Femme des Neiges

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
62/270  (62/270)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 27 Déc 2010 - 16:25
La situation était on ne peut plus plaisante. Frollo est démis de ses fonctions, ça, Mizore n’en avait rien à foutre. Ce vieux bouc avait beau être un de ses « frère », elle n’était pas spécialement proche. Non, la situation était plaisante car c’était son chérie qui avait repris les rênes ! Dans le fond, ça ne faisait pas grand-chose de différence mais ça flattait un peu son égo d’être la fiancée du chef. Et pour fêter ça, Genesis l’envoya en mission !
Tu parle d’un cadeau mais c’était une demande de la lumières. Il est utile de rappeler que la lumières et le Consulat ont fait alliance, et que donc, on ne peut pas vraiment cracher sur ça. L’objectif final à atteindre était de détruire tout les membres d’Astral : une bonne chose pour tout le monde. Seulement, Mizore s’était chopée le plus lourd de tous.

La voila donc, plantée devant de grand escalier, regardant la bâtisse avec méfiance. Les mains dans sa poche ventral, son eternel sucette au bec, elle constatait dans l’horreur à quel point le château qui lui faisait face était immense … Et la cible est à l’intérieur. C’est comme chercher un brin de paille dans une meule de foin. La femme des neiges ne voulait pas bouger, déjà que l’envie n’y était pas et en plus, il faisait frais dehors. Et pourquoi ne pas remballer ses minables de lumineux ? Elle se ferait taper sur les doigts, sans doute. Alors bon, elle se décida enfin, râlant intérieurement et montant péniblement les marches, sans aucune classe ni prestance comme la jolie jeune femme qu’elle est devrait avoir. Les recherches allaient commencer. Une fois dans le hall principal, elle se traina de droite à gauche du palais, cherchant la fameuse salle de bal où ce Kefka devrait être. Une porte fermée … De l’autre coté de l’escalier, y en avait même pas … Encore des escaliers à monter ! Rendez-vous compte comment elle était impatiente car à peine trois emplacement de fait qu’elle semblait déjà à bout de nerf. Finalement, elle rencontra une boniche qui lui indiqua gentiment où la salle se trouvais, au contraire de Mizore qui lui tourna le dos après avoir eu sa réponse. De grandes portes la séparaient désormais du bal et derrière se trouvait sans doute le taré folle dingue qu’à décrit Genesis. Elle eut un petit moment d’hésitation, sans crainte mais avait-elle vraiment envie de se farcir un clown ? Car on le décrivait aussi ainsi.

La salle de bal, l’un des plus grandes pièces du palace, si pas la plus grande. Mais comme rien n’était prévu, elle était vide et donc n’avait aucun intérêt. Que pouvait faire ce type dans un endroit pareil ? Poser des bombes ou un truc du genre, sans doute, puisqu’Astral a toujours voulu tout détruire … Mais la salle était vide, mais vide ! Pas une mouche, pas un insecte, tout était propre, nickel, rien à redire. Juste un grand vide au milieu de la scène. Le Néant ! Il était déjà passé par là ? Claire que non. La jeune punk s’avança sur le tapis rouge central, regardant avec un peu moins d’ennuie chaque recoin. Elle était comme intriguée qu’on puisse laisser une telle place aussi vide. Elle resta plantée là, sans aucun bruit, en plein milieu, attendant que quelque chose se passe. Et ce n’est que lorsqu’elle se dit qu’il ne viendrait pas qu’une voix s’éleva dans les airs.

Une salle de bal sans bal ?! Je voulais m’amuser moi ! Mais ça n’a plus aucun sens !! …

La voix venait d’en haut alors elle leva la tête. Un clown … Mais pire qu’un clown. Un mec plus pâle que ça, c’est la mort. En costar de toutes les couleurs et le détail qui la frappa le plus, des plumes dans ses cheveux. Le tout donnait un être assez immonde qui se tenait sur la rambarde du balcon du fond. Son sourire était celui d’un fou mais son air donnait à croire qu’il était impressionné. La consul ne dit rien, déjà blasée, profitant de ses derniers instant de bon sens avant de s’adresser au clown. Mais lui, il ne se contenta pas d’observer encore, il descendit d’un bond et se mit à sautiller à travers la salle d’une manière bien singulière.

Mais après tout, tout ce qui est sans aucun sens est marrant ! Ho ?

En passant devant Mizore comme si de rien n’était, il finit par s’arrêter net, à cloche pied, une main au dessus du regard comme pour cacher le soleil vers la jeune femme. Elle, se contentait de le regarder avec méfiance, toujours ses mains dans ses poches.

Un nouveau jouet ! Je me disais aussi que ce monde était trop ringard pour abriter une telle puissance magique !

C’était sympa de savoir qu’elle était une « telle puissance magique » mais elle resta de marbre face à ce compliment moqueur. A travers son maquillage de clown, on pouvait voir sans son regard une certaine folie. La folie de la destruction : un regard moqueur mais au fond belle et bien sadique et cataclysmique. La femme des glaces aurait pu l’attaquer là, à cette instant, histoire d’avoir l’effet de surprise mais une question la titilla.

Qu’est-ce que tu compte faire, maintenant que sais qu’il n’y a pas de bal ?

Tu veux le savoir ? Vraiment ? Alors dans ce cas … Je n’te l’dirais pas ! ♪

Dit sur un air chantonnant de gamin braillard, ça y est, elle était définitivement remonté contre se mec. Son regard s’affinait, les sourcils froncé et lui au contraire, penchait la tête vers l’arrière, main plaquée sur le front, mort de rire, plus capable d’arrêter. Son rire tapait sur les nerfs, c’était le son le plus désagréable qu’elle n’avait jamais entendu, même chanter faux était plus appréciable. D’un coup sec, elle finit par lui gueuler dessus.

Arrête tes conneries !!

Oups … Désolé, M’dame… Aller, qu’est-ce ça peut te faire de toute façon !? Et toi alors, à quoi veux-tu qu’on joue ? A « qui tuera l’autre ? »

Il y eut un blanc de quelques secondes avant que Mizore se transforme en monstre des glaces, sa vraie forme. Ses cheveux commencèrent à pousser et à se cristalliser. Ses main, sorti de leur poche, devenaient des griffes de glace peut rassurante. A ses pieds se formait une plaque de glace. Et ses yeux … reflétaient un bleu cristal, profond, et soudainement haineux, désireux d’étriper ce clown qui se moque d’elle depuis le début, ce clown qui veut détruire et qui sera détruit …

Je ne vais pas te tuer, je vais t’anéantir !

Détruire sans tuer ? RINGARD !!

Cette fois, il n’eut pas le temps de rire que trois stalagmites de glace sortirent du carrelage pour le transpercer de toute part. Mais pour une raison qu’elle ignore, il était préparé et s’appuya que une des piques à peine sortante pour prendre appuie et faire le poirier sur les trois pique qui se rejoignaient. Un large sourire, plus large que son maquillage le laisse pensé, s’afficha sur son visage. Pour l’effacer, la consule finit par se ruer vers lui, ses griffes se faisant plus imposante, sautant prés de son piédestal givré. Mais Kefka bondit lui aussi, toujours là l’envers, en retrait par rapport à elle, les deux bras en avant tout en hurlant.

Que la fête commence !!

De ses bras émanaient des flammes qui, sans prévenir, s’éjecta en flammèche sur l’assaillante en vol. Déjà en plein dans son élan, elle ne pouvait plus reculer et serrait les dents pour que cela passe. Elle n’avait cependant pas prévu que cette petite dizaine de flammèche allaient exploser pour crée un tas de gerbe de flamme. Elle disparue dans l’explosion qui éblouit même le clown. Lorsque les flammes s’adoucirent, il ne restait plus qu’un sol noir de cendre, plus aucune trace d’elle. Etonné de sa propre prestation, il atterrit en douceur, les yeux grands ouverts, se sentant presque bête. Mais il fit Tilt au bout d’une seconde et prit un air un peu plus colérique.

C’est tout ?! Mais je voulais m’amuser moiii …

Tout en baissant sa garde, c'est-à-dire, baisser les bras d’un air triste et malheureux, une ombre se dessina derrière lui, bondissante haut dans la salle et créant une forme entre ses mains. Grace à ses réflexe et à sa vitesse, Mizore put se faufiler entre les explosions et se retrouver derrière lui sans même qu’il ne s’en rende compte. Elle était fumante, ses habits un peu roussit à certain endroit. Et ses yeux, devenu encore plus froid que la glace, laissait transparaitre toute la noirceur de ses sentiments présents. La glace qui se formait entre ses mains commençait à devenir plus imposante, formant petit à petit un bloc énorme. Sans rien dire ni rajouter, sans vouloir entrer dans son jeux et devenir aussi débile que lui, elle balança la chose sur lui. Kefka eut juste le temps de se retourner et d’afficher une mine réjouîtes avant de disparaître sous la glace. Le sol en trembla, l’impacte fut rude… La jeune punk atterrit sur le bloc et regarda intensément à travers la glace. Il était mort ? Ecrasé ? Les couleurs fun de sa tenue commençaient à transparaitre à travers l’épais manteau de glace. Un peu plus de concentration et elle put le voir en entier. Il était en train de lui faire Coucou à travers la glace !! Ce connard a sans doute put se protéger avec une barrière quelconque, il n’y avait pas d’autre moyen. Indignée, un rictus colérique s’afficha sur le visage et tout en râlant, elle créa un pic de glace imposant avant de sauter à nouveau pour l’enfoncer à travers sa propre glace, histoire d’en finir vite. Des éclats de glaces volèrent dans toute la pièce, fissurant le bloc transpercé d’une lance de glace. Encore sur sa création, elle vérifia s’il était mort, encore. Elle entendit un petit « Youhou~~♪ » sortir d’une fissure, encore autre part que l’endroit initial. Comment avait-il bougé sous la glace ? Comment il avait prévu l’attaque ? Ce type est un clown doublé d’un devin ? La haine en Mizore se faisait plus grande encore et elle recommença l’opération mais avec cette fois une bonne dizaine de projectile. Le bloc se brisa totalement et, perchée sur une de ses stalagmite, contemplait la scène en cherchant le clown à travers les décombres. Elle cru mourir en entendant sa voix, derrière elle.

Ewwww, quel dangereuse créature tu fais là ! Au plus tu combats, au plus ton pouvoir est grand et au plus tu perds le contrôle !

Ses paroles l’intrigua soudainement, mais à y réfléchir, il était presque dans le juste … Sa haine commençait à l’aveugler pourtant elle sait très bien qu’elle devait modérer ses ardeurs. Sinon les ténèbres … Vous connaissez la rengaine ? Mais sa carapace … Elle ne pouvait pas l’enlever facilement. Cette carapace de froideur, de haine, de hargne, celle qu’elle c’était forgée pour ne plus souffrir, pour ne plus aimé et ne plus être déçue. Cette carapace était devenu son mode de vie le plus courant … Cette carapace, arrivera-t-elle à la mener dans le gouffre ? Non, elle arrivera, elle ne peut devenir comme ça éternellement. Sans s’en rendre compte, elle avait marqué une pause dans la batail. Kefka était réputé pour être sournois alors … Avait-il balancé ses phrase pour la déstabilisé ou juste pour faire un commentaire sans réel importance ? Elle soupira un grand coup pour se calmer et se retourna. Mais à peine elle posa les yeux sur le guignol qu’il lui lança une salve de nombreux laser rouge. Beaucoup la ratèrent, les autres l’écorchèrent. Ses habits, en plus d’être brulé, étaient entaillés par la chaleur des rayon, aux flanc surtout qui laissait transparaitre une grande cicatrice. Le sang ne coule pas à travers ses veine, juste de la glace, et cette glace essayait de rétablir le froid en elle. Cette chaleur encore nouvelle, elle ne pouvait la supporter. L’inspiration d’il y a quelque seconde ne lui servit à rien car elle se retrouva dans le même était d’énervement. Le membre d’Astral l’analysa un instant avant de dévoiler sa constatation.

La destruction incarnée ! Voila ce que TU es, ma chère !

TU MENS !!!

Son crie créa une onde qui rendit le sol totalement congelé, du moins, prés d’elle. Mais, de part sa puissance, la glace envahit petit à petit la salle de bal qui était devenu un vrai champ de ruine. Sous ses pieds, au même instant ou presque, se dessinait un sceaux bleu, représentant à merveille la glace. Ses pouvoirs soudainement décuplé grâce à ça, elle joignit ses deux main pour crée un rayon givrant d’une force phénoménal. Mais trop concentrée sur la puissance, elle n’eut pas assez de précision pour l’atteindre directement et suivit les traces de Kefka qui se mit à sautiller dans toute la pièce. Les murs de la pièce n’étaient plus que glace alors que le rayon s’affaiblissait et se stoppa. La femme des neiges essoufflée, Kefka un peu aussi à force de courir partout sans s’en prendre une. Mais lui, tapotant sur son torse pour faire passer une quinte de toux, continuait de sourire en admirant la ruine.

Haaa, Aller !! Je veux voir plus de ce pouvoir apocalyptique. Allons tout détruire, toi et moi ! Amis, Ennemies, tout le monde, toute chose !

Je … Jamais je ne serais comme toi !

On verra … En attendant, voila d’autres ennemies pour toi.

Ayant repris un peu de poil de la bête, il laissa échapper d’autre flamme de ses doigts en poussant des petit cries comme « Hou ! Ha ! Yiiha ! Hi ! » … Mais à l’inverse du premier assaut, les flammèches n’explosèrent pas et n’allèrent pas bruler Mizore, non … Elles grossirent et formèrent ses bestioles horrible, rejeton du feu de l’enfer, des foutue Bombos ! Mais la consule, trop vidée par son climax de puissance, ne fit même pas attention. Résultat, elle se prit une boule de feu, droit dans l’épaule, et tomba de son piédestal de glace qu’elle n’avait pas quitté depuis l’épisode du gros bloc … Elle s’écrasa à terre, l’épaule fracassée et presque fondue. C’est dans ce genre de situation que l’on distingue une femme des neiges d’autre être vivant. Pas de sang, pas de veine ni de chaire, que de la glace pillée, formant un creux à l’endroit de l’impacte. Elle aurait pu abandonner, se laisser mourir, se laisser fondre, se laisser détruire ! Mais non, quelqu’un l’attendait, quelqu’un l’attend toujours au bercail ! Elle ne peut pas le décevoir, elle ne peut pas lui faire de la peine, pas encore ! Elle rouvrit les yeux, au dessus d’elle, les quelques Bombos flottaient comme des vautours guettant la mort de leur proie. Et Kefka, au loin, appuyé sur un mur qui riait et qui riait encore. Fébrilement, elle leva la main vers son épaule et une douce lueur verte vint reformée la glace perdue. Mais se soin n’arrangeait que son épaule, il était même étonnant qu’un soin refasse de la glace mais …

Kefka s’arrêta de rire d’un coup, constatant ce que la punk faisait. D’un petit signe de la tête, il ordonna aux Bombos de continuer pour l’empêcher de se reconstituer complètement. Mais le superviseur fut trop lent à donner son ordre, la consule s’était mise à genoux et d’un grand geste, fit jaillir de la glace du sol, formant un dôme protecteur autour d’elle, l’isolant. A l’extérieur de sa bulle, elle pouvait entendre les impactes des brassiers, tentant de faire fondre sa barrière. Elle resista en souffrant, recréant la glace fondue, jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus et s’exposa un peu aux attaques. Seulement, il n’eut pas de deuxième boule de feu, seul le clown s’était approché, se mettant à sa hauteur, se délectant de sa souffrance et de cet espoir qui semble vain.

Si tu pouvais seulement laisser ton pouvoir, ta haine t’envahir et détruire ton esprit, tu pourrais faire un bien meilleur jouet !

Tu peux toujours crever …

Hu hu hu … Oh, oublie ça. Après tout, ça doit être moins amusant de voir une poule mouillée détruire l’univers que de le détruire soit même !

Le rire qui suivit fut le rire de trop. Cet être était infâme, tellement fou, tellement malsain la répugnait. Il voulait qu’elle utilise sa haine ? Elle lui obéit donc mais l’utilisa d’une bonne manière. Elle se releva d’un coup, faisant exploser les restes de sa coquille givrée, déstabilisant quelque Bombos qui s’en prirent plein la gueule. Kefka recula soudainement, toujours souriant, croyant avoir réussit en fin de compte. Mais pour une fois, il perdit son air moqueur en voyant Mizore étendre son bras grâce à la glace. L’extension se planta dans l’épaule du clown, faisant gicler un peu de sang et elle utilisa ses dernières forces pour le soulever dans les airs. Telle une furie, elle le fit virevolter dans les airs, le faisant cogner systématiquement sur tout les Bombos qu’il avait invoqués. Toujours au sol et son bras vengeur se faisant plus long, elle admirait d’un œil sadique les explosions qu’elle crée grâces aux impactes. Et ce clown, qui avait enfin perdu son sourire et son rire, ses manières de pédales et sa voie guillerette, enfin il prenait chaire ! Enfin il en bavait ! Et lorsqu’il n’y eut plus de Bombos pour le faire explosé, la nouvelle démone le racla sur les murs, hurlant de toute ses force pour se vidé de cette pression qu’exerçait se sentiment malsain.

Elle arrêta le massacre, essoufflée et presque morte d’avoir forcée sur ses réserve, Kefka aplatit contre un mur par cette poigne froide. Elle brisa la main givrée pour faire en sorte que le morceau de glace lui transperçant l’épaule reste là. Et tout en s’approchant, boitant, elle admirait les vêtements déchirés, décoloré du clown, ainsi que son maquillage qui ne faisait plus si comique. Il ne tenait plus debout mais resté empalé à cause de la glace lui transperçant le corps. Il était brulé et entaillé à plusieurs endroits. Il était à la limite de la mort, comme elle à l’instant, mais il eut la force de se désencastrer du mur, d’un coup sec, pour tituber un coup avant de tomber à genoux. Sa voix était plus grave et mille fois plus sérieuse, emplie d’une étrange colère

Non … Ce n’est pas assez … Détruire plus … Je dois tout détruire !

Il se releva d’un bond, porté par sa volonté de carnage, mais Mizore n’avait pas peur, elle avait déversée toute sa rage, et lui, il ne pouvait plus rien faire.

Que je perde n’a aucun sens … Alors pourquoi je ne ris pas ? C’est supposé n’avoir aucun sens.

Il leva doucement le regard vers elle, plongeant ses yeux dans ses grand globe bleu … Il ne semblait pas comprendre, son visage reflétait soudainement la tristesse. Mizore soutenait son regard, un regard assuré, déterminé, celui que l’on fait quand on est déterminé à finir en vie, celui qu’on fait lorsque l’on veut protéger quelque chose de cher.

Je peux voir dans tes yeux … ce … ce … Humf … Pourquoi s’obstiner à crée alors que l’on sait que tout disparaitra ? Pourquoi vouloir vivre sachant qu’on va mourir ? Rien de tout ça n’a de sens … C’est la seule chose qui ne me fait pas rire alors que ça n’a aucun sens …

Kefka …

Elle avait pitié de ce mec … Tout le monde le prend pour un détraqué, un fou, et c’est ce qu’il est mais personne ne s’est jamais demandé pourquoi il a finit dans cet état là. Qu’a-t-il pu vivre pour en arriver à ça ? Qu’a-t-il vécu pour avoir une si basse estime de l’humanité, de la vie ? Elle baissait les yeux, à son tour un peu bouleversée par ce clown triste qui divaguait en sentant la mort arrivé.

La vie … Les rêves … L’espoir …D’où viennent-ils ? Où est-ce que ça nous mène ?

Il marqua une petite pause avant de reprendre, colérique à nouveau, repris dans une pique de folie.

Aucune de ses merdes ne peut remplir un cœur !! La destruction … La destruction est la seule chose que la VIE donne !! C’est la seule chose valable !!

Tu as tout faux …

La femme des neiges, contrairement à lui, était devenue très calme et s’était soudainement adoucie. Son regard n’était plus glacial et il était encore différent que celui d’avant. Sa carapace … Venait de céder pour la première fois face à une autre personne que Genesis. Mizore sait exactement se que peut ressentir ce fou, ou presque. Dans sa vie passée, elle voulu aussi tout détruire, elle n’avait plus de sens à sa vie. Elle n’avait plus de désirs, plus d’envie, elle voulait se laissé mourir, elle voulait crucifier le premier qui viendrait la faire chier … Mais depuis ce temps, elle apprit bien des choses.

Je ne sais pas si la vie a un sens ou non mais la vie amène bien plus que la destruction… La vie amène l’amour, elle amène la joie et la peine. La vie n’est pas toute blanche et encore moins toute noir … Elle amène la frustration, les rires, les pleures, les réjouissances, les sentiments… La vie nous offre un merveilleux cadeau que sont les sentiments. Alors même si on est mené à être détruit, la vie vaut la peine d’être vécu pour tout ces sentiments. N’as-tu jamais eu envie de vivre ? N'as-tu jamais été amoureux ou juste ... avoir envie d'être avec quelqu'un ?

Kefka regardait dans le vide, comme paniqué. Il semblait ne plus rien comprendre. Peut-être qu’inconsciemment, il se disait qu’elle avait raison mais qu’il ne voulait pas avouer. Mais trop borné, il la fixa subitement, un sourire suppliant au visage, les yeux grand ouvert.

Ce ne sont que des mensonges … L’univers n’est que mensonge ! La vie est un mensonge !! Détruire, détruire, détruire … Il faut TOUT DETRUIRE !!

Il se mit à rire, encore, mais son rire s’arrêtait parfois, comme si il rendait son dernier souffle. Et pour cause, Mizore venait de lui envoyé un autre cône de glace dans les cotes. Le coup de grâce… Il avait pété les plombs pour la dernière fois. Il tomba à terre, enfonçant un peu plus la glace en lui, s’étalant dans une grande marre de sang. La consule regardait ce triste spectacle, peinée d’avoir vécu une expérience si intense. Elle était persuadée que sans la merde qui lui a pourrit le cerveau, dans son passé, il aurait pu être un bon gars. Elle s’est aussi rendu compte qu’elle s’en faisait un peu pour lui, elle venait de retirer sa carapace. La Punk aurait pu finir comme lui si elle n’avait pas découvert la chanson pour se redonner le moral. Ça aurait pu être elle, le clown détraqué qui finit si minablement, dans la glace d’un somptueux palais. Un clown qui a pété un câble presque ridicule avant de mourir.

Avant de partir, elle alla faire ses excuses officielles au prince à qui appartenait cette demeure pour avoir transformé la salle de bal en chambre froide et insista sur le fait que ça aurait pu être pire si elle n’était pas là. Elle emporta le corps meurtrie du clown avant de partir et l’emmena dans la forêt. Elle se demandait pourquoi elle était venu le tuer, elle s'est souvenu que c'était à cause de la lumiére que cette journée eut lieu, dans sa vie ... Elle ne pu s'empécher de les maudir.

Quelques jours plus tard, elle fit le trajet exprès, un peu remise de ses blessures, et alla dans la forêt, là où elle avait pris la peine d’enterré ce pauvre fou. Elle ne venait pas se recueillir sur sa tombe, non, Kefka était un affreux personnage malgré tout. Oui, mais seulement, indirectement, c’est lui qui lui a fait prendre conscience que cette carapace n’est pas toujours une bonne chose. Et en se moment là, elle venait faire preuve de sa partie sensible en allant lui pardonner toutes ses connerie … Elle ignorait tout de lui, elle sentait ridicule de faire ça mais … le cœur a ses raisons que la raison ignore. Après cette journée, elle repartit pour le sommet de l’art, espérant retrouver Génésis pour demandé un peu de réconfort.

_______________________________


Ai-je l'air de quelqu'un qui se soucie des moyens pour arriver à ses fins ?
Alors écrase et clic sur mes petits ...
[/center]
Spoiler:
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1124/500  (1124/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 27 Déc 2010 - 21:14
    Mission Accomplie.

    Tout d'abord, je ne vois aucun point négatif, je tiens à le préciser.

    Pour les points positifs, c'est tout autre chose... Tout d'abord, un certain humour assez violent, si je puis dire, dans ton texte ^^. Un "connard" dans un texte sérieux, au début ça fait sourciller mais ça se révèle être assez amusant et plaisant. Les deux premiers paragraphes sont eux aussi justement amusants pour leur... anti-héroisme.

    Enfin tu vois ce que c'est un anti-héros... Là c'est pareil, Mizore n'a pas vraiment la classe quand on la voit marcher dans la rue, ça l'emmerde grave de faire cette mission.

    Et là où ça devient bien, c'est que ton texte n'est pas celui d'une blasé ^^, on sent un certain plaisir.

    Bien, maintenant, l'atout principal de ta mission, on ne s'y emmerde pas une seconde, j'ai accroché du début à la fin.

    Enfin je dis ça mais quand je pense à l'ensemble de ton rp, je pense surtout aux moments forts... Cette prise de conscience et cette éducation (dans le sens, l'école de la vie), on sent que Mizore apprend quelque part à vivre. Quelque chose que je suis vraiment content de voir puisque c'est assez rare, j'essaie moi-même de faire ça avec Genesis pour que le personnage évolue. Et je vois que toi, tu as bien réussi.

    Que dire de plus... Ah oui, le combat est plutôt bien mais honnêtement, ce n'est pas ce que je vais retenir dans ta fiche à côté de ce que tu as fait d'autres...

    40 xp, 400 munnies et 5 PS (dont un bonus...). 3 PS en magie, 2 PS en vitesse

messages
membres