Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
150/350  (150/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 30 Déc 2010 - 23:32
La Bête
contre la bête...

- Le village est par là, monsieur. Bonne route et bonne chance, conclut un résidant de la Terre des Dragons.

La Bête remercia d'un signe de la main son interlocuteur et enfila le bonnet qu'elle avait reçue de la chef des mercenaires, juste avant de partir du Centurio. En cette journée pour le moins glaciale, elle devait se rendre sur la cime de la Montagne du Destin, un mont où règne la neige éternelle, pour venir en aide aux habitants d'un patelin qui ont subi la rage d'une créature effroyable. D'après ce qu'elle avait entendu de plusieurs passants et de Judith elle-même, cette bête sanguinaire, un oni soit-disant, aurait élu domicile dans le bourg, détruisant tout sur son passage. Alors que le village était naguère un endroit paisible et magnifique où les habitants y subsistaient en harmonie, la plupart des chaumières sont maintenant en ruine, les magnifiques panoramas sont recouverts de sang et de corps inertes d'innocents et les quelques survivants tentent de survivre dans le froid extrême et dans l'angoisse d'être assassiné bestialement par ladite créature. L'assassinat de l'ogre devait donc être effectuée le plus promptement possible, au risque que de ne retrouver que des cadavres sur le sol enneigé. Déjà en colère contre l'oni, la Bête chemina prestement vers la destination, espérant en finir facilement avec cet oni effroyable, la terreur du village.

Le périple jusqu'au zénith de la Montagne du Destin fut pénible. Même si la fourrure épaisse permettait à la Bête de résister à des températures plus basses, le vent était si froid que cette particularité lui était inutile. Elle grelottait et ne rêvait qu'à somnoler aux abords d'un feu en compagnie de Belle. En plus de devoir marcher difficilement dans ce climat invivable, la beauté lunaire l'avait également alertée du fait qu'il pourrait y rencontrer des loups hivernaux qui n'attendent que la venue de téméraires pour se nourrir un peu. Et vous devinez que ce qui devait arriver arriva : quelques minutes à peine après son départ, une meute de cinq loups se hâtèrent sur la Bête, comme une vulgaire pièce de viande. Évidemment, cette dernière ne se laissa guère faire par ces animaux, et mit hors-combat trois d'entre eux en ne se servant que de ses poings. Les deux derniers, quant à eux, eurent une fin un peu plus morbide : la Bête leur cassa violemment la nuque, comme on déchire une feuille de papier. Au moins, cette péripétie lui avait permis de se réchauffer un peu avant de s'élancer dans la gueule cruelle et mesquine de l'oni.

Ainsi, il perpétua sa route jusqu'à arriver à l'entrée dudit village. Les dégâts étaient si importants que la Bête fut déconcertée plusieurs minutes. Elle observait la scène avec une telle pitié : comme elle avait été avertie, elle vit des maisonnettes calcinées, d'autres en train de brûler, des cadavres un peu partout sur le sol, des enfants perdus hurlant à la recherche de leurs parents et des campements de fortune un peu plus loin, qui réunissaient tous les survivants ensemble. La Bête n'attendit pas une seconde plus pour retrouver l'oni et se mit à fouiller dans le dédale de ruines. Malheureusement, elle ne parvint pas à distinguer la présence de l'ogre, même après avoir épié les lieux du regards à trois reprises. Elle s'était même rendue dans une grotte adjacente, mais en vain. Elle eut donc l'idée de se rendre auprès des derniers survivants, dans les campements qu'elle avait difficilement aperçus lorsqu'elle était entrée dans le patelin. Avant de partir, elle amena avec elle deux orphelins qui imploraient l'aide des cieux, larmes aux yeux.

Elle parvint finalement au camp de fortune et entra dans l'une des tentes. Aussitôt, tous se mirent à hurler et dégainèrent leurs armes, en pensant que la Bête était le fameux oni qui avait tant terrorisé les habitants. Mais la Bête les rassura rapidement, déposant les duo d'enfants sur le sol de la maisonnette improvisée :

- Déposez vos armes, je suis venu ici pour aider. Je suis à la recherche de la fameuse créature, mais je n'ai pas réussi à la trouver... Auriez-vous des informations pour me faciliter la tâche?

Un brouhaha s'enclencha, et toutes les personnes présentes vinrent remercier la Bête, comme si c'était un ange descendu de la voûte céleste. Les deux enfants perdus, quant à eux, se hâtèrent dans les bras de leurs parents respectifs, pleurant de joie. Tous semblaient être impressionnés de voir qu'un étranger comme la Bête voulait se donner corps et âmes pour leur venir en aide. Alors que le chaos sonore se dissipait, un homme, l'aîné du groupe, s'approcha de la Bête. Il portait la barbe comme un vieux sage, et était vêtu d'un interminable manteau de fourrure. Il se présenta solennellement et mentionna :

- Je vous remercie, monsieur. Cela fait plus d'une journée que la créature s'est attaquée à notre village et à nos familles, mais personne n'est venu à notre secours, pas même l'armée impériale. Je ne comprends pas vraiment vos motivations, mais votre aide est fort appréciée... Mais non, je suis navré mais nous n'avons pas vu la créature depuis plus de deux heures...

- Et physiquement, elle ressemble à quoi? s'interrogea la Bête.

- Elle... elle ressemble à un homme, mais beaucoup plus colosse. Sa chevelure rouge est volumineuse, et elle a des peintures tribales sur son ventre et dans son dos. Elle ne porte qu'un morceau de tissu en guise de pantalon, et son regard est affreux... Des yeux embrasés par la colère, par le désir de sang...

Le vieillard prononçait chaque mot avec une telle intensité, et les détails apportés étaient si précis que la Bête put facilement s'imaginer l'oni dans sa tête. L'homme du troisième âge continua :

- J'espère que vous pourrez l'abattre... J'ai peur pour ma famille.

- Ne vous inquiétez pas pour ça, monsieur, dit la Bête d'un ton très rassurant. Cette créature sera abattue avant qu'elle ne cause d'autres dégâts. N'ayez plus peur.

- Je vous en remercie.

La Bête était sur le point de quitter la tente quand un individu le retint par le bras. Il était beaucoup plus jeune et vif que l'autre, et sa carrure témoignait de son entraînement intensif. Ses yeux étaient d'un vert émeraude à faire envier les étoiles. Il suggéra finalement, d'un ton rauque :

- Mais vous n'irez pas seul. Je viendrai me battre avec vous. Pour ma famille.

Stupéfaite, la Bête songea à accepter l'offre, mais ne voulait pas compromettre la vie d'innocents :

- Je... C'est bien gentil, mais je dois refuser. Restez ici avec vos amis et votre famille; ne risquez pas votre existence. Je m'occupe de tout, arrêtez de vous faire du mauvais sang.

- Je veux me battre, renchérit l'homme en mettant l'emphase sur le veux, je veux combattre. Vous n'irez certainement pas seul affronter cette créature, elle est beaucoup plus coriace que vous le croyez. Sauf votre respect, vous n'y arriverez probablement pas seul.

- Si vous saviez ce que j'ai combattu dans le passé...

- Je viendrai me battre, peut importe ce que vous direz.

La Bête ne voulait pas sacrifier l'existence d'un homme durant cette mission, mais ce dernier ne semblait pas vouloir lâcher prise avant de pouvoir officiellement participer à l'assassinat de l'oni. La Bête dut donc utiliser une méthode plus radicale pour faire comprendre à son interlocuteur qu'il devait rester ici. Elle empoigna le collet de l'homme et se mit à élever le ton; à être plus agressive :

- Restez ici, c'est un ordre! s'exclama la Bête.

L'homme ambitieux ne dit rien de plus et se rassit, obéissant. Son regard vide témoignait de son effroi, mais la Bête ne voulait en aucun cas qu'il l'accompagne durant cette mission périlleuse. Elle salua donc ses hôtes et quitta une bonne fois pour toutes les campements. À peine sortie, elle vit au loin une silhouette velue s'approcher d'elle à toute vitesse, hurlant de toutes ses forces. Plus l'ombre avançait, plus la Bête pouvait distinguer une structure physique impressionnante, des crocs ensanglantés et acérés ainsi que des bras aussi imposants que des troncs d'arbre. Oui, il s'agissait bien de la fameuse créature, celle qui avait mis en ruines ledit patelin. La Bête, ébahie par la grandeur de son rival, alerta les survivants de sa voix forte :

- ATTENTION! LA CRÉATURE ARRIVE. METTEZ-VOUS À L'ABRI!

Sans ne plus attendre une seconde de plus, la Bête bondit sur l'oni. Elle lui asséna aussitôt plusieurs coups de patte violents, qui ne semblaient pas avoir de réels effets sur l'ogre. Ce dernier, furieux par cet assaut inopiné, se débattit et parvint à projeter la Bête à plusieurs mètres dans les airs. Heureusement, la chute qui aurait pu être fatale fut amortie pas l'épais manteau de neige qui recouvrait la Montagne du Destin. À peine assommée, la Bête se remit sur pieds et engendra toute une gamme de sorts de magie faibles, qui n'eurent encore une fois aucun impact sur l'ogre, qui continuait de hurler farouchement, les canines recouvertes d'une croûte de sang. La Bête, quant à elle, commençait à devenir de plus en plus en colère, ce qui augmentait non seulement sa force, mais également sa résistance aux coups que pouvait porter la créature sanguinaire. Elle grogna silencieusement, voulant en finir.

Furieusement, la Bête chargea de nouveau sur l'oni, qui cette fois-ci fut projetée violemment dans les airs. Profitant de la position défavorable de son opposant, la Bête accourut auprès de l'ogre et la martela de coups de pieds, puis par des coups de griffes qui déchirèrent aussitôt l'épiderme de la créature. La Bête avait le dessus, mais son ennemi n'avait pas encore dit son dernier mot. Sur ce, l'oni se releva subitement et lança un sort de foudre sur la Bête, qui fut électrocutée avec une telle intensité qu'elle tomba sur ses genoux. Cette dernière tenta de guérir ses blessures pour ainsi augmenter ses chances de réussite, mais sa puissance magique ne lui permit que de dissiper légèrement la douleur et les écoulements sanguins, sans plus...

Ainsi, le combat se continua. La Bête cette fois-ci frappa rudement sur le sol enneigé, ce qui créa instantanément une large fissure. Se fut si intense que le sol se mit à vibrer pendant plusieurs secondes après, ce qui déséquilibrait grandement l'oni. La fissure, quant à elle, avait mal été utilisée : elle n'avait causé aucun dommage à l'ogre. Celui-ci accourut difficilement en direction de la Bête, mais cette dernière eut une idée juste au bon moment. Elle rugit de toutes ses forces, ce qui engendra des ondes de choc et ce qui expulsa l'oni à une dizaine de mètres. Elle s'approcha par la suite de la fameuse créature et concentra toute son énergie élémentaire dans ses poings, avant de frapper l'oni puissamment. La Bête voyait bien que l'ogre s'affaiblissait à vue d'œil, mais pas assez pour l'abattre.

D'ailleurs, l'ogre se releva aussitôt et fonça rageusement sur la Bête, qui eut l'idée d'utiliser une des techniques que lui avait apprises Belle : le dôme. Elle centralisa donc toute son énergie élémentaire pour la seconde fois, mais cette fois-ci créant comme un bouclier autour d'elle plutôt faible, mais juste assez résistant pour repousser l'oni à une ou deux reprises. Pendant ce temps, la Bête put reprendre son souffle quelques minutes, et essayer difficilement de soigner ses plusieurs plaies ouvertes. Malheureusement, le tout ne dura que deux minutes à peine, alors que l'ogre parvint finalement à défoncer le dôme élémentaire. Le résultat fut simple : la Bête se retrouva aussitôt dans une position fâcheuse, martelée par les coups farouches de la fameuse créature. Chaque impact, pourtant puissant, ne causait pas la moindre douleur à la Bête, qui se concentrait pour encaisser les coups. Ce petit jeu dura cinq minutes à peine, jusqu'à ce que l'oni commence à s'affaiblir réellement : sa respiration devenait de plus en plus saccadée, et sa force diminuait rapidement.

Alors que le regard de la Bête s'enflammait, une lance émergeant de nul part empala violemment l'ogre, qui s'écroula sur le sol. La Bête, dans le feu de l'action, ne porta même pas attention à la provenance de l'arme, et voulut promptement mettre fin à la vie de l'oni. La Bête retira donc la lance de son corps, ce qui engendra une fontaine sanguine, et la transperça de nouveau. Elle perpétua cette torture une dizaine de fois, jusqu'à ce que la créature sanguinaire pousse un dernier soupir. Pour s'assurer de la mort de son opposant, la Bête lui fracassa le coup bestialement et retourna dans le campement, essuyant le sang qui perlait sur sa joue. D'un pas lourd, elle franchit le seuil de la tente et demanda, comme si elle parlait à de vieux amis :

- Voilà. La créature est abattue. Elle ne vous embêtera plus.

La Bête balaya la salle du regard, et vit l'homme qui s'était proposé pour combattre dans un recoin de la tente, souriant à pleines dents. Elle s'en approcha et s'interrogea :

- Dites-moi... Vous ne m'avez pas écouté, hein...

- Je devais le faire, pour ma famille, pour vous, pour la nation.

- Je vous remercie. Vous m'avez permis de l'abattre plus facilement.

La Bête fit un demi-tour sur elle-même et monta le ton :

- C'est grâce à lui que la créature a été tuée. Remerciez-le, il vous a sauvé la vie.

Mais pourquoi la Bête se sentait-elle si généreuse en cette journée neigeuse? La fatigue? Assurément pas. Malgré les blessures, elle était plus ou moins en pleine forme. En fait, elle se rendait compte que plus elle aidait les gens autour d'elle, plus elle se sentait mieux, plus le bonheur d'antan retrouvait sa place dans son âme. L'homme était maintenant devenu un héros auprès de sa famille, de ses amis et même de toute la Terre des Dragons. Quoi qu'il en soit, alors que tous les survivants s'étaient rués près de l'homme à la lance, la Bête retourna au Centurio, satisfaite et fière d'avoir accompli cette mission avec brio.
Coeur Indomptable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: General
XP:
190/0  (190/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 31 Déc 2010 - 2:18
Franchement, j'ai bien aimé.

Je t'avoue que le combat, de mon avis personnel, est ton point faible. Dans le genre, un peu trop aléatoire à mon gout. Ca tape mais on sait pas où, on sait pas quel sort, combien, j'ai vu l'oni "se relever aussi tot" au moins 3 fois X) Enfin, c'est ton point faible mais c'est quand même trés bien !

Alors j'ai bien aimé la petite pointe démotion à la fin. Enfin ... je veux dire, que la bête se soucies des autres et redécouvre une joie en aidant les autres ... Ouai, ça le fait, ça met bien un point sur le coté humain de la bête, le coté vraiment pas comme on l'imagine. C'est clair ou bien ? *Sbaff*

bon, y a pas grand chose d'autre à dire ... Ou bien si mais je me répéterai encore sur les autres mission, donc tout est impec ^^

45 points d'expérience + 450 munnies + 2 en défense et 2 en force

messages
membres