Derniers sujets

La Sorcière

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Chroniques d'une Bleusaille [Mission Normale] Left_bar_bleue184/500Chroniques d'une Bleusaille [Mission Normale] Empty_bar_bleue  (184/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 15 Sep 2010 - 21:09
    Jour 14

    Cela fait désormais deux semaines que j'ai rejoint le Château Disney, deux semaines que j'ai abandonné ma famille, tout ce qui faisait ma vie, pour consacrer mon existence aux forces de la Lumière. Je dois dire que tout cela m'inquiète un peu, et je ne me sens pas rassurée quand à l'avenir. Pour être honnête, j'imaginais la vie de guerrière du bien plus exaltante que ce qui m'arrive pour l'instant. On a beau me dire que je ne suis qu'une débutante, que les tâches importantes me seront confiées plus tard, je doute... Maître Yen Sid a-t-il confiance en moi ? Son regard sévère m'oppresse et m'inquiète... Et si je n'étais qu'un poids pour eux ?

    Aujourd'hui, j'ai dû aller sauver l'un des chats de Daisy qui s'était aventuré un peu trop haut dans un arbre. Est-ce cela combattre le mal ? Tout me semble tellement loin des contes de fées que mes parents me racontaient... J'ai feuilleté les autres pages avant de coucher ces quelques lignes sur le papier, et toutes racontent la même chose : des missions plus banales les unes que les autres, et j'ai vu au fil des mots mon excitation s'estomper pour laisser place à un début de lassitude.

    Les jours passent l'un après l'autre, chacun semblable au précédent. Mais en ce quatorzième jour, quelque chose de spécial m'est arrivé... C'était dans les jardins. Je venais de ramener Minou (le chat de Daisy) à la Salle d'Audience et flânais à travers le château sans savoir où aller. C'est alors que j'entendis une voix claire qui retentissait au loin, une voix qui chantait d'un air insouciant. Je n'ai pas saisi toutes les paroles, mais il y avait quelque chose de... Quelque chose de triste. Cette berceuse m'attirait, et attisait ma curiosité. C'était une très belle voix, et alors qu'elle reprit, je me sentis obligée d'en savoir plus, de déterminer d'où elle venait.

    Mes pas m'ont menés dans le jardin. Là, sur un arbuste, il y avait une femme assise, c'était elle qui chantait, et je me suis arrêtée pour l'écouter. Sa voix était tellement ensorcelante que dans un premier temps je n'ai même pas su l'observer. Lorsqu'elle s'est finalement tu, j'ai pu voir une Dame, à la fois miséreuse et élégante, son visage semblait encore jeune, mais ses yeux et ses cheveux grisonnants lui donnaient une apparence plus âgée. Elle était drapée dans un long manteau rouge. J'ai bafouillé quelques mots, je crois que je voulais lui dire que j'aimais beaucoup sa voix, mais rien ne venait. Elle m'a fait un petit signe pour me faire comprendre que je devais me taire, mais avec un petit sourire, et elle m'a posé une simple question. « Es-tu une partisane de la Lumière ? ». Je lui ai répondu oui, non sans une certaine fierté, mais alors que je pensais l'impressionner, elle a grimacé, et dans ses yeux j'ai cru sentir ce qui ressemblait à de la compassion.

    Je n'ai rien appris de plus. A ce moment, des bruits de pas ont retentis. Je me suis retourné pour constater l'arrivée de deux gardes, et quand je retournais mon attention vers l'arbuste, la femme avait disparu.

    Je n'ai parlé de cela à personne, mais je dois bien m'avouer que cette rencontre m'intrigue...


    Jour 15

    Aujourd'hui, rien de bien nouveau. Pour me tester, Maître Yen Sid m'a mis face à l'hologramme d'un sans-cœur, mais ma lame n'a même pas réussi à le toucher. Je n'ai pas réussi à prouver la valeur de mon cœur, par conséquent, ma mission était aussi inutile que les précédentes...

    Surveiller les balais pendant qu'ils lavaient le sol dans toute l'aile ouest du château. C'était très long, et tellement assommant... Les grands héros en sont-ils tous passés par là eux aussi?

    Enfin, la bonne nouvelle c'est que j'ai revue la mystérieuse femme d'hier. Cette fois, notre rencontre n'était pas fortuite, je suis allée vers elle, je voulais... Je ne sais pas, mais il y avait quelque chose d'étrange qui m'avait préoccupé durant toute la journée. Je voulais savoir qui elle était, pourquoi elle avait pris la fuite à l'approche de la garde. Je voulais répondre aux questions laissées en suspens, et surtout assouvir la curiosité qui me taraudait.

    Je l'ai trouvée au même endroit qu'hier, mais elle ne chantait plus. Elle regardait le ciel, et à mon arrivée... Elle m'a souri. Cette fois, j'ai pu vraiment l'observer, et il s'agit d'une belle femme, bien que ses haillons et son visage fatigué trahissent son âge. Elle fut la première à parler, à me proposer de venir s'asseoir à côté d'elle. Ce que j'ai fait. Allez savoir pourquoi, je lui faisais confiance, sa voix semblait si douce, si sincère. Maintenant encore, j'ai du mal à m'en souvenir tant la sensation que je ressens en l'entendant est confuse.

    Nous avons donc parlé, longtemps. Je lui ai d'abord demandé pourquoi elle avait fui, et pourquoi son visage s'était assombri lorsque je lui avais révélé être de la Lumière, et à ce moment là, elle m'a tout révélé. Cette femme m'a avoué avoir appartenu à notre groupe il y a des années de cela, elle était une guerrière de la Lumière. L'intonation tremblante de sa voix ne trompait pas, elle était réellement émue en évoquant ses souvenirs de bataille, ses amis... Il m'a semblé voir une larme dans ses yeux, puis elle s'est tue. La suite de son récit était beaucoup plus grave. Au cours d'une mission, elle avait tout perdu, ses amis, sa famille, tout. Et comme si cela ne suffisait pas, ses supérieurs l'avaient ensuite chassée, alors qu'elle était seule. Ils craignaient que cette douloureuse épreuve ne la pousse du côté des ténèbres, ils avaient peur d'elle, et avaient décidé de l'abandonner. Voilà d'où venait sa grimace, me dit-elle, de sa crainte de me voir subir le même sort. Je lui rappelle sa jeunesse...

    Je ne savais pas quoi dire. D'une part car j'étais pendue à ses lèvres et que mes neurones ne fonctionnaient plus très bien, d'autre part car je ne connaissais absolument pas cette situation. Rassemblant toute ma conviction, je lui ai assuré que je deviendrais une grande guerrière, que je ne marcherais jamais sur la voie des ténèbres... Elle a ri. Elle m'a demandé si je souhaitais devenir un Héros de la Lumière, et je le lui ai affirmé. C'était pour cela que j'étais ici après tout! La Dame a baissé les yeux. Elle m'a dit que ses amis et elle aussi souhaitaient en devenir autrefois. Elle m'a dit aussi que la vie n'était pas faite pour les Héros, que l'existence poussait sans cesse vers les ténèbres ou la mort. Selon elle, on ne peut continuellement vivre dans la Lumière sans s'approcher trop près du mal. Elle m'a dit qu'elle s'inquiétait pour moi... Que si je restais parmi eux, ils finiraient par me détester et me rejetteraient comme une lépreuse.

    Je ne savais pas quoi dire. Son discours était perturbant. J'ai balbutié quelques mots pour clamer ma fidélité envers la Lumière, et elle m'a posé une simple question. « Connais-tu un grand Héros qui soit de ce monde ? ». Je suis restée bête. Elle a poursuivi, en me disant que le seul moyen de devenir un Héros de la Lumière était de mourir pour la Lumière. Dans le cas contraire, les ténèbres nous happaient peu à peu, et si l'on ne se transformait pas en sans-cœur, nous n'avions plus qu'une semi-existence, ni maléfique, ni lumineuse. Elle a conclu en me disant que les gens mourraient en héros, ou vivaient assez longtemps pour s'avilir.

    Et sur ces mots, elle m'a quitté. J'étais perdue dans mes questions, et je le suis encore. Au dîner, j'ai demandé à mes camarades de me citer un grand Héros de la Lumière. Tous à l'unisson, ils m'ont parlé d'Alexander... Il est mort... Et maintenant, seule dans ma chambre, je ne peux m'empêcher de me demander...

    Et si elle avait raison ?


    Jour 16

    Je n'ai pas dormi de la nuit... Je suis exténuée... Ses paroles m'ont hantées toute la nuit. Je ne sais plus du tout ce que je dois croire... La journée est passée vite, je n'ai prêté aucune attention à ma mission... Que dois-je faire ?

    J'ai revue cette femme, encore au même endroit... Et j'ai fondu en larmes. Elle m'a pris dans ses bras. Lorsque je lui ai demandé s'il n'y avait aucun espoir, elle m'a tapoté le dos en me répondant que la vie était ainsi faite.

    Je n'ai rien mangé ce soir... J'ai peur, peur de sombrer, peur de devenir ce que j'ai toujours voulu combattre, cette peur me tient au ventre.

    Il n'y a donc aucune autre solution ? Nous vivons suffisamment longtemps pour nous avilir... Ou nous mourrons en Héros... Je n'ai pas le choix...


Ultimecia ferma d'un coup sec le journal intime de la guerrière de la Lumière. La nuit était tombée depuis longtemps, et seuls deux bruits venaient troubler la paix de la chambre... Les cris des oiseaux, dehors, réveillés par on ne savait quoi, et le grincement sinistre de la corde tendue qui se balançait lentement... La Sorcière prit entre deux doigts la lettre qui trainait par terre et la parcourut des yeux rapidement. A la plume étaient griffonnés quelques mots incohérents.

    Je ne veux pas succomber. Je veux être un Héros. Je ne le peux pas, je ne veux pas devenir mon ennemie. Ma Lumière ne brille plus. Adieu.


La Songe releva laissa tomber la lettre à terre. Elle n'était citée nul part, ce qui lui était favorable... Elle pouvait donc partir dorénavant, et laisser ces chers membres de la Lumière tenter d'expliquer pourquoi... Mais personne ne saurait pourquoi. Pauvre enfant... La Sorcière s'approcha d'elle. Elle passa son doigt sur le nœud serré autour de son cou, puis tendrement sur sa joue. Elle fredonna d'une voix douce, la même berceuse qui l'avait attirée dans sa toile... Pauvre enfant... Si seulement elle avait eu un peu plus de volonté... Ultimecia fit volte-face, et disparut tout simplement, emportant avec elle le journal intime pour ne laisser aucune trace de son passage, hormis bien sur une jeune femme pendue...
messages
membres