Derniers sujets
» Que la vengeance commence!
par Kestia Aujourd'hui à 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Aujourd'hui à 19:09

» Chasse aux corsaires
par Lotis Terrick Aujourd'hui à 17:08

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Aujourd'hui à 12:23

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 23:02

» Tour du Propriétaire
par Surkesh Hier à 22:58

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Hier à 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Cachons tout ça
par Milla Maxwell Lun 11 Déc 2017 - 11:08

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29

» La vertu des brutes
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 16:56

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 21:12

» Attaque Nocturne
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 15:16


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Peut-on espionner un rêve? Peut-on espionner un Songe?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Sam 4 Déc 2010 - 0:42
    • La cité su crépuscule, autrefois un havre de paix, aujourd’hui elle est plongée dans les ténèbres. La réputation de la Coalition Noire n’est plus à faire. Ukiyo avait eu de nombreux échos d’eux notamment de la part de Jecht et d’Ultimecia. La dernière fois que le peintre avait entendu parler de Jecht c’est quand il voulait aller chercher des poux à la Coalition. Dans un château lugubre qui serait habité par une bête. Depuis, plus aucune nouvelle, il devait sûrement se plaire là-bas pour ne pas revenir. Ukiyo ne s’inquiétait pas pour lui, l’Argument Imparable est un homme fort et bien moins bête qu’il n’y parait. Soit, la question n’était pas de savoir ce qu’il arrivait à ce brave gaillard mais d’aller causer quelques nouveaux soucis. Aujourd’hui le tirage au sort désignait des nouveaux venus dans la partie. Le Sanctum était une cible qui n’avait pas encore été choisie par les Songes. C’était le moment ou jamais de faire quelque chose.

    Il se trouvait justement qu’aujourd’hui, quelques personnes de ce fameux groupe seraient en expédition à la Cité du Crépuscule. A l’endroit même où le mal est le plus présent. Qui pourra bien porter le chapeau ? Il serait bien facile que ce soit la Coalition Noire. Mais ce qui serait amusant c’est que le Modéré Noir trouve sur son territoire de potentiels ennemis tués par d’autres. Apprécierait-il de voir son monde devenir un lieu où tout le monde se promène à sa guise sans qu’il n’y puisse rien ? Le peintre pensait bien que cela pourra l’irriter mais même si cela n’arrivait pas, il fallait tenter cet acte.

    Seuls les Kamis pourront décider de la suite et personne d’autre. Le Peintre des Rêves savait être observé par ses grandes divinités mais depuis qu’il était dans ce monde de ténèbres, il n’avait pas la même sensation. Il se sentait observé d’une façon plus que malsaine mais il avait beau regarder à droite, à gauche, en haut ou derrière, il n’y avait personne qui le regardait. Etrange, tout cela lui était très étrange et des plus désagréable. Pas qu’il n’aime pas être regardé, surtout lorsqu’il s’agît d’une femme, mais là ça ressemblait à de l’espionnage. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas cela qui allait le ralentir. Mais aujourd’hui, ou plutôt ce matin, il n’avait fait aucun rêve, ce qui était très rare quand il devait partir en mission. Cela voudrait-il dire quelque chose ? Il ne s’en souciait pas. Ses rêves n’avaient jamais parlé d’un avenir proche alors ne pas en faire ne devrait pas être catastrophique.

    Alors le jeune homme marchait tout en cherchant le petit groupe à tourmenter. Des fanatiques d’une autre mythologie qui ne devait sûrement n’être qu’une pâle copie du shintoïsme. Il fallait leur montrer qu’ils ne valaient rien en comparaison des grands kamis qui depuis toujours, guidaient le peintre dans sa vie. Ils n’étaient pas non plus là pour tracer une ligne droite devant les pieds du jeune Ukiyo mais ils avaient toujours été d’une aide précieuse. Rien que le don de ce pouvoir magnifique qu’est la peinture était un signe flagrant de l’existence des dieux nippons.

    Plus il marchait et plus la sensation d’être suivi était grande alors qu’il ne trouvait toujours pas ces petites gens qu’il recherchait depuis son arrivée. Comment cela se faisait-il ? Ukiyo était sûr de ne pas s’être trompé sur ses informations. Mais quand, en arrivant sur une place, il vit ce groupe, il en était soulagé. Il n’aurait pas supporté avoir fait tout ce chemin pour rien. Mais il avait quand même été surpris d’une chose en les trouvant. Deux d’entre eux se mirent à courir vers le Songe l’air apeuré. Le troisième, lui, gisait au sol et semblait tout ce qu’il y avait de plus mort. Quelqu’un aurait donc commencé son travail avant lui ? Le peintre se peigna un petit scalpel pour changer de l’ordinaire et en passant derrière un des deux hommes, il lui trancha la gorge. Simple et rapide, cette méthode s’est toujours montrée efficace. Mais avant que le dernier ne voir le corps chuter au sol. Il lui bloque la respiration et le corps. Sûrement un des pouvoirs les plus puissants confiés par les kamis.

    -Désolé jeune homme, mais pour vous aussi c’est terminé hu hu.

    Ukiyo se savait parfaitement à découvert et en danger au milieu de la place mais il voulait absolument savoir qui avait tué le premier homme et lui faire la peau ensuite. Il semblerait que enfin, quelqu’un se montrerait à la hauteur d’affronter Ukiyo. Il ne restait plus qu’à savoir qui.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 17/10/2010
Sam 4 Déc 2010 - 2:54
    De la farine, un peu de levure, du sucre roux, blanc & vanillé, du beurre fondu, un œuf, une pincée de sucre et surtout, des pépites de chocolats.

    Tous ces ingrédients réunis selon un ordre et une façon différente, Noel avait créé une des sept merveilles de l'univers. Une petite créature plate qui croustille lorsque les dents entrent en contact prolongées avec son bord. Ses odeurs donnent l’eau à la bouche. Elle en touchait un du bout des doigts, caressant cette texture qui s’émiettait par endroit et se faisait moelleuse à d’autre. C’était de la torture. Elle ne devait pas les manger. Doucement, elle les posait une par une dans une petite boîte, se contrôlant de ne pas en faire dévier une de ces créatures dans son antre mouillée à l’idée de les recevoir. Les unes sur les autres dans leur maison adaptée, les petites créatures ne se débattaient pas. C’était une jolie boite. Bleue avec écrit au marqueur dessus « Noel ». Elle ne put résister finalement. Sa main qui la tenait entre ses doigts fit une boucle vers la bouche qui s’était vite ouverte. Alors que la pâtisserie aurait du être croustillante, moelleuse et délicieuse, il n'en était rien... Cela avait surement un lien avec le fait qu'un cookie à la nougatine n'est pas censé être couleur noir corbeau. De plus, la cuisinière avait confondu sucre et sel. C'était donc un plat pour le moins raté.

    Enfin, ça dépend pour qui. Noel était juste en extase devant ce qu'elle considérait comme sa plus belle création jusqu'à ce jour. Vu la qualité des anciennes, ce n'est pas très difficile me direz-vous ! Mais au moins, il y avait de l’amélioration ! "Agir contre le courant du destin et non pas se laisser emporter par la fatalité est important, à moins que vous préfériez finir comme ces pauvres choses que nous venons d'éliminer. Laisser parler votre cœur ou vous faner dans l'ennui pour mourir dans la souffrance, c'est le choix que je vous impose." Tel était les paroles de Grell, l’archevêque. Des paroles très inspiré s'il en est, prononcé avec un sérieux inhabituel de la part de l'homme en rouge. Après tout, peut importe l'obscurité et la longueur du tunnel, il y a toujours la sortie au bout ! Les hommes, comme les femmes comme toutes races vivant dans l'univers à le pouvoir de changer son destin, de bouleverser sa vie. Nous pouvons faire comme bon nous semble, à condition de s'en donner les moyens... La volonté, voilà la clef. Malheureusement, il arrive que toute notre volonté ne suffise pas, et que l'on perde toute envie de se battre...


    « Évêque Vermillion ? »

    « Hm... Hun ? Un problème ? »

    Et effectivement, il y en avait un...

    ...

    Fin de la rêverie. Noel sort de sa torpeur et se réveille au milieu d'une ruelle sombre et lugubre. Le lieux en lui-même n'a rien de sinistre, bien au contraire, mais il baigne dans une lumière noire. Le beau soleil couchant de ce monde a disparut depuis bien longtemps, remplacé par un soleil froid et triste, symbolisant l'emprise des ténèbres sur ce monde. Un soleil de ténèbres, une nuit éternelle. Mais plus encore que les rayons du soleil, c'est surtout l'ambiance de ce lieu qui vous glace le sang. L'impression d'être... observée. Par qui ? La question adéquat serait plutôt par quoi ? La jeune fille à beau se retourner, regarder à droite, à gauche ou derrière rien n'y fait, elle ne trouve pas les yeux inquisiteur qui l'épie depuis son arrivée sur ce monde. C'est très perturbant, surtout que la petite blonde n'en a pas l'habitude. D'ordinaire c'est un homme voir un garçon pervers qui reluque sa belle chute de reins. Là, c'est... différent. C'est comme si on l'observait attentivement, comme si l'on disséquais le moindre de ses gestes. Tout çà pour dire que cet endroit est loin d'être rassurant.

    Recouverte d'une cape bleu qui recouvre intégralement son corps, Noel avance en pressant le pas. Parmi tous ses regards qu'elle sent sur elle, la tireuse d'élite sent un regard bienveillant. Celui d'une chouette qui vole au-dessus des toits. Haut dans le ciel, les yeux verts de la gamine ne quitte pas un seul instant cette chouette. La créature ailée ne vole pas au hasard, elle se dirige vers un point bien précis : Le but de sa mission.

    Contre toute attente, le volatile s'arrêta net et se posa sur la rambarde d'un toit. Le regard du petit animal portait sur une grande place. La protégée de la chouette, elle, se tenait debout dans une ruelle. Son teint est devenu pâle, comme si la petite venait de tomber malade. Ouverts en grands, ses deux prunelles assistaient à un spectacle qu'aucune fille innocente ne mérite de voir... Un massacre. Il aurait suffit à Noel de dégainer Bolverk pour les sauver mais elle était comme tétaniser. De la peur ? Oui et non. Disons qu'elle était choqué, elle ne s'y attendait vraiment pas. Ce n'est qu'au moment où l'homme a achevé le dernier des fidèles qu'elle se mit à bouger. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle put bouger. Ses armes en main, elle se sentait envahit d'une nouvelle force. Cette force, elle l'a toujours désirée, mais sans savoir pourquoi. Ce n'est que depuis peu qu'elle a compris que la force, elle en veut encore et toujours, pour protéger les innocents et les gens qu'elle aime. Ses jambes nues et son visage, l'espace qu'il y a entre eux est recouvert d'une cape, même ses bras ne sont pas visibles.


    « Vous ! »

    Elle interpelle l'homme, sans arrêter de marcher, son pas est sur et régulier. Tout en avançant vers l'homme, elle l'examine. Il est beau. Ça beauté est comparable à celle d'une elfe... Il est jeune, où en tout cas il a l'air. Aucune ride ne vient gâcher la pureté de son visage doux et lisse. Dans un grand geste de la main, la jeune fille jette sa cape qui retombe tout doucement au loin, comme la feuille d'un chêne en automne. La cape disparaît et révèle alors un corps svelte et deux bras fins. Mais le plus choquant, ou du moins alarmant, ce sont les pistolets qu'elle tient dans chacune de ses mains. Elle pointait dès lors l'élégant tueur de pointe de son pistolet. Elle sentait un léger picotement sur son épaule gauche, mais cela n'handicaperait en rien son combat. Ce n'était même pas douloureux.

    « Qui êtes-vous et pourquoi avez-vous fait ça ? »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Géant Pacifique
Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 27
Date d'inscription : 10/11/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
107/650  (107/650)
Sam 4 Déc 2010 - 22:34
« Je vous en conjure, partez ou vous n’y survivrez pas … »

« Nous … Nous n’allons pas reculer face à un simple chien ! »

Encore une journée pas comme les autres dans la vie du tas de poil. Kuzfo pouvait se vanter d’avoir une vie palpitante car aucun jour ne ressemblait à un autre. Au beau milieu de la place, entouré par trois hommes qui avaient l’air de vouloir en découdre, il essayait de se faire entendre pour les dissuader d’accomplir leur mission. Comment ce loup-garou, à la base logé au château de la bête, s’est retrouvé dans cette ville sans lumière, dans une situation qui pouvait vite devenir … Critique ? Et bien, c’est assez simple en faite. Ayant intégré la coalition pour faire plaisir à la princesse de l’envie, on lui donna sa première mission. Certes, pas une mission officiel mais le loup, bonne poire, voulut rendre service. Alors qu’il visitait le quartier général officiel de sa nouvelle faction, il tomba sur une femme bien étrange. Arachné, si ses souvenirs sont bon … Elle ne chercha pas à comprendre le pourquoi de la présence d’une bête dans le QG, elle semblait déjà tout savoir. Elle se contenta de lui demander d’aller en ville pour intercepter cette bande. Et donc, c’est avec son extrême gentillesse qu’il accepta sans discuter. Après tout, suite à une éternité de solitude, il fallait faire bonne figure à ses futurs compagnons. Cependant, il n’est pas idiot, la coalition abrite de mauvaise personne et ses gens là ne seront pas vraiment ses amis, ils le prendront comme outil, c’était sur et certain. C’est donc sur un coup de tête qu’il se retrouva là ! Dans la panade, encore une fois ! Dans cette ville sombre et lugubre, dans ce cercle que dessinait presque la bande à tuer, dans cette bagarre qui aurait bientôt eu lieu. Oui, car il avait beau essayé de faire copain copain, ce fichu « Sanctum » campait sur ses positions. Un soupire se fit entendre, suivit de la grosse voix du ténébreux

« Vous ne voulez pas comprendre. Si vous ne rentrez pas chez vous gentiment, je vais devoir … Faire une chose que je déteste. »

« C’est une menace ?! »

Les hommes voulurent se mettre en garde mais ils n’eurent pas le temps de dégainer leurs armes que des griffes empoignaient la gorge du porte-parole. Des gens comme ça, il ne connaissait que ça. Sans blague, à part 1 % d’exception, tous les humains avaient peur de lui et ne voulaient pas l’écouter. Ses gusses l’auraient attaqué quoiqu’il arrive et il préfère prendre ça comme de l’autodéfense que comme l’accomplissement d’une mission. Soulevant le combattant dans les airs, à sa hauteur, presque littéralement pendu, Kuzfo le regardait avec pitié. Quel malheur, quelle inconscience … Arachné regarde, Arachné sait tout en ses lieux… Le loup savait qu’il ne pouvait faire preuve de compassion, qui sait ce que cette femme peut faire ? Tout en prenant le risque de fermer son unique œil, il força un peu sur son cou pour faire couler le sang et laissa s’infiltrer le miasme noir, ses ténèbres matérialiser en une mousse visqueuse, immonde … Et le voila déjà en train de se tordre de douleur, se crispant, convulsant. C’était finit. Il le laissa lourdement tombé à terre, la chose en lui le dévorant de l’intérieure. Il réouvrit son œil et se tourna vers les deux autres, la mains sur leurs armes mais incapable de les sortir de leur étui. La peur… Comment ne pas avoir peur ? Il venait de tuer le chef avec tant de facilité. Un poids en plus sur sa conscience, il venait encore de perdre un peu d’estime de soit. Mais on l’observe, il n’avait pas droit à l’erreur, ou plutôt, il espérait. Et pour mettre un terme à tout ça, il lança un banal sort de peur sur les deux pauvres âmes avant de se diriger lentement vers une ruelle étroite. Peut-être que la sorcière ne remarquera rien de ce petit tour de magie

Mais à peine dissimulé dans l’ombre que des cries d’agonis se firent entendre dans son dos. Un nouveau venu avait achevé les fuyards, dans le style beau-gosse mais surtout … Un sadique, c’est ce qui semblait du moins. Il venait de sauver deux vie de la cruauté de cette ville pour quoi ? Pour que ses deux vies se perdent la seconde d’après. Comme quoi, la justice se fait rare en ses temps. La tristesse, est-ce qu’il s’en débarrassera un jour ? Sans doute l’oubliera-t-il un instant quand il se repointera au château pour voir son rayon de soleil mais le chemin est long avant d’atteindre le bonheur… Kuzfo n’avait pas envie de se battre, ou même de débattre, de faire la moral. Enfin, à quoi bon ? Quand il se montrera, soit la peur ou la haine ressortira chez l’autre, déjà qu’il semble détraqué. Il faillit partir sans se retourner, la mission accomplis en quelque sorte, mais une nouvelle actrice apparue sur scène. Une voix fluette s’éleva de manière rude pour interpeller le maniaque. Cette femme semblait si frêle, ou du moins si … inoffensive ? Une innocente, en somme. Cependant, il ne garda pas cet avis lorsqu’elle enleva sa cape pour dévoiler deux armes hors du commun. Il n’était pas spécialiste mais ce loup avait lu assez de chose sur les armes pour savoir que ses trucs étaient uniques. Mais est-ce que deux pistolets suffiront ? Quelles sont les pouvoir de ce malade ? Elle aussi, va-t-elle subir le sort des deux derniers ?

« Qui êtes-vous et pourquoi avez-vous fait ça ? »

Ça allait dégénérer, sur et certain. Et vu sa petite tenue de policière, toute bleu et blanche, elle devait elle aussi faire partit du Sanctum. Qui sait ce qui se trame dans la tête de l’assassin pendant qu’il réfléchit, qu’il réalise ? Si ça se trouve, il avait une dent contre eux ? Mais si il aidait la femme, est-ce que la coalition l’accepterait ? Et si … Et si il sauvait une vie, encore aujourd’hui ? Après tout, au diable la coalition, c’est à Ariez qu’il prête attention, pas à une corporation de salaud. L’autre meurtrier lui tournait le dos, il en profita donc pour sortir de la ruelle, le pas lourd, sans montrer aucun signe d’agressivité, stoïque, laissant sa voix intimidante se faire entendre.

« Un Sadique, un malade, un détraqué qui cherche à s’amuser ! C’est l’image qu’il me donne à moi … »

Alors qu’il s’approchait, le détraqué en question se retourna et il ne put que lever les yeux au ciel pour apercevoir la gueule de Kuzfo, lui qui était déjà à même pas deux mètre de lui. A son tour, il détacha le regard de la fille qui l’avait pris pour cible avec ses armes pour fixer le petit homme, fixer son scalper plutôt. Il profita de ce moment de surprise, de l’étonnement de voir un tel personnage débarqué, un géant bestial, pour offrir sa fleure à la femme comme à l’autre …

« Bon, je n’ai rien contre vous et je ne veux en aucun cas me battre … Seulement, je vous mets en garde : vous n’êtes pas les bienvenu ici. Je vous conseil alors de rebrousser chemin sans effusion de sang, sans détonation … »

Il croisa les bras, gardant son calme, jetant un coup d’œil tour à tour à la tireuse et à au minus face à lui. Mais bon, pourquoi espérait-il ? Sans le montrer, il se mettait en garde, prêt à riposter. Tout ce qu’il espérait, c’était que la jeune femme ne tire pas. Il a déjà trop sur la conscience pour s’en prendre à une femme.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Féminin
Nombre de messages : 12
Age : 25
Localisation : Là où tu ne t'y attends pas. Pour te trancher la tête.
Date d'inscription : 22/07/2010
Sam 11 Déc 2010 - 2:29

    Je n'entendais aucun bruit. C'était le silence total, presque effrayant. La bise frôle mon visage. C'était comme si je sortais d'un profond sommeil. Mes sens étaient en éveil et pour la première fois, je ressentais une impression bizarre au creux de la poitrine. C’était comme si des yeux, invisible me regardaient constamment dans mon dos sans que je ne puisse rien détecter. Après mon petit tour dans le clocher du crépuscule, j’avais décidé de visiter un peu les lieux, sans doute n’aurais-je pas du m’attarder en ces lieux appartenant à la coalition. Qu’à cela ne tienne, je poursuivis mon chemin à travers les dédales de rues, rencontrant quelques sans-cœurs mais rien d’insurmontable, rassurez-vous. Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’avais comme l’impression d’être déjà venue, mais rien ici ne ressemblait au souvenir que j’avais gardé de cette ville autrefois pleine d’animation. Je haussais les épaules, après tout, rien n’est jamais plus harmonieux que le silence.

    Touriste. C’est comme cela que n’importe qui aurait pu me qualifier. Oh bien sûr une touriste se baladant dans les rues comme si de rien n’était avec une faux plus grande qu’elle, ça ne court pas les rues mais bon, c’est original n’est-ce pas ? J’admirais toutes les bicoques, en ruine ou non, avec un œil critique. On devinait aisément le pourquoi du décor. Je grimpais sur le haut des bâtisses pour contempler le soleil noir de la ville, respirant l’air du crépuscule. Le vent me porta des éclats de voix qui semblait provenir de non loin de là. Intriguée, je décidais de prendre la route vers l’endroit d’où je croyais entendre les voix. Une fois arrivée, je contemplais la scène d’en haut. Un être que je reconnus immédiatement se trouvait au centre de la place, trois cadavres gisant déjà autour de lui. Ukiyo, le peintre des rêves, ou l’homme-mystère c’est selon, personne ne savait rien de lui ou presque. Son visage des plus doux était calme, posé et réfléchi comme à son habitude, le sang et les corps autour de lui ne le perturbaient nullement et aucune trace de lutte ou de sang ne venait entacher ses vêtements. Non loin, une petite demoiselle toute de bleu et blanc vêtue tenait deux énormes flingues. Et surplombant la scène de sa taille, une énorme créature aux allures de bête. Les trois s’observaient en silence après ces quelques joutes verbales.

    « Hum. Intéressant »

    J’observais encore un moment la scène. Après tout, le plus important dans ce genre de situation, c’est de faire une entrée qui en jette. N’allez pas penser que j’accorde beaucoup d’importance à ce que pense mes futures victimes de moi mais dans de telles circonstances, une belle entrée en matière reste importante. Enfin ce n’est que mon avis. L’homme-bête pris la parole et je n’en perdis pas un mot. A ses dires, il était évident qu’il faisait partie de la coalition et que visiblement, nous autres, n’étions pas les bienvenus en ces lieux. Sauf qu’en tant que songe, nous sommes les bienvenus nulle part, les super comités d’accueils on connait. Et d’ailleurs, qu’on soit les bienvenus ou non, cela n’avait aucune espèce d’importance, nous faisons ce que nous voulons et rien ne peut nous empêcher de faire cela. Il était temps que je me montre désormais, Dead Master à la main, j’allais enfin descendre de mon perchoir pour me joindre aux festivités.

    Je sautais d’abord sur l’un rempart plus bas que le toit où je me trouvais pour ensuite me poser non loin d’Ukiyo dans un effet théâtral, posant ma faux, debout, à mes côtés dans un bruit métallique quand elle se posa au sol, soulevant un nuage de poussière qui ne laissa deviner ma présence qu’en retombant. C’est avec un sourire aux lèvres que je m’empressai de prendre la parole, j’étais contente de moi et de mon petit effet même si je me doutais bien que ma présence ne ravirait sans doute aucune des personnes présentes. Mais moi aussi j’avais bien le droit de m’amuser un peu, non ?

    « Tu espérais t’amuser sans moi ? Ce n’est pas très gentil. »

    Je me retournais alors vers Ukiyo en le regardant un moment, d’ici, je pouvais plus aisément voir les deux autres personnes présentes. La blondinette n’avait vraiment pas la tête d’une tueuse comme je l’avais cru plus tôt en l’observant de plus haut, au contraire, son visage était bien trop .. hum comment dire ? Bien trop innocent. Ne me sentant pas menacée par la demoiselle, mon attention se porta machinalement vers la bête géante. J’analysais plus ou moins la situation, à ma place, je pense, plus d’un ce serait enfuit devant une telle situation, mais je me refusais à être lâche et de plus, j’adorais m’amuser avec les grosses bêbêtes. Je restais vigilante et sur mes gardes, l’air était tendu, le vent et la poussière étaient tout deux retombés et un silence de mort planait sur la place des fêtes. Décidemment, c’était un jour absolument grandiose ! Quelles magnifiques festivités. Bon d’accord, ce n’est pas le genre d’humour à avoir, si on ne peut même plus rigoler de nos jours.




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Sam 11 Déc 2010 - 12:42
    • Qui peut se permettre de juger une autre personne ? Il y a tant de mots pour qualifier une personne mais chacun d’eux relève des impressions personnelles. Qui peut alors dire qu’un homme est sadique si l’on ignore son passé ou même absolument tout. Il ne fallut pas longtemps à Ukiyo pour remarquer que la situation était peu avantageuse. Oh bien sûr, il savait que le Sanctum n’allait pas rester les bras croisés mais il ne pensait pas voir une créature de la Coalition Noire. Même si cette dernière ne s’est pas présentée, le fait qu’elle demande à partir de cette façon montrait bien qu’il vivait ici et vivre en ce lieu est dangereux si l’on n’est pas à la botte de la Coalition. Le peintre n’avait aucun apriori au vu de ses opposants, la jeune femme avait un visage angélique certes, mais Ukiyo n’est-il pas beau non plus ? La beauté n’est qu’une façade qui se transforme très vite en piège.

    -Un loup ? L’animal de la destruction. Je dois avouer que je suis assez surpris.

    Il était vrai, la taille de cette bête était surprenante et le fait qu’elle puisse parler rajoutait à cet étonnement. Est-ce là aussi une façade permettant la dissuasion ? Ce serait mal connaître un Songe. Cela fait déjà plusieurs mois qu’ils sévissent et personne ne sait rien d’eux. Même en cas d’échec, la mort n’est pas une solution et aucun d’eux ne parlera même sous la torture. Tout ce qui a été fait jusqu’à maintenant n’est rien comparé à ce qui peut arriver. Mais a ce théâtre déjà riche en rebondissements, s’ajoutait un nouveau protagoniste, une femme des plus élégante mais son physique n’est là que pour montrer la terreur. Mirage n’était pas la personne à qui il fallait lancer un défi en l’air.

    -Tu espérais t’amuser sans moi ? Ce n’est pas très gentil.

    S’amuser, oui, on pouvait voir cette situation comme un jeu, une épreuve dont il fallait sortir victorieux. Ce n’était pas pour rien que les kamis avaient envoyé Ukiyo ici, alors il décidait de faire comme à son habitude. Ne laisser nulle place au doute.

    -Mirage, quel plaisir de vous voir. Vous constaterez qu’il ne manque pas d’action ici. Quand j’étais au Château, Maître Yen Sid m’a dit de me rendre en ce lieu. Il semblerait que des jeunes protégés du Sanctum étaient une menace pour nous.

    Yen Sid n’avait bien entendu donné aucun ordre au peintre, ils ne se connaissaient pas, personne ne connaissait Ukiyo. Jamais il n’ira s’allier directement à ce groupe d’êtres faiblards qu’est la Lumière. Mais pourquoi ne pas jouer avec les sentiments des autres personnes ? La jeune femme aux armes à feu ne devait pas comprendre ce qu’il se passait, elle était pour défendre les personnes qui sont maintenant morte. De son côté, le loup irait sûrement rapporter cette information à son groupe. Ce n’était pas la première fois que les Songes complotaient pour créer des problèmes entre la Coalition et la Lumière. Le scalpel disparaissait alors d’une une fine coulée d’encre de chine et le peintre reprit dans ses mains Yomi, son arme depuis qu’il avait fuit de chez lui. Il peut souvent le prendre dans ses mains sans susciter la crainte chez autrui car ce n’est qu’un pinceau après tout. A côté de gigantesque faux de Mirage, tout cela était bien risible. Le peintre des Rêves se tourna alors vers la jeune blonde.

    -Je suis désolé pour vous jeune demoiselle, mais ces hommes étaient une menace aussi bien pour nous que pour vous. N’avez-vous pas remarqué aussi que ce loup s’en était aussi pris à eux ?

    Ukiyo n’en était pas certain, mais il y avait déjà eu des morts avant son arrivée et cela ne ressemblait pas à la technique de Mirage, ça ne pouvait donc être que ce grand loup. Ukiyo se tourna donc vers cette créature borgne qui lui faisait face.

    -Et vous, grand loup, je ne tolère aucunement que l’on puisse me juger, seuls les kamis ont ce pouvoirs. J’aime encore moins que l’on me donne des ordres. N’êtes-vous pas d’accord Mirage, ne sommes nous pas partout chez nous ?

    Les propos prononcés par Ukiyo n’étaient pas ceux prononcés habituellement par un émissaire de la Lumière mais chaque personne à son caractère. De plus, il pourrait très bien y avoir une troupe d’élite aux techniques peu orthodoxe. Un sourire était profondément marqué sur le visage de la Songe, avec sa faux en main, elle semblait se réjouir des prochains actes, comme si elle était impatiente.

    -Lorsque nous en aurons fini, je créerai un miroir semblable au miroir de Yata et je ramènerai en ce lieu la lumière divine d’Amaterasu.

    Ces paroles ressemblaient à celles d’un fanatique religieux mais les kamis avaient toujours été là pour le peintre, il serait alors idiot de les renier. La seule crainte du peintre était de ne pas réussir à créer un miroir du même pouvoir que celui de la légende. Il y a de ça peu de temps, il voulu créer Kusanagi no Tsurugi, une épée de cette même légende mais il n’y était pas parvenu. Le seul élément qu’il possédait était le Magatama qu’il portait à son cou. C’était l’original, le vrai, ce qui voulait dire que le reste devait se trouver quelque part. Mais il était encore beaucoup trop tôt pour penser à ces préoccupations, il fallait enrayer la menace la plus proche en premier lieu.

    -Avant que l’on ne commence quoi que ce soit, jeune femme, j’aimerai savoir quelles sont vos intentions à notre égard ? Il serait dommage d’abîmer un si joli visage qu’est le vôtre.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 17/10/2010
Sam 11 Déc 2010 - 15:49
    -Tu espérais t’amuser sans moi ? Ce n’est pas très gentil.

    S’amuser ?! C'est donc là le seul objectif ?! Comment... Comment peut-on tuer quelqu'un de sang froid juste pour s'amuser ?! Mais Noel ne réagissait pas, pas tout de suite du moins car cette phrase ne venait pas de l'homme élégant présent ici ! Cela venait d'une tiers personne. Une femme plutôt jeune au teint pâle et aux yeux vert qui était tombé du ciel. Comme Noel, elle portait une arme plutôt imposante qui charriait avec son aspect de jeune femme. Alors que la blonde tenait une paire de pistolets gigantesques, la brune venue d'on ne sait où se baladait avec une faux beaucoup plus grande qu'elle. La gâchette de Bolverk est plutôt sensible, une rafale de balle est si vite arrivée... Mais le doigt ne voulait bouger.

    -Mirage, quel plaisir de vous voir. Vous constaterez qu’il ne manque pas d’action ici. Quand j’étais au Château, Maître Yen Sid m’a dit de me rendre en ce lieu. Il semblerait que des jeunes protégés du Sanctum étaient une menace pour nous.

    Maître Yen Sid... C'est un nom connu à travers tous les mondes ! L'ancien sage serait le maître de Mickey et accessoirement le chef de la lumière. Ce groupe a toujours eu comme réputation d'être bon, un groupe dont la cause est juste ! Apparemment, tout cela était faux. Qu'avait fait le Sanctum ? Rien de mal ! Au contraire, ce groupe avait même sortit nombre personne du gouffre... Alors pourquoi ?!

    -Je suis désolé pour vous jeune demoiselle, mais ces hommes étaient une menace aussi bien pour nous que pour vous. N’avez-vous pas remarqué aussi que ce loup s’en était aussi pris à eux ?

    Nan, elle n'avait pas remarqué... Tout était si flou, c'était comme un rêve. Tous s’enchaînait, impossible de différencier le vrai du faux. Qui croire ? Noel n'a pas pour habitude de prendre des décision aussi délicate seul... Galenth veille sur elle mais il n'est pas pour l'aider, la conseiller... La jeune fille était comme perdu...

    -Et vous, grand loup, je ne tolère aucunement que l’on puisse me juger, seuls les kamis ont ce pouvoirs. J’aime encore moins que l’on me donne des ordres. N’êtes-vous pas d’accord Mirage, ne sommes nous pas partout chez nous ?

    Les kamis ? Elle ne connaissait pas ce mot, ça lui disait vaguement quelque chose mais rien de plus... Mais s'il dit que seuls eux peuvent le juger, alors il s'agit sans doute de divinité.

    -Lorsque nous en aurons fini, je créerai un miroir semblable au miroir de Yata et je ramènerai en ce lieu la lumière divine d’Amaterasu.

    La lumière divine d'Amaterasu ? Là, c'est sur, il s'agit bien d'un religieux.

    -Avant que l’on ne commence quoi que ce soit, jeune femme, j’aimerai savoir quelles sont vos intentions à notre égard ? Il serait dommage d’abîmer un si joli visage qu’est le vôtre.

    Mais alors, qu’en est-il de la vérité, où est la vérité ? Noel n'avance pas, le cœur battant, fort, elle n'arrive pas à s'approcher, parce qu’elle a peur, parce qu’elle ne veut pas mourir. Un pas en avant, puis deux et enfin droits. Ses pas sont inquiets, tandis qu’à chaque regard revient l’image de trois corps sans vie qui fixe la jeune femme. Ses mains tiennent fermement Bolverk. Ses yeux s’illuminent d’une faible lueur colorée, une lueur assassine. La mort n’a pour excuse que la haine, la haine n’a pour excuse qu’un conflit, le conflit n’a aucune excuse. Religieux, athée, quoiqu’il arrive, il n’y aura que la haine, elle n’aura que la haine, pour ces fils de chien, elle n’aura que la haine. Le cœur tremblant, les jambes faibles, mais la volonté de fer, elle s’avance, elle savourerait, elle s’avance, pour puiser l’énergie dans sa colère, décuplée, intense. Cet homme est un hypocrite, il ne faut pas se fier au apparence. Il est beau et élégant, la chance, il a hérité des traits d'un gentleman. Noel se tient alors à deux mètres de lui. Le regard planté en lui, le transperçant.

    -Peut m'importe qui est ce loup noir ou cette "Mirage". Je sais ce que j'ai vu, et j'ai vu ce que vous avez fait... Parce que nous n'avons pas les mêmes croyances vous pensez avoir le droit de nous tuer ? Vous ne allez pas les mieux que les monstres qui contrôlent cette citée ! Au nom des éternels ! Vous allez payer pour leur mort !

    Aussitôt ses pieds glisse vers l'homme. Sa vitesse est impressionnante et les deux mètres qui la séparait du tueur n'existe plus car elle est franchit à la vitesse de l'éclair. Si elle n'avait pas eu ses armes, jamais Noel n'aurait eu le courage de l'affronter. Mais le fait est que ses armes, elle les a. C'est un don divin que voilà. Plus de doute, plus de peur... Le coeur sur elle frappe l'homme, d'un coup d'estoc au ventre violent !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Géant Pacifique
Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 27
Date d'inscription : 10/11/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
107/650  (107/650)
Sam 11 Déc 2010 - 21:40
Un loup ? Animal de la destruction ? Ha ben oui, en effet, il est comme les autre ! Pas moyen de trouver une personne correcte dans l’univers ! Mais l’habitude atténue n’importe quel haine. Et bien oui, à force de se faire traiter de bestiole pas claire, ça ne lui fait plus rien. Un peu triste, oui, mais venant de se mec, ça lui faisait une belle jambe ! Cependant, il n’avait pas l’air hostile, dans un premier temps et Kuzfo aurait gardé cette opinion si il ne venait pas de voir ce même taré tuer sans vergogne des humains apeuré. Franchement, il avait de bons arguments pour entré dans la coalition !

Et comme si la situation n’était pas assez compliquée, entre une jeunotte armée de pistolet titanesque et un assassin sans foi ni loi, une quatrième personne entra sur scène ! Et dire que se jour se devait être touristique, banal ! Comme quoi, le loup-garou ne peut avoir le contrôle de sa vie. Mais le pire de tout … C’est que c’était encore une femme ! Lui qui se retrouvais déjà tourmenté à l’idée de frapper la blondinette. Enfin, il fera tout pour éviter. L’autre femme était des plus singulière. Blanche, vous dite ? Plus encore que la neige ! Le loup avait même l’impression de la voir avant tout le monde sous l’épais manteau de poussière tellement ça l’a marqué. Comment était elle arrivé dans cet état ? Charmante, oui, mais un teint pareille ça faisait peur ! Cette constatation faite, elle lança cette remarque qui lui fit avoir la réaction de passer une de ses pattes sur son unique œil d’un air dégoûté. Ils étaient ensemble … Dans le même camp du moins. En plus, Kuzfo n’avait pas tord, c’était pour s’amuser !

-Mirage, quel plaisir de vous voir. Vous constaterez qu’il ne manque pas d’action ici. Quand j’étais au Château, Maître Yen Sid m’a dit de me rendre en ce lieu. Il semblerait que des jeunes protégés du Sanctum étaient une menace pour nous.

Maitre Yen Sid ? Il connaissait pas … Inculte ? Sans doute mais en tout et pour tout, Kuzfo avait visité trois mondes en comptant son monde d’origine et jamais il n’avait entendu parler de lui. Ce qui fait que ça n’avait pas beaucoup d’importance, donc ! Entre temps, il avait fait disparaître son arme, ce qui ne prévoyait rien de bon en y réfléchissant bien. Mais la chose que tout le monde attendait allait encore attendre un peu car le maigrichon n’avait pas finit de parler … Quand il s’adressa à la femme en bleu, la bête eu un petit rictus soudain plus hargneux que les petites mines froide offerte jusque ici. Cet … Enfoiré essayait de la tourner contre lui ! Le loup est réputé pour avoir passé les trois quart de sa vie dans l’arène, ouai, mais un trois contre un serait assez tendu. Chacun pour soi, ça, c’était un bon plan, au moins, il pourrait protéger furtivement la petite mais non … Et à son tour, il eu droit à une remarque.

-Et vous, grand loup, je ne tolère aucunement que l’on puisse me juger, seuls les kamis ont ce pouvoirs. J’aime encore moins que l’on me donne des ordres. N’êtes-vous pas d’accord Mirage, ne sommes nous pas partout chez nous ?

-Partout, ce n’est pas ici …

Qui sait ce qui se tramait dans sa tête. Après tout, c’est un … Kamiste ! Pas qu’il sache ce que c’est exactement mais dit comme ça, on aurait dit un fanatique. Encore un ordre religieux qui veut la gueguerre ? Si ce n’était pas le cas, il donnait bien l’impression.

-Lorsque nous en aurons fini, je créerai un miroir semblable au miroir de Yata et je ramènerai en ce lieu la lumière divine d’Amaterasu.

* Alors là, pas question *

Il prononça cette phrase tellement fort dans son esprit que ça se lisait sur son visage. Lentement mais sûrement, Kuzfo commençait à son tour à haïr cet homme. Pas qu’il cracherait sur un rayon de soleil mais si il faisait ça, quelle serait la réaction de sa princesse ? Ce monde appartient à la Coalition, c’est la Coalition qui a fait de se soleil un soleil mort. C’est la Coalition qui a voulut et qu’est-ce que la Coalition ? Ariez ! Sa petite Ariez. L’idée même de la décevoir changeait son comportement du tout au tout. Au début, un vieux loup pacifique qui voulait être digne de son camp, maintenant, une bête prête à en découdre pour ravir sa belle. Il va chercher loin, mais sa vie ne compte pas, seul celle de ses amis en vaut la peine.

A tout moment, il était prêt à attaquer, commençant à sourire d’un air carnassier pas franchement meurtrier mais inquiétant. La femme du Sanctum, elle, commençait à s’approcher du centre de la scène, hésitante et toute tremblante. Mais, comme le loup, son attitude changea bien vite pour une réaction similaire.

-Peut m'importe qui est ce loup noir ou cette "Mirage". Je sais ce que j'ai vu, et j'ai vu ce que vous avez fait... Parce que nous n'avons pas les mêmes croyances vous pensez avoir le droit de nous tuer ? Vous ne allez pas les mieux que les monstres qui contrôlent cette citée ! Au nom des éternels ! Vous allez payer pour leur mort !

Et voila, le combat était officiellement lancer par des paroles rassurante. Rassurante dans le sens où elle s’occupera des détails après et qu’elle semblait acharnée sur l’enfoiré, elle aussi. Le loup-garou allait l’imiter mais … Il avait complètement oublier la soit disante « Mirage », elle qui semblait s’être effacer au yeux du ténébreux. Et comme ses deux là se connaisse, il était prévisible qu’elle l’intercepte, la tireuse ayant capté l’attention de tout le monde. Mais Kuzfo portait un regard bienveillant sur elle, discret, certes, mais présent. Son instinct lui demandait d’aller tordre le cou du tordu mais il se força pour protéger la belle d’une mort certaine dans un deux contre un. D’un geste rapide, il leva le bras, son ombre se prolongeant dans la direction pointée pour sortir du sol et enlacer le poignet de Mirage, tout ça dans une vitesse qui ne permettait pas de prévoir la chose.

-Comme vous avez prévu de vous battre depuis le début, prend moi comme adversaire !

Lui qui n’ose pas toucher une femme, il se demandait lui-même comment il allait s’en sortir mais si la survie en dépend, il pourra bien passer outre ses cas de conscience ! Fermant son poing tout en rabaissant son bras, il la tracta vers lui en usant de toute sa force, l’obligeant à se séparer de son compagnon, elle et sa faux de la mort. Suffisamment près pour la réceptionner si elle voulait aider son ami, il se rendait bien compte qu’il s’exposait à de gros risque mais il avait endurer bien pire qu’une faux dans le bide et s’il elle pense à la décapitation, et bien … Elle aura des surprises. Désormais entre Mirage et l’autre, il la défiait du regard en montrant les crocs, un air mauvais se dessinant sur son museau, un air qui ne lui ressemblait pas du tout, quoi !

-Vous connaissez l’expression « à la loyal » ? On va essayer de l’appliquer !

N’osant pas commencer le combat, il attendait qu’elle se décide, ce qui fut assez rapide. Dans tout les cas, il allait survivre. Trop sur de lui ? Peut-être … Mais c’est en disant ça qu’il peut se dire, en parallèle, qu’il valait mieux préserver la jeune blondinette, quitte à devoir supporter deux ennemis. Ses motivations ? Bah, trop innocente pour mourir ainsi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Féminin
Nombre de messages : 12
Age : 25
Localisation : Là où tu ne t'y attends pas. Pour te trancher la tête.
Date d'inscription : 22/07/2010
Lun 13 Déc 2010 - 18:47

    Il ne me fallut pas trois seconde pour comprendre ou Ukiyo voulait en venir en citant le nom de Maitre Yen Sid. On lisait facilement sur le visage de la blondinette innocente que ces paroles l’avaient troublée. Pauvre petite ! Elle en était tremblante de la tête aux pieds. Bien sûr, elle n’avait jamais mis les pieds au château mais à ce stade de la partie, jouer le jeu semblait être la seule solution et la situation était loin de lui déplaire, sa faux toujours à la main, elle attendit qu’il ait finit sa tirade pour prendre la parole et lui répondre, semant par la même un peu plus le doute dans l’esprit de la jeune femme du Sanctum. Oui, que voulez-vous ? semer la discorde, c’est bien ça être songe.

    « Je n’en doute pas une seconde. Maître Yen Sid m’a moi aussi envoyée ici afin de mettre fin à cette menace. Mais tu es tellement rapide que je n'avais plus rien à faire en arrivant, Ukiyo ~ »

    « Et vous, grand loup, je ne tolère aucunement que l’on puisse me juger, seuls les kamis ont ce pouvoirs. J’aime encore moins que l’on me donne des ordres. N’êtes-vous pas d’accord Mirage, ne sommes nous pas partout chez nous ? »

    « Partout, ce n’est pas ici … »

    « Hihi ! Eh bien eh bien, on veut garder son territoire ? C’est tout à honneur, seulement ici ne fait pas exception comme tu semble le penser. Ici comme ailleurs, nous sommes chez nous »

    Mon rire cristallin et sadique résonna sur la place quelque secondes, avant que le silence ne se réinstalle. Jouant le jeu, je frétillais presque, sentant la tension grimper dans l’atmosphère, l’excitation entre les protagonistes ne faisaient qu’augmenter, d’un coup d’œil furtif, je surveillais les agissements du loup, il semblait calme jusqu’ici mais on devinait à sa tête qu’il était loin d’être ravi de la situation, il me sembla même distinguer un rictus d’exaspération. Décidemment les créatures manquent réellement de sang-froid apparemment. Ukiyo continuant ses élucubrations, son attention était plus tournée vers la jeune femme et dans toute équipe improvisée, il valait mieux se répartir le boulot, ce qu’on avait fait instinctivement d’ailleurs, ma main qui serrait Dead Master devenaient légèrement moite au fil des secondes mais il était hors de question que je la lâche. La voix de la blonde résonna sur la place, me sortant de mes analyse et mes pronostiques sur la bataille qui ne tarderait plus maintenant à s’annoncer. Peut-importe qui je suis, c’est vrai. Après tout, seul compte la discorde et le désordre.

    A peine eut-elle finit sa phrase que la bataille s’engagea. Premier acte, première sottise. Un assaut direct ne serait jamais d’une grande aide face à un songe comme Ukiyo. Je mourrais d’envie de m’en mêler quand même je m’apprêtais à utiliser l’un des pouvoirs de ma faux quand une ombre me saisit le poignet, alors comme ça on ferait du un contre un ? Le combat équitable n’avait jamais été mon fort mais bon. Il faut bien progresser tôt ou tard de toute façon. Un sourire étira mes lèvres tandis qu’il me tirait à lui. Couper l’ombre me semblait être une idée folle, je n’avais donc pas le choix. Dans ma tête, j’essayais d’établir les tactique et contre-tactique, cependant, contrairement à mes habitudes, je n’étais pas informée sur l’ennemi que j’étais censée combattre et dans ces conditions, tout me semblait plus ardu. Mais cela ne rendrait ma victoire que plus gratifiante après tout.

    « Comme vous avez prévu de vous battre depuis le début, prend moi comme adversaire ! »

    « Hihihi ! Si tu y tiens. Moi aussi je peux jouer comme ça »

    Le sourire sadique était comme imprimé sur mon visage tant les évènements à venir me satisfaisait, jusqu’à présent, je n’avais encore rien fait mais cela ne saurait tarder, le loup tentait de m’éloigner d’Ukiyo mais quelle importance ? Je n’avais besoin de personne et ça il allait bien s’en rendre compte. Connaissant la réputation d’Ukiyo rien qu’en tant que songe, je savais bien que la jeune femme n’avait que peut de chance de lui résister longtemps. Occuper la bêbête en ce laps de temps ne serait pas chose compliquée. Il me fixait droit dans les yeux avec un air de chien enragé et je savais lire toute sa hargne à travers ses yeux et son expression faciale. J’avais du mal à contrôler mon rire, non rien de nerveux, j’étais simplement hilare, depuis peu l’action me manquait et j’allais enfin m’amuser. La loyale ? Très peu pour moi. Je n’avais jamais respecté cet adage et je n’allais certainement pas commencer aujourd’hui. On ne change pas les habitudes comme on dit.

    « La loyale n’existe pas. Ni ici, ni ailleurs. »

    Le loup ne semblait plus réagir, attendait-il que ce soit moi qui attaque ? Grossière erreur mais je n’allais pas m’en plaindre. Il voulait jouer aux ombres chinoises ? Moi aussi j’avais appris ce tour. De ma main libre, j’agitais mes doigts quelques secondes et presque aussitôt, l’ombre de mon bras sortit du sol, manipulant l’ombre avec mon bras, l’ombre grimpa sur le loup et empoigna son cou, un sourire plus large encore étira mon visage tandis que je resserrais mes doigts dans le vide, mon ombre quant à elle serrant de plus en plus sa gorge. Suite à cela, j’essayais enfin de récupérer mon bras emprisonné, je n’avais pas l’intention de regarder le carnivore planté en face de moi indéfiniment.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Lun 20 Déc 2010 - 16:47
    C’est assez amusant de voir que malgré les différences qui séparent les individus les uns des autres, ils sont toujours les mêmes. C’est toujours des batailles à la loyale, des combats dans les règles de l’art que toutes ces personnes veulent. Mais dites-moi qu’elle est l’intérêt de mettre de côté ses avantages alors qu’ils nous permettent de remporter une victoire simplement et rapidement. Une guerre ne se gagne pas grâce au fair-play. La seule chose à ne pas faire c’est d’humilier le perdant, la victoire doit suffire à elle seule. Les grandes lignes de l’Histoire ont permis de prouver que l’humiliation ne sert qu’à nourrir une vengeance toujours plus dévastatrice. Mais comme tout n’est pas toujours planifiable, la jeune blonde pris pour cible le joli peintre tandis que le loup avait choisi la belle Mirage. Qu’il en soit ainsi mais ne compter pas sur Ukiyo pour rater une occasion de frapper là où ça fait mal même si ce n’est pas ‘’son’’ adversaire. Mais pour le moment il n’avait pas pu faire grand-chose face au coup donné par la blondinette. Pourquoi tant se presser ? La vie ne semble qu’être une course aux yeux de tous mais si seulement ils prenaient les temps d’observer ce qui les entourait.

    -Pourquoi tant de haine à mon égard ? Je ne suis qu’un simple peintre sans arme.

    Il se doutait bien que ce subterfuge risquait d’échouer mais pourquoi baisser les bras sans essayer. C’est comme il s’y attendait que la protectrice du Sanctum ne cru pas bon de faire confiance au Peintre des Rêves qui dans un petit sourire à peine perceptible donna un coup horizontal avec Yomi. C’est comme une lame de lumière qui se dirigea à grande vitesse pour toucher la jeune femme. De leur côté, le loup continuait son combat avec Mirage qui semblait prendre plaisir à se battre ce qui n’était pas le cas d’Ukiyo. Ce dernier enlevait la poussière de ses vêtements alors que Noel se relevait en colère. Les yeux du peintre passèrent à un rouge profond sans que cela aie une utilité mais il aimait varier la couleur en fonction de son humeur. Là ce n’était pas la joie de se battre mais plus une certaine colère qui grandissait en lui, de l’agacement sûrement. Fabriquer des armes serait une grande perte de temps, il n’était pas assez fort pour bien manier une lame et son adversaire usait de pistolet. Il fallait donc s’organiser pour rester à distance et ne pas être une cible facile. Ukiyo décida donc de faire une attaque de zone qui n’était pas sans danger pour lui ou même son alliée mais le peintre n’avait pas envie de penser trop ‘’tactique’’ et préférait agir vite. C’est comme ça que lui vint l’idée de créer un explosif en forme de boule qu’il lança très vide. Il y avait une mèche qui se consumait pour laisser entendre une jolie explosion. Mais visiblement, la blondinette n’avait rien eu puisqu’elle sortie très vite du nuage de fumée pour s’attaqué à Ukiyo. Elle avait du se rapprocher pour donner un coup de crosse au visage du peintre.

    -Mon visage !

    Suite à ce hurlement de colère, Ukiyo créa des lianes avec sa peinture pour bloquer la jeune femme. Il n’était pas aisé de l’empêcher de tirer mais le peintre faisait pour pouvoir plus facilement couper la respiration de sa cible. Ce n’était pas chose facile mais il commençait à réussir lorsque le loup lui sauta dessus.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 17/10/2010
Mer 22 Déc 2010 - 23:05
    -Mon visage !

    Des serpents ?! Des chaines ?! Mais qu'étai-ce donc ? Tout d'un coup, des tentacules vertes ont surgis du sol pour se saisir de la jeune femme. Ses lianes se sont enroulés autour de la jeune femme, autour de ses poignets et de ses jambes. Loin de se contenter de cela, ses liens ont accentuer leurs étreintes sur Noel. Loin d'être douce, les lianes étaient rugueuses, serrant de plus en plus fort la demoiselle, jusqu'à lui arracher soupir de douleur. Mais la douleur n'était pas le pire sur le moment. En tout cas, pour l'instant, car le pire était encore à venir !

    S'il l'avait immobiliser, ce n'était surement pas pour admirer la blondinette. Non, plutôt pour la tuer, ou en tout cas lui faire passer un sale quart d'heure au vu du cri de rage qu'il lança après reçu un coup au visage. Elle le voyait, voyais son regard colérique et ses yeux devenus rouges, sans doute sous l'effet de la rage. La peur avait envahi son corps, son coeur. Ses petits doigts de pucelle essayant tant que mal de manier Bolverk, de viser l'homme mais rien y faisait, ou plutôt les lianes faisait qu'elle n'arrivait pas à le viser. Et là... Tout s'est arrêté.

    Sa respiration s'est coupée d'un seul coup. Le choc fut si soudain, que son corps s'est comme arrêté avec son souffle, c'était si douloureux... Le choc la fit lâché ses armes, sans qu'elle le veuille. Et là, tout s'est arrêtée, vraiment... Elle ne voyait plus l'horrible personne qui a éliminé sans aucun doute ni scrupule les membres de son ordre. Tout ce que Noel voyait, c'était une homme qui pouvait, voulait surement et sans doute allais la tuer. Ses yeux rouges ne purent réprimer des larmes alors qu'elle se mit à balbutier. La peur... Elle avait peur... Le regard bienveillant de Galenth n'était plus suffisant, il était si loin et elle si seule... Noel se débattait, hurlait et pleurait ! Sans qu'elle ne s'en rende compte, sa respiration était revenue, mais ça, elle s'en fichait comme de l'an quarante. Ses liens aussi avait disparus... Mais peu lui importait le pourquoi du comment. Tout ce qui lui importait c'était de récupérer ses armes.

    Elle se jetât sur la paire de pistolet comme une chat sur une pelote de laine. Une fois Bolverk en main, elle se sentait enfin en sécurité. C'est Bolverk qui commande, ce sont ces deux pistolets qui la font bouger. Sans ça, elle ne se bat pas... Mais l'important c'était de les avoirs retrouver ! Aussitôt elle se leva et bondit en l'air ! Son bond la fit reculer et en un instant, dans une pirouette dont elle seule ou presque à le secret rebondit sur le vide pour se diriger non vers le peintre. Espérant utiliser que l'effet de surprise suffirait à surprendre la jeune demoiselle... Alors qu'elle craignait son courrons il y a à peine une minute, là elle n’hésitait pas à l'attaquer. C'était un acte parfaitement réfléchit. Le loup borgne ne représentait pour l'instant aucun danger, mieux encore il était un potentiel allié. Quand à l'innocente jeune fille, qui au regard de sa faux ne l'était pas tant, elle était beaucoup trop loin et sa faux ne pouvait pas encore l'atteindre. Le peintre quand à lui était juste là, c'était l'ennemi le plus proche, et avec ses pouvoirs était le seul à pouvoir atteindre Noel...

    Le doute est légitime, elle l'a attaqué par intérêt stratégique ou par sa simple colère ? Elle même ne saurait dire mais ce qui est sur, c'est qu'elle se dirigeais vers le peintre d'ans l'espoir de lui asséner un coup violent au visage. Pourquoi le visage ? Encore une fois allez savoir... D'un coté, ça l’énerve, lui fait perdre son sang-froid et le sang-froid primordial en combat. D'un autre coté ça l’énerve... La blonde se sentait coupable de se battre, d'agir juste pour l’énerver, alors elle faisait tout pour se convaincre. Se convaincre que tout ça était purement et simplement pour prendre l'avantage en combat même si au fond elle savait bien que l’énerver était le plus important pour lui... Mais tous ça elle le laisse à Bolverk....


    [HRP : Desolé, j'ai mis un certain temps ^^]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Géant Pacifique
Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 27
Date d'inscription : 10/11/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
107/650  (107/650)
Jeu 30 Déc 2010 - 21:11
La situation était de plus en plus déplaisante mais il ne pouvait plus reculé. Ou plutôt si, mais la pauvre blondinette serait étripée, égorgée, écartelée, vous voyez le principe ? Alors que ça vie commençait à être rose, le voila en train de suffoquer sous la prise d’une ombre. Quelque part, ça le rassurait de savoir qu’il n’était pas le seul à avoir se genre de pouvoir mais bon, si ça implique de mourir d’asphyxie… Allait-il lever la patte sur une femme ? Il allait le faire. Même avec toute la volonté du monde, il a se besoin inexorable de respirer, comme tout le monde ! Comme un réflexe, il saisit le bras fantôme qui essayait de l’étrangler. Par chance, se pouvoir était le même que le sien, en tout point ! Cela voulait dire que l’ombre reste assez fragile, tout comme la sienne. Il aurait pu briser le lien d’un simple coup de griffe, ça aurait été facile, mais il eut une idée lumineuse. Elle semblait pas mal pour lui, du moins. Il venait d’user de cette capacité, quel mal il y a à l’expérimenté une deuxième fois ? Son corps commençait à luire d’une bien étrange lumière verte, dessinant sur son corps un tas de symbole inconnu de lui comme des autres. Ses yeux devinrent vide et voilé de vert alors que de ses griffes commençaient à suinter cette mousse, ce miasme noir écœurant, fait entièrement des ténèbres bien caché en lui. Ce sort, qui pouvait se dénommer « Pulse », infiltrat l’ombre et la longea jusqu’à parvenir à son adversaire, la soi-disante « Mirage ». Cette chose envahit un instant son bras avant de disparaître sous sa peau. L’effet fut immédiat, elle du lâcher prise. Qu’importe son degré d’affiliation aux ténèbres, cette chose ne fait pas de distinction et ronge de l’intérieur … On pouvait lire son malaise sur son visage, partagée entre douleur et dégout. Il ne savait pas lui-même les effets exacts de son sort, l’important étant que ça a marché. Se raclant la gorge en grognant un peu, une de ses pattes massant son cou pour faire passer la douleur, il la libéra de son emprise. Non, il n’est pas fou, il n’allait pas la laissé comme ça, libre pour une autre attaque. Il eut assez de galanterie pour la laissé commencer mais pas deux fois ! Non, il déplaça juste sa prise, laissant le poignet de cette beauté au teint pale pour aller choper sa cheville, endroit bien plus intéressant. Et d’un grand coup sec de son autre patte, il tira quelque chose dans le vide. La seconde d’après, Mirage fut à terre, sans doute avec une belle bosse. La voila hors d’état de nuire, pour les dix prochaines secondes, du moins. Ce combat commençait doucement, à l’aise …

Mais rien à faire, le loup ne se voyait pas en train de massacrer un si joli brin de femme ! Ses symboles s’affaiblirent légèrement puisque ses marques apparaissaient uniquement lors de ses sorts. Sa gorge encore un peu douloureuse, il profita de son petit tour de magie pour regarder derrière lui. L’autre était en train de se battre avec la blondinette, bien, bien … Non, pas bien ! Après un coup de crosse en plein dans les dents, celui à l’origine de tout ça créa des sortes de liane qui emprisonnèrent sa petite protégée. C’est quoi cette magie ? Et la petite, elle n’avait pas l’air bien. Elle aussi avait quelques problèmes pour respirer. Elle pleurait, carrément ! D’un coup, Mirage n’existait plus et c’était sur le manipulateur qu’il allait déchainer sa force. Il se retourna donc et fit un bref sprint vers l’homme. Quand il fut à porté, il s’élança pour atterrir juste à ses coté, chopant bien comme il faut l’arrière de son crane et avec tout l’élan de sa course, fracassa violement son visage sur le sol, l’incrustant presque dans les pavés.

- T’as pas honte de toucher une Dame ?!

Parole ironique puisque Kuzfo venait de foutre son ancienne adversaire au sol. Et d’ailleurs, où était-elle, celle là ? Pas le temps de s’en occuper car celui qu’il maintenait à terre se débâtait et semblait encore hurler que l’on touche à son visage. Quoi, il était comme ses petites stars efféminée : une égratignure et leur monde s’écroule ? Bah, ce mec lui semblait de plus en plus ridicule. Mais la chose vraiment ridicule était d’avoir délaissé cette faucheuse. Comme alerté par ses instincts, il jeta à nouveau un coup d’œil au dessus de son épaule et … La voila, la faux levée, prête à donner un coup bien saignant, remise de ses miasmes parasites. Une chance persistait car elle n’était pas encore tout à fait à sa portée. Le loup-garou lâcha sa proie pour tenté de parer mais il n’en eut pas besoin. La blondinette l’avait pris pour cible et l’avait intercepté bien avant le coup fatal. Ça, c’était du travail d’équipe. Involontaire presque mais c’était un bon travail d’équipe. Il ne pu retenir un sourire de presque soulagement avant de se repenché vers … Vers qui ? Il était plus là, celui qui chérissait plus que tout son visage. La trace était encore sur le sol et comme un idiot, il l’observait en se demandant quoi. Vu comme ça, on aurait du mal à croire que cet être ait survécu à un siècle de combat en enfer, tellement il était peu attentif à certain moment. Il releva innocemment la tête et aperçu l’autre devant lui, le visage légèrement amoché. Oula, il avait pas l’air content…

- Euh … Sans rancune, hein ?

Il afficha un petit sourire presque moqueur, par réflexe, légèrement penché vers l’avant et la patte en train de gratouiller l’arrière de son oreille. Lorsqu’on apprend un peu mieux à le connaître, on découvre qu’il reste assez niait et c’est grâce à ça qu’il pu avoir cette réaction qui sera sans aucun doute mal interprété par son opposant. Il s’en rendit compte presque instantanément et se dit qu’au moins, il se défoulera sur lui et pas sur la jeune femme en bleu.



(HRP : Idem, j'ai pas su réelement répondre avant)
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NOLAN ? le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» [FB] L'obscurité ne peut chasser l'obscurité; seule la lumière le peut. [SOLO]
» apprendre les noeuds de cordes
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau
» Un pokemon apte a Surf et coupe ?