LenoreDésinformationVen 20 Juil 2018 - 1:38Chen StormstoutDans nos coeursVen 20 Juil 2018 - 0:30RikuLa guerrière satyre AmbrosiaJeu 19 Juil 2018 - 5:11General PrimusBalade nocturneMar 17 Juil 2018 - 11:41KestiaLa négociatriceLun 16 Juil 2018 - 23:13Maître AquaLe Tour de ClopinLun 16 Juil 2018 - 17:41Arthur RainbowAbsenceLun 16 Juil 2018 - 13:28ShadowPromenons-nous dans les bois -Dim 15 Juil 2018 - 9:48Vesper EarlDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra Pentaghast
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Jan 2011 - 5:34
    Il marchait vite et d’un pas décidé dans les rues de la cité. Elle avait quelque chose de différent par rapport à sa dernière visite. Cela remontait à longtemps certes mais ce quelque chose avait le mérite de l’agacer… Une sensation éternelle d’être épié, sensation qui jamais ne le quittait. Il regardait régulièrement chaque recoin des ruelles, trop prudent pour être surpris. Mais il n’était pas comme à son habitude et cela, bien au-delà de ce bras qui lui manquait, laissant pendre une manche vide s’agitant maladroitement à chacun de ses mouvements… Non ce qui le rendait si différent, c’était la certitude qui se lisait sur ses pas et sur son visage, à condition que l’on puisse le voir…

    Il portait sa cagoule, cachant entièrement son visage dans l’obscurité la plus parfaite… Le bruit de ses pas résonnait sourdement à travers les rues désertes tandis qu’il maintenait son regard vers le sol, comme à son habitude. C’était quelques petits moyens de se rassurer tandis que plus jamais rien ne serait pareil maintenant qu’il n’était plus rien…

    Xaldin entendit alors un nouveau son se mêler à celui qu’il produisait… Quelqu’un qui courrait à toute allure arriva bientôt dans sa rue, il se précipita alors sans trop réfléchir à un flanc de maison plongée dans l’ombre tandis qu’une jeune femme dont le visage était presque totalement masqué par une écharpe, passa devant lui. Elle émettait ce bruit de sanglots qu’on essaie de retenir, tentant d’échapper à quelque chose… Durant l’espace d’une petite seconde, elle regarda à sa gauche dans sa fuite sans s’attarder, croisant le regard de Xaldin qui malgré lui, ne pouvait être touché par la mort d’une inconnue…

    Mais durant ce petit instant où il était regardé en tant qu’humain pouvant aider une personne en détresse… Il s’est demandé s’il ne pouvait pas être comme tel, comme jadis il le fut.


    « Dans le doute… Je vais choisir la voie qui m’évitera les regrets. »

    Et quel moyen de se faire remarquer d’avantage par la Coalition qu’en anéantissant leurs laquais… Ca n’était pas réellement une idée brillante mais en faisant ça, il ne pourrait plus revenir en arrière…
    Dix sans-cœurs arrivaient dans la même ruelle. Puisque Xaldin n’avait pas de cœur, il était indétectable tant qu’il ne se mettait pas à vue… Il les observa quelques instants, n’ayant jamais vu de telles créatures. Ils avaient une certaine ressemblance avec les similis associés du Numéro IX, comme flottant pour se déplacer mais ils étaient foutrement plus sombres… Mais avant qu’ils n’atteignent la hauteur de Xaldin, ce dernier leva son bras droit vers leur chemin et lança un sort d’air supérieur les expulsant tous telle une bombe…

    Alors, sans se presser il s’avança pour se mettre à la place de l’impact du sort qu’il venait de lancer… Et sans s’inquiéter, ne regardant même pas les sans-cœurs qui se relevaient, il posa sa main sur sa cagoule et de cette seule main la rabattit à l’arrière, dévoilant son visage.
    Sans dire un mot, sans que son visage n’émette la moindre émotion, il leva une nouvelle fois sa main ouverte pointée vers les ennemis qui doucement se remettaient. Alors il leva sa main un peu plus haut en direction des toits des bâtiments adjacents et il lança un sort de même puissance… Ce dernier était condensé en une sphère d’un mètre de rayon mais dès qu’elle atteint l’hauteur des façades des bâtiments, elle se scinda en deux sphères qui changèrent totalement de trajectoire… Chacune des sphère se heurta violemment aux deux murs, tels des boulets de canon et produisant un éboulement important en direction des sans-cœurs. Et leur ressemblance avec les funambules ne s’arrêta pas là. Seuls trois des dix sans-cœurs furent trop occupés à se faire atomiser par des rochers pour prolonger le combat.

    Alors, le seul simili présent sur les lieux fit le même geste, levant sa main vers les sans-cœurs qui déjà flottaient jusqu’à lui, trop fières d’avoir échapper à l’assaut. Et s’ils arrivèrent si proche de lui, ce fut parce que le sort que Xaldin allait lancer était d’une violence inouïe. Une épaisse vague de vent fut alors produite de ses mains, balayant tous les adversaires et les expulsant jusqu’au rocher, les tuant presque sur le coup… Et alors qu’en principe, le sort devait aller bien plus loin, jusqu’à balayer tous les rochers, le vent n’en fit rien, s’arrêtant et s’accumulant juste derrière les ennemis…

    L’un des sans-cœurs se relevait et déjà et comme pris d’un courage enfoui au plus profond de lui, il flotta jusqu’à Xaldin pour enfin sauter et en une rotation spectaculaire asséna un coup de pied plongé sur le lancier. Mais plus costaud, ce dernier l’arrêta de son bras droit pour finalement se prendre un deuxième coup de pied au niveau des hanches… Un des nombreux endroits où Xaldin était blessé…

    Il se recula, pestant quelques secondes, lui qui avait été stoïque jusque là en était à presque cracher du sang… Le sans-cœur attendit avant de reprendre la charge… C’était un de leurs nombreux défauts, ils suivaient un ordre de coups et souvent, lorsqu’un sans-cœur venait de frapper, il s’en contentait et ratait une meilleure occasion d’achever l’ennemi.

    Aussitôt qu’il fut remis, le Maître du Vent pointa pour la troisième fois les rochers, ignorant l’attaque qui ne traînerait plus du sans-cœur ainsi que la relève de ses amis. Alors un bruit écrasant tous les autres tel un deuxième éboulement perça l’air… Et l’air condensé au niveau des rochers se redirigea vers leur Maître, entraînant cette montagne de morceaux de maison.

    Cette avalanche de vent et de roc écrasa les sans-cœurs sans la moindre pitié et avant qu’elle ne s’empare de Xaldin, ce dernier fit un bond léger (ce qui pour lui ne signifiait qu’une dizaine de mètres…) pour finalement retomber grâce au vent pour alléger sa chute sur le sol. Et sans plus se retourner, il remit sa cagoule de sa main et se remit à marcher… Son visage, encore une fois, resta figé, ne changeant guère pour de la satisfaction.

    Ce qu’il ressentait pour avoir sauvé une femme d’une escouade de sans-cœurs sans pitié qui l’auraient transformé à leur image ? Rien…
    Que ressentait-il à l’idée de ne rien ressentir ? Rien…
    Là où devait être la fierté, il n’y avait que le néant. Et à la place de la colère, c’était un trou béant dans son être…

    Message aux similis… Si un jour vous êtes si bas qu’il vous arrive de vous demander si vous n’avez pas retrouvé votre cœur, comme un objet perdu depuis des années… Ne vous donnez pas la peine de faire un bon geste où de chercher en vous des vieux sentiments…

    Message aux similis… Si un jour vous retrouvez votre cœur, vous le sentirez. Car entre vous et les humains, la différence est spectaculaire.

    A la fin de cette courte bataille, Xaldin n’eut réagi que d’une manière…


    « Dix de moins… »

    Xaldin était resté terriblement têtu… Se rendre compte qu’il avait espéré avoir retrouvé un cœur, le lendemain d’un jour anodin et la veille de rien, était trop humiliant… Il préférait nettement se dire qu’il avait combattu par devoir d’éliminer les sans-cœurs.
    Cette ville était à présent par défaut toujours sombre… Le Crépuscule était maintenant noir et si la chaleur du soleil restait, elle n’apportait aucun réconfort pour ses habitants. Mais ce fut finalement une autre obscurité qui inquiéta Xaldin… Ce dernier eut cru entendre un bruit et aussitôt qu’il se confirma, il sauta sur le toit d’un bâtiment et se mit à courir, sautant de toits en toit, sautant au-dessus des ruelles toujours désertes, même des sans-cœurs.

    Le bruit se récidivait parfois, telle une respiration difficile, tel un spectre… Alors ce dernier lorsqu’il allait sauter d’un toit à un autre, sauta certes mais en direction d’une fenêtre d’un bâtiment et la brisant, il passa à travers, arrivant sur le palier d’un escalier… Il monta à l’étage, suivant un instinct indécis, entra dans la première pièce qui s’offrit à lui et atterrit dans une chambre…

    Atterrir était le bon terme car il ne s’attendait pas à une telle chose… C’était une chambre plutôt normale mais où très visiblement personne n’avait plus dormi depuis des années. Et ses couleurs ne pouvaient déterminer à quel genre de personne elle pouvait bien appartenir. Il marcha silencieusement, faisant à peine grincer le parquais et s’avança jusqu’à la fenêtre pour voir les ruelles, pour les surveiller… Il était au sommet d’une maison qui surplombait les autres et qui visiblement devait avoir appartenu à de riches gens.

    Mais tout cela l’importait peu comparé à celui qui l’avait traqué… Il resta attentif durant des minutes jusqu’à ce qu’il puisse enfin voir une cape voletée tel un fantôme dans les ruelles, une forme se dessinait très légèrement dessous… Le spectre s’en alla, silencieusement sans se retourner pour que le lancier puisse le voir…

    Ce dernier échappa d’une façon surprenante pour ceux le connaissant, il parût soulagé de ne pas avoir à combattre… Cette manière qu’il avait eu de détruire les sans-cœurs quelques minutes auparavant n’était certainement pas dans ses habitudes… Mais dans ses habitudes, il avait aussi un bras en plus et jusqu’à trouver un nouveau moyen de combattre, il optait pour la façon la plus prudente et la plus lente aussi tout en gardant sa violence dans ses coups.

    Il soupira une nouvelle fois comme pour se rappeler de son premier soupir, lui-même surpris… Et il s’avança tout en retirant sa cagoule jusqu’à une lampe qu’il alluma pour enfin se diriger vers une table basse semblant à un petit bureau improvisé puisque des lettres y étaient écrites… Deux plus précisément… Un stylo était ouvert et déposé sur une troisième lettre. Elle était nettement plus courte que les autres, comme… Inachevée.

    Il ne s’attarda pas sur celle-là et s’empara des deux autres, s’asseyant distraitement sur le lit… Il n’était pas curieux, juste désireux de s’occuper. Il compara les dates pour déterminer laquelle était la première… La première datait d’il y avait un peu plus de deux ans, ce qui remontait pour la Cité du Crépuscule à un jour proche de la prise de la ville par la Coalition Noire et à l’époque, du début du règne de Xehanort.


      « Cher Dilan…

      Je veux tout d’abord que tu saches à quel point tu nous manques à Philippe et à moi. C’est seule à présent que je dois gérer mes affaires et tu devines à quel point je m’emmêle les pinceaux… Quand mon père me l’a légué au début, je devais bien avouer que l’affaire familiale avait ce je ne sais quoi d’excitant. Quelque chose qui m’était nouveau. Et quand cette responsabilité est devenue une aventure et un défi quand on en a parlé, tu te souviens ? Et bien sache que quoi qu’il puisse se passer aujourd’hui, je ne regrette rien de ce qu’on a débuté tous les deux.

      Mais sans toi, c’est un monde que je ne connais plus. Pour m’occuper des comptes de la boutique… Misère, je n’y arrive pas, je suis vraiment lamentable avec les chiffres, je parie que malgré son jeune âge, Philippe pourrait se débrouiller mieux que moi. Mais je vais peut-être faire ce que tu m’as conseillé, Dilan. Après tout, un associé, c’est pas mal, ça me permettra de changer d’air quelque part. Il s’occuperait de tes tâches.
      Je ne sais pas vraiment pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt… Peut-être par nostalgie du bon vieux temps qu’on passait à faire tout sauf notre travail, on était de vrais gamins. Et tu me connais, j’ai toujours peur de faire des nouvelles rencontres, j’ai toujours peur de tomber sur le plus pervers de tous les crétins de la cambrousse de la campagne qui n’a pas de manières.

      Enfin soit… De ton côté, j’espère que ça se passe bien ? Dans ma précédente lettre j’ai essayé d’éclipser le sujet mais j’ai été stupide, pardonne-moi. Je n’ai pas à me mêler de tes affaires, tu as le droit de faire ce que tu veux de ta vie.

      Je ne sais pas si c’est par jalousie mais quelque part, j’ai toujours espéré que tu sois là pour moi et Phil’ à nous protéger des créatures noires ou quoi que ce soit d’autres… En fait, même sans le moindre danger à l’extérieur, j’aurais aimé que tu restes pour nous protéger des hommes.

      En tout cas, j’imagine que ça doit être très différent. Passer d’un poste d’associé à protecteur de la Coalition Noire… C’est quelque chose mais tu réalises tes rêves et pour ça je t’admire… Je dois tout de même avouer que lorsque le vieil homme est venu faire son annonce dans la Place des Fêtes, j’étais tout sauf emballée. Et c’est probablement parce que je ne l’écoutais pas que je n’ai pas été convaincue de la profondeur et de la bienveillance de ses propos. Mais je lui trouvais un je ne sais quoi d’effrayant avec ce crâne chauve, ses gants blancs et sa barbichette. Il m’a fait penser sur le coup à un sorcier des comptes pour enfant. Je ne devrais pas juger, c’est ce que tu te dis et je regrette.

      Mes amitiés les plus sincères.
      Louise. »



    Xaldin haussa les sourcils... Ce qui avait retenu son intention était "Dilan", ce nom qui lui était on ne peut plus familier... Une coïncidence des plus frappantes mais jamais qu'une coïncidence... L’écriture était fine, plaisante et digne d’une femme de l’aristocratie… Il crut comprendre certains mots clés dans sa lettre, tels des indices quant au sujet traité à la fin de la lettre… Il distingua au coin supérieur droit de la lettre le chiffre « 2 ». Il devait probablement s’agir du numéro de la lettre… Il posa la lettre à ses côtés et prit la deuxième, soufflant dessus pour évacuer la poussière qui s’y était déposée.

      « Cher Dilan…

      C’est lors de ce nouveau matin que je t’écris cette lettre. J’ai eu peur, la nuit dernière, très peur… A vrai dire, je me suis endormie car je n’en pouvais plus mais je n’y tenais guère. J’ai bien cru que je n’allais plus jamais me réveiller, Dilan… Qu’on retrouverait mon corps dans les tunnels de la ville.
      Je t’ai vu, hier soir, avec tous ses hommes. Lorsque vous êtes entrés en force dans la maison d’en face et que vous avez abattu M. Harrisson en pleine rue, devant ses enfants, comme une bête.
      Jadis, à cette heure même, les rues auraient été remplies de citoyens tout juste éveillés. Maintenant et depuis des semaines, plus personne n’ose mettre un pas dehors.

      J’avais espéré que la disparition de Noctae arrangerait les choses, que le soleil ne serait plus noir, comme il nous l’avait promis. Mais rien n’est arrangé, en plus des ténèbres, nous avons maintenant ce despote en guise de maire.

      Et toi tu persistes à croire que c’est ça, la paix. Tu te persuades avec leurs arguments complètement fallacieux qu’en opérant ainsi, la Cité du Crépuscule redeviendrait une terre d’accueil. Dilan, tu sais comme moi que depuis l’annonce en ville du Seigneur Alexander, les aéroports sont bloqués, que nous sommes cloîtrés dans cette ville !

      Les Harrisson n’avaient rien fait…

      Tu es un homme bon, Dilan, ne fais pas l’erreur de t’engouffrer d’avantage dans cette voie… Il n’est pas encore trop tard pour revenir auprès de nous deux…



      Te rends-tu compte de l’horreur que les citoyens honnêtes sont obligés de commettre ? L’homme dont vous avez parlé, hier, ce fondateur d’une rébellion destinée à renverser la Coalition… Vous avez dit qu’il s’appelle Hayner et comme Hayner, je ne connais que cet adolescent espiègle qui te battait à la loyale à ce concours de… Enfin je ne sais plus… Il n’avait rien d’un homme, il était encore innocent et le voila à la tête d’un groupe destiné à livrer bataille.

      Mes amitiés qui te restent sincères…
      Louise. »


    Il détacha son regard du papier, se perdant légèrement dans ses pensées… Et piqué d’une curiosité, il regarda le numéro de cette lettre-ci… « 26 ». Beaucoup de lettres comme celles-là espaçaient donc les deux lettres qu’il avait lues... Tant de choses s’étaient passés. Il prit les deux lettres de sa main et se leva pour les redéposer sur le secrétaire… Se rappelant qu’il y avait une lettre inachevée, il la prit mais ne s’assit pas…

    La lettre était tachée de sang et l’écriture n’avait plus rien d’une écriture fine et délicate. Au contraire, c’était une écriture décidée et violente… Numérotée « 31 » et datant de la fin de l’année noire.


      « Cher Dilan…

      C’est la dernière lettre que je t’envoie et avec elle, reçois le reste de l’amour que je te porte… Je n’en veux plus. Philippe a été enterré… Clandestinement… Quand je pense que nous n’avions même pas le droit de lui prodiguer une fin digne de ce nom. Il repose maintenant au fond du jardin, en pleine innocence, la même innocence qui aurait du habiter son cœur d’avantage plus de temps.
      J’ai rejoint juste après sa mort la rébellion d’Hayner… Ce dernier a grandi mais est resté juste, lui. Sache qu’une fois que je prendrai les armes, je n’aurai plus de pitié si tu te »


    Et une goutte vint mettre un point final à la lettre… Xaldin devait avouer que cette mort avait quelque chose de vraiment regrettable. Elle s’apprêtait à faire ce qui lui-même allait faire… Combattre pour une juste cause. Et avant même d’avoir pu finir ses menaces, elle a été frappée à mort…

    Xaldin se rassit sur le lit, se promettant de chercher le reste des lettres dans la maison et pourquoi pas, qui sait, de la motivation pour sa tâche. Jusque là il choisit cette pièce comme étant sa chambre…


_______________________________
La lance Tourbillonnante.

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
272/500  (272/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 26 Jan 2011 - 0:00
    Exploit Accompli.

    (J'ai oublié de me noter.)

    Avancée.

    30 xp, 300 munnies, 2 PS en défense et 1 PS en Psychisme.

_______________________________
messages
membres