Derniers sujets
» D'un prêtre à une soldate, et vice-versa
par Kestia Hier à 19:36

» Basique!
par Fiathen Dim 19 Nov 2017 - 22:17

» Absences Aqua
par Maître Aqua Dim 19 Nov 2017 - 21:21

» Conseillère en Urbanisme
par Huayan Song Dim 19 Nov 2017 - 15:13

» Essai en laboratoire
par Cypher Sam 18 Nov 2017 - 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Sam 18 Nov 2017 - 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Sam 18 Nov 2017 - 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Sam 18 Nov 2017 - 10:30

» Froide Noblesse
par Huayan Song Ven 17 Nov 2017 - 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Ven 17 Nov 2017 - 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Ven 17 Nov 2017 - 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (Finis pas corrigé )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Tragédie et Comédie peuvent faire bon ménage... parfois...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 27
Date d'inscription : 24/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
147/0  (147/0)
Sam 1 Jan 2011 - 22:02
    « Je t'attendais de pieds ferme petit Tragédien... »

    Il convenait de planter le décor. Une des nombreuses tours, sommet de l'art. Celle de la comédie plus précisément. Le lieu dégageait un petit quelque chose de joyeux, la faute à la déco sans doute. Des masques de carnaval ici et là, mais aussi de nombreuses variante du célèbre masque de la comédie. Quelque part dans cette tour, se trouvait une pièce. C'était une petite salle ronde avec une scène de théâtre, une petite. Pour l'occasion, un siège rouge en cuir avait été amené juste en face de la scène. Ce fauteuil, ô combien chic était spécialement là pour ce diable de Tragédien. Le clown accueillit son antithèse le sourire aux lèvres, il faut sourire et être de bonne humeur pour que le publique le soit à son tour... et là, je vous garantis que le public est des plus difficiles. C'était un défi agréable pour notre comédien, mais je ne vous cache pas qu'une certaine pression pesait sur lui. Sa place au sein du consulat se trouvait remis en cause.

    Quelques temps auparavant, il lui avait raconter que si l'on trouve l’artéfact de notre muse, nous ne sommes plus hérauts de notre, mais nous devenons notre art. Ainsi Genesis n'était plus le tragédien, mais la tragédie elle-même ! Comment voulez-vous faire rire la tristesse incarnée vous ? Sans oublier que c'était un homme de haut rang. Un riche bourgeois de la haute bourgeoisie. Un putain de snob comme dirait le petit peuple. Or, aussi doué soit-il, Jaky n'a fait rire des personnes de haut rang qu'en de rares occasions. Un défi de taille !

    Le comédien a sauté à pieds joins sur la scène, sur le rebords. Dans un geste purement calculé, s'est placé de sorte à chuter en arrière. S'il a choisit de chuter, une fois commencé, impossible pour lui de revenir en arrière, ne rendant cette chute que plus réelle. Au sol il s'écrasa lamentablement par terre, ça faisait un mal de chien. Vu que son collègue tragique ne l’appréciait pas, sans doute rirait-il de lui, et ainsi cela serait un succès ! Ou bien se contenterait-il d'être méprisant... Jaky comptait sur cette boutade, non pas que c'était très travaillé, juste que ça faisait un mal de chien !

    Sans plus attendre il se releva pour sauter de nouveau sur la scène, toujours à pied joins. Ce fut un véritable succès cette fois, il enchaîna même d'une petite roue pour se placer face à sa nemesis, son antithèse, son contraire, son reflet. Il le regarda, dans les yeux pendant quelques instants.

    « Je vais te raconter une histoire... Celle de l'ours bleu huhu... Tu la connais ?»

    Il répondit négativement bien sur, même si c'est à peine s'il repondit.

    « Moi non plus ! ♪ Mais c'est pas grave ! Je vais te raconter celle de l'ours rouge alors...

    C'est l'histoire d'un chasseur, Joe le chasseur d'ours. C'est le meilleur dans son domaine, il a chassé tous les ours de tous les mondes... Et un jour, on lui apprend qu'il existe un ours qu'il n'a jamais chassé, un ours ROUGE !!! Il se renseigne pour savoir où se trouve l'ours rouge, ses habitudes et sur tous ce qu'un chasseur à besoin de savoir pour chasser.

    Il arrive dans le village de noël, à côté de la forêt de sapin où vit l'ours rouge, demande quelques renseignements, puis s'en va poster son campement dans la fameuse forêt. Le soir, comme d'habitude, il part découvrir le lieu où l'ours va boire et oh stupeur !!! A côté d'un lac, Joe voit l'ours rouge !!!!! Mais non, il est prudent le Joe... Il se prépare toute la nuit, et au petit matin, il va se poster, caché, aux abords du lac, avec son arc.

    L'ours arrive en chantant "Paloum, Paloum, Pidoum ♪"... Joe vise... et décoche une flèche à toute vitesse !!! La flèche fend l'air jusqu'à l'air jusqu'à l'ours, sa force est telle qu'il transperce un arbre et est prêt à tuer l'ours. Mais au dernier moment, l'ours relève sa tête, il se lève et attrape la flèche à mains nue. Il mange la flèche, normal il avait faim, et s'approche du chasseur en chantant "Paloum, Paloum, Pidoum ♪". Il lui basse le pantalon et il le viole toute la nuit !

    Puis, il repart tranquillement en chantant "Paloum, Paloum, Pidoum ♪"... Le pauvre Joe, déshonoré et accablé de douleur, se relève et rentre tant bien que mal au village. Les habitants lui font les soins médicaux adaptés. Ils lui recousent le fessier, le bas du dos et remboîte ses bras. Le lendemain, il retourne dans sa cachette, mais voyant que l'arc n'a pas marcher il prend un canon !!! L'ours arrive, tranquillement en chantant "Paloum, Paloum, Pidoum ♪", et se remet à boire.

    Le chasseur ne laisse pas le temps à l'ours de le repérer et allume le canon qui tire un boulet de... canon ! Eh oui. Cette fois-ci, le montre attrape le boulet entre ses doigts et le mange. Joe comprends ce qu'il va lui arriver et fuit... L'ours court et rattrape le chasseur. Il lui arrache ses coutures, ses points de sutures et recommence ce qu'il a fait la première fois, toute la nuit durant !

    Joe rampe comme une larve jusqu'au village, on lui met un plâtre qui part du genou jusqu'au nombril. A l'aube, Joe est déjà là, attendant l'ours de pied ferme. Cette fois-ci, il prit avec lui dix canons grand comme un homme, et six chasseuse Vierra armées d'arcs. Les Vierras sont un peuple, mi femme mi lapin qui vit caché profondément dans la forêt de Sheerwood. Alors que l'ours n'est pas encore là, Joe s'adresse à ses chasseuses Vierras et leur demande sa chemise rouge. Elles l'interrogent pour savoir pourquoi. Il répond que si la chemise est rouge, on ne verra pas son sang et ainsi, le fait de ne pas voir son sang coulé leur donnera courage. L'ours arrive et Joe demande son pantalon marron...

    La bête rouge commence à boire. Joe le chasseur arme ses canon, vise et tire dix boulets en plein dans l'arrière train de l'ours. L'ours se retourne, esquive les dix boulets. Les Vierras prisent de panique s'en vont et laisse Joe seul. Alors, sans courir, car Joe ne peut désormais se déplacer qu'avec un fauteuil roulant. Il rampe pour fuir, l'ours rouge va vers le chasseur, le prend par l'épaule, le regarde droit dans les yeux, et avec un petit sourire, il lui dit : "Dits-moi...T'es sûr que t'es venu pour chasser toi ?" »


    Le Comédien porte alors son regard sur Genesis, pour observer sa réaction...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 768
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1094/500  (1094/500)
Mar 25 Jan 2011 - 0:22
    « Je t'attendais de pieds ferme petit Tragédien... »

    « Quelle éloquence, Comédien… »

    Et il avança sans répondre une nouvelle fois, ignorant Genesis du mieux qu’il put. Ce dernier le suivit dans ses appartements, dans sa tour. Les murs étaient couverts de masques au même sourire, celui de l’artefact. Souvent ornés de grandes banderoles, de fioritures, de paillettes et d’autres détails improbables. Toutes ces choses qui ne pouvaient plaire au Tragédien… Tout d’abord pour ces détails inutiles et affreusement ridicules et ensuite, étrangement parce que l’émotion de joie sur les masques que Genesis qualifiait de presque sadique, était tout ce qu’il ne pouvait supporter chez les Comédiens. Probablement était-ce la même chose du côté de Jaky lorsqu’il voyait ce triste visage sur un masque.

    Et pourtant Melpomène et Thalie furent autrefois des Muses que l’on ne voyait sans leur antithèse. Ce mépris était véritablement récent et Genesis n’avait su se retenir de tester les capacités de comédie de ce nouvel arrivant. Certes il avait déjà fait ses preuves dans les missions… Quelques fois de manière peu orthodoxe mais tant que ça ne retombait pas sur les épaules du Consulat, tout allait bien.

    S’il allait réellement l’exclure du Consulat s’il ne parvenait pas à faire rire ce visage pale ?... Qui sait… Tout dépendait de la performance de ce clown…

    Genesis était à présent assis sur un épais fauteuil et écoutait avec une attention étrange le récit du clown…


    « Dis-moi...T'es sûr que t'es venu pour chasser toi ? »

    Genesis plongea un regard curieux et inquisiteur dans les yeux du Comédien… Comprenant qu’il s’agissait de la fin de sa blague… Le Tragédien se permit un sourire et d’une façon tout à fait ironique lui parla.

    « Heureusement, Comédien, que je te laisse une deuxième chance… »

    Et ainsi il « cassa » si l’on peut dire cet élan qu’avait Jaky… La blague était drôle, oui… Salace et grivoise mais était plutôt drôle. Cependant, Genesis préférait laisser croire à Jaky qu’il allait bientôt devoir plier bagages… D’autant plus qu’il ne serait véritablement satisfait que s’il ne pouvait plus retenir son rire.

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis ok pour faire le ménage mais ne comptez pas sur moi pour les réparations ~ [en cours]
» Une salle poussiéreuse, il faut faire le ménage
» Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}
» Les Limbes, ou, comme quoi, faire des erreurs peuvent engendrer de mauvaises surprises [PV]
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti