Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Garde-toi du cauchemar...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 160
Age : 25
Date d'inscription : 03/03/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
500/500  (500/500)
Mar 19 Oct 2010 - 21:57
La nuit était tombée sur le Jardin Radieux, monde du Consulat et de l'Art. Le Sommet de l'Art, bâtiment magistral composé du Sénat en forme de dôme et des neuf tours, dominait avec bienveillance. Le ciel était désormais de ce bleu sombre précieux qui nourrit depuis des siècles les rêves des poêtes et des joailliers, cherchant en vain sa couleur dans les yeux des femmes ou dans les plus belles variétés de saphir. Parmi les neuf tours plongées dans une ombre immuable, l'une d'elle perçait la nuit d'une faible lueur orangée, provenant de sa plus haute fenêtre. Malgré l'heure avancée, l'homme qui résidait dans la tour de Calliope avait encore du travail devant lui. Dans cette lumière vive qui emplissait la plus haute pièce de la tour, un vieil homme écrivait sur son bureau.
La pièce était ameublée assez simplement. Hormis le bureau d'ébène, quelques chandeliers dispensaient la lumière nécessaire au magistrat qui travaillait. Une étagère du même ébène luisant était de l'autre côté de la salle, garnie de livres épais aux pages jaunies. Un calme religieux régnait en cet endroit. Les seuls bruits qui accompagnaient la nuit étaient le grésilllement discret des bougies, et le grattement régulier d'une plume de cygne. L'homme ne cessait d'écrire, et plusieurs feuilles noirçies de son écriture élégante formaient une pile sur le bureau.
Le Fils de Calliope, maigre et grand, ne semblait rien de plus qu'un simple vieillard, dans cette position assise aux airs studieux. Il portait son habituel vêtement sombre, et ses mains frêles et noeuses étaient toujours baguées. Son visage anguleux aux courts cheveux gris arborait un monocle. A cet instant précis, il complétait une des nombreuses feuilles d'inventaire de la trésorerie du Consulat, nécessaire à la gestion financière de la ville, et sans doute bientôt d'autres mondes. Le hérault de Calliope, la muse de l'Eloquence, mobilisait toute sa concentration et ses capacités de calcul. Il répartissait les taxes récoltées durant la semaine sur les différents projets actuels des consuls. Le magistrat devait à présent lister les différents budgets pour l'école de danse.

Un cri unique sortit de la mâchoire crispée du juge. Il se leva dans un mouvement hystérique. Ses mains ridées et rageuses balayèrent les feuilles, qui volèrent puis retombèrent au sol comme des oiseaux blancs abattus en plein vol. Les yeux noirs de Claude Frollo semblaient en proie à la démence.

Epuisé par ce si soudain transport, il s'affalla sur sa chaise comme s'il fut vidé de toute force, cachant son visage dans sa main gauche. Les vieux membres de l'Eloquent tremblaient, peut-être sous l'effet de la fatigue. Peut-être sous l'effet du mal être. La main droite de Frollo saisit en une seconde la noire Epée d'Iblis, apparue dans une gerbe d'étincelles mauves. Cette arme d'origine alchimique redonnait de la vigueur au vieux juge, et celui-ci se sentit mieux. Son regard, bien que vif et farouche, était redevenu lucide. Sa bouche fine s'était détendue, et il montrait à présent son habituelle grimaçe autoritaire assez méprisante.


*J'ai besoin de me défouler un peu, et vite.*

Il rangea l'Epée d'Iblis dans son fourrreau, afin de bénéficier de sa force tout en gardant les mains libres. Il se coiffa de son chapeau, à la longue étoffe rouge. Puis le sévère magistrat empruntant l'escalier circulaire qui menait aux salles inférieures de la tour de Calliope. Il s'empara d'une torche afin d'éclairer son chemin dans sa maison, plongée dans l'ombre. Le Pêcheur par Justice, drapé de noir et d'orgueil, arriva d'abord dans une bibliothèque. Les étagères d'ébène étaient garnies d'ouvrages sur les différentes techniques et théories de l'éloquence. Le savoir des plus grands maîtres se trouvait là. Il y avait ainsi les dialogues de Socrate, les procès de Cicéron, diverses épigrammes... Frollo y avait également rangé ds ouvrages d'ordre plus politique, comme Le Prince, de Machiavel. La salle suivante était un amphithéâtre de taille moyenne, où le juge donnait occasionnellement des conférences, aussi bien pour les élèves des conservatoires et des écoles du Consulat que pour de simples citoyens.

Mais c'était la salle juste en-dessous de celle-ci qui intéressait Frollo : Une large pièce vide, au sol aux murs de marbre blanc. Bien que les murs n'aient ni torches ni fenêtres, elle était éclairée par de fins cristaux brillants enchâssés entre ses pierres, bénéficiant ainsi d'un hâlo blanchâtre. Beaucoup s'interrogeaient sur l'usage réel de cet espace, et les intellectuels du Jardin Radieux avaient échangé les théories les plus invraisemblables sur cette pièce. En vérité, seuls les frères consuls de Claude Frollo connaissaient sa vraie nature. C'était ici que le Pêcheur par Justice pratiquait la magie. Placé au centre de la pièce, silhouette sombre et aigrie brisant l'harmonie monochrome du marbre, le juge ferma les yeux et tendit les bras sur les côtés. Il sentait le flux magique s'éveiller en lui et imposer sa volonté à la pièce. Quand il rouvrit les yeux, la pièce blanche avait disparu, laissant autour du juge une landèche grisâtre battue par les vents. En ce lieu hors du temps, le ciel était noir et sans étoiles. D'étranges rires et murmures traversaient la terre comme des fantômes sonores. Mais quelque chose troublait le spectacle.


- Genesis ?

Le Fils de Melpomène était le consul qui rendait le plus souvent visite à Frollo. Quelques fois, ils se retrouvaient ici pour pratiquer ensemble les arcanes. Mais le juge ne reconnut pas l'aura magique de Genesis. Quelqu'un était proche de lui, mais impossible de savoir qui...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Peintre des Rêves
Masculin
Nombre de messages : 416
Age : 25
Date d'inscription : 14/08/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
288/550  (288/550)
Dim 31 Oct 2010 - 16:44
    • Les étoiles et le silence étaient les seuls compagnon du Songe qui venait d'arriver en ce lieu. Quel était-il? C'était l'endroit que l'on nomme Jardin Radieux mais à cette heure il n'était pas possible de savoir s'il était radieux ou non. Pourquoi venir ici? Juste par simple curiosité, rien de plus, rien de moins. Ukiyo était quelqu'un d'assez curieux et ce depuis sa jeunesse. C'est d'ailleurs grâce à ça qu'il n'est plus le simple enfant qu'il était autrefois. Mais il avait choisi ce monde en particulier par rapport à ce qu'il avait entendu. Ici se trouveraient des personnes dont l'art est une priorité. L'art dans toutes les formes possible et imaginable. Quelle place avait la peinture dans leur esprit? Ukiyo voulait assez fortement montrer la valeur de son art et même prouver qu'il valait plus que les autres réunis. Mais ce soir il venait surtout pour parler avec l'un des leurs, le premier qu'il trouvera. Dans le simple but d'en apprendre plus dans un premier temps. Puis de toute façon le peintre n'avait aucunement l'intention de venir se battre mais pourquoi pas semer un peu le trouble? Il aimait tellement faire ça. Au loin, il y avait une ombre géante, rien qu'en là voyant Ukiyo avait eu une frayeur. Huit cous et un corps immense...

    -Yamato-No-Orochi!?

    Non, ce n'était pas lui, en marchant un peu le Songe s'en rendu compte. Il y avait neuf ''cous'' qui étaient en réalité des tours. C'était le Consulat, destination qu'il s'était fixé et alors qu'il était encore loin, une lumière se trouvait en haut d'une tour. Il s'approchait de plus en plus jusqu'à que celle-ci s'éteigne petit à petit. Arrivant au pied de la tour, il ne savait quelle entrée prendre pour rejoindre la personne qu'il avait aperçu précédemment. Il décida donc de monter jusqu'à la fenêtre où il se trouvait. Il n'utilisa pas sa technique habituelle qui consistait à faire pousser des plantes sur la paroi murale. Non cette fois-ci il utilise une technique ne laissant aucune trace de son passage. Cependant elle est plus risquée car si on perd sa concentration c'est la chut assurée. C'est l'une des seules technique qu'il pouvait utiliser sans pinceau, la télékinésie. Ukiyo était capable de se soulever lui même par la force de la pensée. Il avait développé ce pouvoir jusqu'à pouvoir l'utiliser d'une manière presque parfaite. L'ascension était assez longue cependant pour éviter tout danger. Une fois passé la fenêtre en la brisant en évitant de faire trop de bruit, le peintre était entré. Il prit soin de réparer les dégâts causés grâce à sa peinture réparatrice.

    Une torche éteinte était accrochée au mur, le Songe y dessina une flamme et celle-ci s'embrasa instantanément. La pièce était remplie de livre et de manuscrits. Le jeune homme ne regarda que brièvement ces articles avant de descendre torche en main. Devant lui s'offrait alors une grande bibliothèque. C'était un choc pour Ukiyo qui avait toujours aimé la lecture, il avait là, tout ce qu'il pourrait vouloir lire. Bien sûr, le livre qui l'intéresse le plus, le Kojiki, est déjà en sa possession. Mais tout de même, le Consulat était un groupe très important et l'idée d'y venir fréquemment était très présente dans son esprit. On lui avait pourtant déjà dit que les Consuls ne manquaient pas de ressource. Il fallait donc absolument qu'il retrouve l'homme qu'il cherchait, il devait lui poser des questions, lui parler. Il continua et encore une fois il descendit, et arriva dans une salle dont la magie était une grande composante. Mais alors qu'il poussait la porte, le décor était tel qu'lon se croyait en extérieur. Il n'y avait aucune limite, et au milieu se trouvait enfin l'homme.

    - Genesis?

    La voix qui venait de prononcer ce nom était celle d'un homme d'un certain âge. Il avait l'air étonné en se retournant de ne pas voir la personne à laquelle il s'attendait au départ. Il avait donc porté la main à son manche d'épée sans pour autant la sortir de son fourreau. Avant que de nouveaux mots sortent de sa bouche c'est le Songe qui décida de prendre la parole avec son ton habituel, sûr de lui. En même temps s'il ne l'avait pas été, jamais il aurait put venir jusque là sans avoir peur. Des pièges, des hommes, il n'y en a pas eu et c'est une chance pour lui qui doit sûrement être le Songe le moins prudent au final.

    -Veuillez m'excuser pour mon intrusion des plus déplacée. Je viens d'arriver dans ce monde et je ne pouvais attendre. J'erre sans but depuis des années et j'ai entendu dire que vous regroupez des personnes pour qui l'art est une passion ou même plus. Je suis peintre et le Consulat est fort intéressant. Je ne sais pas encore si intégrer vos rangs est possible mais je veux en apprendre plus.

    Oui, Ukiyo voumait intégrer le Consulat mais ce n'était pas pour répandre l'art. Mais il sait beaucoup de chose qui peut être utiles aux Consuls et les Consuls ont des informations susceptible d'intéresser les Songes ou tout simplement le peintre.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde impériale
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Garde de la Citadelle a cheval.
» garde royal rohan