Derniers sujets
» Contrats - Demande de Mission
par D.Va Aujourd'hui à 16:53

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Maître Aqua Aujourd'hui à 15:24

» Vol pour l'hoverboard
par D.Va Aujourd'hui à 14:57

» Les règles du jeu
par Surkesh Aujourd'hui à 13:08

» Loué soit Son nom
par Kurt Brown Hier à 23:57

» Au fond du gouffre
par Fabrizio Valeri Hier à 22:12

» Nakada versus the Machine
par D.Va Hier à 20:27

» L'importance de faire ses preuves quand on est un fauve
par Bryke Ronso Hier à 1:26

» Mayhem
par Kurt Brown Hier à 0:10

» Bêtes de foire
par Kurt Brown Lun 19 Fév 2018 - 12:41

» [Piano] Compos, reprises, KH et autres...
par Huayan Song Dim 18 Fév 2018 - 13:16

» A l'assassin! Au meurtrier!!
par Lotis Terrick Dim 18 Fév 2018 - 12:05

» Et elle est où mon attraction ?...
par Ioan Kappel Dim 18 Fév 2018 - 3:00

» Un famtôme dans la boutique
par Famfrit Sam 17 Fév 2018 - 12:36

» As de Coeur
par Huayan Song Ven 16 Fév 2018 - 1:10


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Course contre la peste.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 23
Localisation : Avec Mérope. :)
Date d'inscription : 02/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
150/350  (150/350)
Ven 10 Déc 2010 - 23:34
Course
contre la peste.

L'Aquilon accosta finalement sur les rives de Tortouga. La capitaine du navire soupira grossièrement : la trajet vers l'île n'avait pas été de tout repos. L'équipage avait tout d'abord du affronter une effroyable créatures des mers, esquiver les boulets de canon de la Compagnie des Indes, puis traverser une océan perturbée par les tempêtes. Heureusement, ils étaient arrivés à bon port - dans tous les sens tu termes -, et toutes les personnes présentes étaient satisfaits de leur voyage. Tous, sauf la Bête, qui s'était isolée dans ses dortoirs à attendre patiemment la fin du périple. Elle avait eu la brillante idée de sélectionner l'Aquilon parmi tous les autres bateaux de Port Royal pour se rendre à Tortouga, ce qui fut une erreur monumentale. En plus d'avoir un mal de mer constant, elle avait du nettoyer la cale du navire pendant trois jours, donc durant tout le pénible voyage. À chaque fois que le navire semblait ralentir, elle sortait promptement de sa cachette pour observer s'ils étaient arrivés. Cette fois-ci, quand la Bête put balayer l'île de la Tortouga du regard, elle se précipita sur le pont et avant-même qu'ils n'accostent complètement, elle était déjà en train de se frayer un chemin parmi la masse jusqu'à l'est de la cité portuaire.

Comme pour se donner une attitude d'être rude et viril, la Bête déambulait dans les rues marchandes de Tortouga d'un pas plutôt lourd, menton légèrement levé vers le ciel. Elle savait très bien qu'elle risquait d'être à tous moments attaquée par quiconque pour des raisons inexistantes, alors elle se dit que pour éviter tous combats, elle devait sembler forte, puissante, nonchalante et prête à tout. Ainsi, presque aucun pirate et presque aucun individu affecté par l'alcool ne lui parla pendant son chemin vers l'est. Certains, les plus téméraires assurément, avaient décidé de la provoquer, mais sans réaction. Elle continuait de cheminer, visage impassible, vers l'épave du
Diamant rouge, la source de cette maladie singulière. Alors qu'elle n'était qu'à quelques pas de sa destination, une voix rude et brisé par les effets primaires de l'alcool retint son attention :

- Regardez les gars, c'est le Poilu!

Un moment de silence inquiétant, puis une autre voix prit la parole :

- J'en avais déjà entendu parler, mais je pensais pas qu'il était si laid...

- Je l'imaginais moins pire que ça... C'est affreux!

Rires générales dans toute la taverne extérieure. La Bête flambait, mais elle perpétua son chemin vers l'épave. Elle avait des vies à sauver, et elle ne devait pas se laisser bouleverser par des êtres avides qui ne disent que des mensonges pour provoquer. Elle devait rester calme et placide. Elle s'approchait de plus en plus du Diamant rouge, et personne n'avait osé ajouter quelque chose, jusqu'à ce qu'un bouffon vienne mettre son grain de sel dans toute cette histoire.

- La Bébête ne doit pas avoir de femme dans sa vie... Ou si c'est le cas, elle doit être aveugle, folle, totalement détraquée!

Toute l'assemblée se mit à railler grassement, et la Bête se retourna pour observer la scène. Aussitôt, elle fit un demi-tour sur elle-même et retourna à ses préoccupation principales, c'est-à-dire d'aller chercher deux ou trois morceaux de chair des cadavres de l'épave, pour ainsi pouvoir produire un antidote et par le fait-même sauver le mercenaire. En voyant la Bête quitter sans ne rien ajouter, la foule n'en porta plus attention, et choisirent au hasard un autre bouc-émissaire dans la masse.

La fin du trajet fut laconique et marqué par un silence de mort, mais rien d'intéressant ne se déroula pendant ce bref laps de temps. À destination, elle vit comme prévu l'épave du
Diamant Rouge qui surplombait l'océan noire qui entourait l'île de Tortouga. Contrairement à ce qu'Auron lui avait dit, il n'y avait aucun esprit ou spectre dans les parages, ni même des sans-cœurs. D'un pas décidé, elle se hâta aux côtés du navire et en bondissant de rochers en rochers, elle parvint à introduire facilement la navire. Néanmoins, à la surface, il ne semblait pas y avoir de cadavres. Contre sa volonté, elle devait donc plonger à l'eau, fouiller de fond en comble la cale (qui était d'ailleurs entièrement submergée) à la recherche de membres d'équipage morts...

Respirant un bon coup, elle plongea : l'eau était affreusement froide, mais dans le feu de l'action et l'adrénaline coulant des ses veines, elle ne sentait plus aucun de ses membres. Elle nageait difficilement, tassant d'un coup de patte tous les tonneaux qui flottaient. Elle remonta à la surface de l'océan à plusieurs reprises : les cadavres semblaient beaucoup plus profonds qu'elle ne l'aurait imaginé. Finalement, la Bête retourna pour la neuvième fois dans les enfers aqueux et successivement, elle parvint à rapporter deux corps sur le pont du navire. Aussitôt, elle commença à prélever de la chair de façon presque sadique. Elle avait arraché bestialement le bras du premier, et la jambe droite de l'autre. Elle déposa la viande humaine dans un contenant qu'Auron lui avait préalablement donné. Avant de partir, elle propulsa par-dessus bord les deux corps immobiles.

Elle quitta donc le navire et se sécha un peu sur le côté d'un feu abandonné. La Bête fut énormément surprise du fait qu'il n'y avait eu aucune créature à affronter, alors que le remplaçant de Judith l'avait alertée à plusieurs reprises. Plusieurs fois sur l'épave, elle avait aperçu des ombres, des silhouettes limpides et des semblants de fantômes, mais jamais ces derniers n'avaient osé l'attaquer. Ils n'avaient que lancer certaines paroles, des injures et même des menaces, mais rien de réellement effrayant. Pour éviter les ennuis, elle se dit qu'elle devait quitter le plus promptement possible, ce qu'elle fit lorsqu'elle jugea que son pelage était assez sec.

D'une démarche véloce, la Bête chemina vers le port où trônait l'
Aquilon, mais sur son chemin, elle aperçut l'alcoolique qui avait osé insulter son honneur, sa dignité et Belle, sa Belle. Elle voulut ne rien faire pour se venger, mais un sentiment de rancune s'éprit de son esprit : Elle s'avança donc vers l'homme, un jeune barbu sale et lui asséna un coup de poing des plus puissants. Ce dernier s'évanouit sur le sol, complètement assommé. Soudain, tous les regards se penchèrent vers la Bête, qui venait d'attirer les ennuis à Tortouga. Pour seule défense, elle marmonna :

- C'est lui qui a fait ça!

Elle pointa au hasard un vieil homme dans la foule, et une bagarre générale s'ensuivit. Elle voulut fuir à plusieurs reprises, mais il y avait toujours quelque chose qui l'empêchait de le faire. Parfois elle recevait littéralement une chaise en plein visage, parfois un coup de pied issu de nul part. La Bête profita donc de cette occasion pour faire ressortir toute la colère et la concentration qu'elle avait accumulée pour combattre lesdits matelots morts. Elle frappa violemment ceux qui osaient s'approcher et projetait dans la foule tout ce qui se trouvait sur son chemin. En moins de deux, le combat global s'était calmé, et tout le monde était retourné à ses occupations : boire et fêter. C'est ainsi que le Prince Adam se dirigea tout bonnement vers le Centurio, satisfaite.

La Bête croyait avoir été subtile et inaperçue lorsqu'elle avait prélevé la chair des cadavres. Mais de loin, toute l'équipage spectral du bateau observait les moindres faits et gestes du Prince Adam. Ces derniers n'en avaient pas fini avec la Bête... et bien loin de là.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 283
Age : 27
Localisation : Grenier du Centurio
Date d'inscription : 02/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
323/500  (323/500)
Sam 11 Déc 2010 - 1:13
10 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS. (force)

Comme d'hab', j'ai aimé. Ouais, je vois pas ce que je peux dire d'autre, c'est juste super ^^
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Douillet contre Bakchich