Derniers sujets
Livraison pour le CenturioHier à 16:40Kurt BrownMay it be Ven 18 Mai 2018 - 23:52Fabrizio ValeriCe qu'on fait par AmourVen 18 Mai 2018 - 22:26Huayan SongContrats - Demande de MissionJeu 17 Mai 2018 - 21:32SurkeshCompagnie étrangèreJeu 17 Mai 2018 - 10:08LuluSigné SurkeshJeu 17 Mai 2018 - 9:30SurkeshDemande de RPJeu 17 Mai 2018 - 8:41SurkeshHerbe BleueJeu 17 Mai 2018 - 0:44Chen StormstoutTsuki Tricky's ArtDim 13 Mai 2018 - 19:47Milla MaxwellPrendre l'air avec une Maîtresse de la KeybladeDim 13 Mai 2018 - 17:22Maître AquaAbsence FamfritJeu 10 Mai 2018 - 0:56FamfritLe sort des combats est toujours incertainMer 9 Mai 2018 - 19:37Pamela IsleyPokémancieMer 9 Mai 2018 - 13:15SurkeshAinsi soit-ilMer 9 Mai 2018 - 4:07Kurt BrownDilemmeDim 6 Mai 2018 - 22:07Surkesh
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Aoû 2010 - 22:46
    « Consuls. »

    Cela commençait enfin après quelques longues minutes d’attente… Genesis daigna à baisser son livre qu’il lisait en attente de ce discours tant attendu. Certes, il n’était pas seul. Il y avait là Baralai et Hrist avec qui il était en très bon terme. Certes, cette dernière n’était pas une fille de muse aussi ne se sentait-il pas lié à elle. Mais il se trouve que chaque consul apportait quelque chose au bon fonctionnement. Et si Baralai était le plus humain de tous, si Genesis était le plus charismatique, Hrist était humble.

    Axio, fils d’Uranie, assistait à la scène comme l’on peut regarder des lions se battre. Avec un détachement et un manque d’humanisme flagrant. Ce qui en faisait un consul déprécié de la plupart de ses semblables. Le Joker, à l’autre bout de la salle, était assis sur l’une des marches des places de ce Sénat du Consulat et semblait ne pas être intéressé par le sujet du jour. Non loin, Médusa. Elle était un atout pour le Consulat mais était bien jeune et mystérieuse. Cependant, Le Tragédien n’avait aucun mal à lui parler.

    Mais si nombreux consuls étaient là, certains manquaient à l’appel… Hrist avait alors pris la parole, assise comme les autres sur les sièges du sénat. Dans cette assemblée, la seule supériorité, c’était celle des fils de Muse vis-à-vis des autres consuls et pour beaucoup, cette différence d’importance entre les deux classes n’existait que dans les mauvaises consciences.


    « Consuls… Comme notre porte-parole n’est pas présent, je me permets de vous annoncer ces mauvaises nouvelles. Notre frère, Clopin et notre sœur, KuchiYami ont été tout deux renié par leur muse… En effet… En effet, ils ont tout deux tenté de récupérer leur artefact mais ont échoué à l’épreuve imposée par les divinités. Dès lors, ils ne sont plus des nôtres… Nous ne devons rien faire pour empêcher cela et nous concentrer pour trouver leur remplaçant. »

    Baralai sembla le plus choqué par la nouvelle, les autres membres étant faits d’une toute autre graine. Etant le fils de L’histoire, il savait que l’histoire se répétait, qu’à chaque grande entreprise, il y avait des pertes humaines… Mais sans doute n’avait-il pas envisagé la chose.

    « Sont-ils morts ? »

    « Nous l’ignorons. »

    Le Tragédien ne prit pas la parole… Clopin lui était cher... Il restait assis, tenant le livre ouvert d’une main, gardant la page ou il était arrivé facilement accessible.
    La nouvelle avait versé un grand froid dans l’ambiance déjà habituellement olympienne du sénat. Nul ne bougeait, nul ne parlait… Genesis se leva alors, brusquement mais avec ses gestes gracieux et confiants habituels. Il s’adressa au Joker, celui qui devait donner les missions pendant l’absence de Frollo.


    « Joker… Je pars pour la Cité du Crépuscule pour quérir mon du. Il est temps pour moi de me montrer digne de ma charge. J’ai appris de ma Muse que l’artefact se trouvait là bas. »

    La vérité était qu’il l’avait toujours su au fond de lui. Cela lui avait semblé évident lorsque Frollo lui raconta l’existence de ce monde, disant de lui qu’il avait vécu de grandes tragédies.

    « Ouais, je pense que tu es assez balèze pour ça. Je te laisse choisir ton coéquipier. »

    Evidemment, après une telle annonce, il se doutait bien qu’il ne pourrait pas aisément partir en solitaire. Il ne laissa pas ses compagnons les plus proches prendre la parole, imposant son choix.

    « C’est un tout autre destin qu’un combat qui m’attendra là bas. Je désire partir seul. »

    « A ta guise. »

    Si ça avait été Frollo à la place du fils de la Comédie, il n’aurait jamais toléré un tel acte de suicide. Bien heureusement, comme il était en très mauvais terme avec Le Joker, il pouvait compter sur le désir de ce dernier de le voir mourir.

    «  Soit… Je pars… »

    Pas d’adieu… Cette mise à l’épreuve, c’était tout ce qu’il attendait… S’il réussissait, il aurait cet artefact et serait probablement assez puissant pour abattre Sephiroth. Et s’il ratait, il pourrait redevenir cet homme égoïste qui traque le même truand, en quête de l’abattre dans un dernier duel.



    Pas moins de quatre heures plus tard, il était dans cette ville, La Cité du Crépuscule… Il devait avouer sa somptuosité, de plus, il se sentait en excellente forme dans cette ville ou régnaient les ténèbres. Lui-même était de source ténébreuse et était bien vite tenté par ceux-ci. Il n’était cependant pas là pour vagabonder entre une vitrine et un célèbre site touristique. Il tenait sa rapière d’une main droite ferme et prête à tout… Cependant, dans sa route, il ne trouva rien… Absolument rien… Pourtant, il était là dans l’essence même du plus vieux des groupes, la Coalition Noire…

    Il marchait dans une ruelle tandis qu’il se rendit compte de sa situation. Il n’avait absolument aucune idée précise d’où il devait aller… Seul un pressentiment régnait. Il ferma les yeux, observa les cieux et murmura d’une voix passionné…


    « Mon âme rongée par le désir de vengeance… »

    Le ciel s’agita alors comme si une dispute divine avait lieu par-delà les nuages.

    « A vécu dans la tourmente… »

    Il semblait alors tonner, comme s’il était en colère. Un maelstrom de nuages se dessinait au-dessus de Genesis, menaçant.

    « Mais s’éteindra avec ton salut… »

    La voute céleste se déforma alors, comme si elle allait cracher des spectres à tout moment, de toute sa puissance…

    « Et mon sommeil éternel… »

    Il y eut alors un souffle puissant qui surgit de nulle part, projetant Le Tragédien contre un mur… Il fut sonné quelques secondes, jusqu’à ce qu’une main vienne lui prendre affectueusement le bras, comme en guise d’encouragement.

    « Tidus… »

    De quoi s’agissait-il, qui était-ce ?

    « Tidus ? Ca va ? Allez, il faut se dépêcher pour en finir au plus vite. »

    Il dut attendre quelques longues secondes avant que sa vue ne soit plus brouillée. Penchée devant lui, une jeune femme aux alures androgyne, aux cheveux azurs, portant une armure lourde. Le Tragédien parvint tout de même à prononcer quelques mots.

    « Aqua… Que s’est-il passé ? »

    Il l’avait appelé Aqua et apparemment, c’était son nom vu qu’elle ne semblait pas surprise de se faire appeler ainsi.

    « On a réussi à prendre le contrôle de la zone mais tu t’es pris quelques méchants coups. Allez, dépêche-toi. »

    Il se leva alors, avec son aide. Il ne s’appelait pas Tidus et ne connaissait pas cette fille. Mais une âme semblait s’être immiscée dans la sienne et s’il pouvait regarder son corps avec étonnement, remarquant qu’il ne s’agissait pas de sa peau pale, de ses habits en cuire rouge, il pouvait nommer toutes les personnes présentes…

    Elle, cette fille en armure, c’était Aqua, chef du groupe.
    Lui, l’homme à l’aspect canin, portant un bouclier et un habit fort étrange et peu propice au combat, c’était Dingo.
    Et cet homme fort, grand et qui semblait regarder le groupe avec un regard protecteur, c’était…


    « Sephiroth… »

    « Oui, Tidus ? »

    Que lui arrivait-il, pourquoi était-il là, pourquoi donc était-il aimable envers des membres de la lumière ? Il fixait Genesis sous forme de Tidus avec un regard curieux mais l’espace d’un instant, ce regard se voila pour laisser place à un autre regard… Celui qu’il ne pouvait faire qu’à Genesis ou à Angeal…

    Etait-ce un rêve ?...

    Ils prirent la route vers la gare jusqu’à tomber face à une dizaine de similis. Tidus attaquait directement, sans stratégie, avec une épée. Il n’était pas aussi puissant qu’en son vrai corps, loin de là et à trop vouloir en faire, il se prit une lourde charge de simili, le mettant de nouveau à terre… Un sourire désolé à ses amis… Il s’était encore fait prendre…

    … Un rire… Un rire qui se prolongeait, qui résonnait dans la cité entière, que nul ne pouvait ignorer, un rire à glacer le sang… Au bout de la ruelle, un vieil homme fort bien habillé était apparu. Il était chauve et affublé d’une barbichette.


    « Maître Xehanort ! »

    « Ici, je préfère que l’on m’appelle Noctea, ma chère Aqua. »

    … La peur… Une peur des plus grandes s’engouffra en Tidus, faisant ressentir cela à Genesis. Il commença alors à ramper, s’aidant de ses bras, vers le groupe. Il entendait sans même chercher à entendre, les pas résonner très bruyamment et dans un son régulier de ce vieillard qui approchait du corps. La peur grandissait et se voyait en chaque parcelle de son corps. Le groupe tenta d’approcher mais ils étaient comme bloqués.

    … La douleur… Une douleur incommensurable s’empara de Tidus… Une lame s’était enfoncée dans ses poumons… Il cracha du sang, beaucoup de sang. La douleur de la lame présente, la douleur de la lame qui se retirait lentement… Genesis ne souhaitait plus qu’une chose… Mourir…

    Le vieillard ricana bruyamment et avec toute sa fierté, il venait de tuer un homme… Genesis le voyait, Tidus… Il n’était plus à la place du corps, cette fois-ci. Il brandit alors un bouclier et chargea maladroitement. Le vieil homme bloqua le bouclier de sa lame et leva la main vers les cieux…

    Du sol, surgirent des milliers d’arme, des keyblades, comme celles de Sora… Et bien que Genesis n’eut aucune idée de qui était Sora, c’était ce qu’il pensait dans le corps de Dingo. Les milliers de keyblade le prirent dans leur valse et s’écrasèrent toutes, une par une, à une vitesse à peine imaginable… Aucune ne le tuait, toutes lui insufflaient une torture… Genesis ne souhaitait plus qu’une chose… Mourir…

    C’était fini… Il venait de perdre deux amis en quelques secondes à peine… C’était hors de question de laisser cela impuni… Tidus gisait sur le sol, le visage déformé par la douleur… Dingo gisait sur le sol… Lui… Il n’avait même plus de visage, tout était broyé… C’en était trop pour le guerrier légendaire. Il s’élança vers Noctea et frappa de sa masamune, un échange d’épées fut fait dans un vacarme assourdissant. En bon tacticien, Genesis comprit qu’au corps à corps, il avait une chance de l’emporter contre ce titan mais qu’en combat à distance, ce serait fini… Et brusquement sous cette pensée, une explosion de flammes, tel une mine, un geyser aux pieds des deux guerriers. Sephiroth sentait la brulure lente et cruelle des flammes tandis qu’un sourire sadique l’observait… Genesis ne souhaitait plus qu’une chose… Mourir…

    Mais il était vivant… Son corps tout entier était calciné mais il lui restait quelques derniers soupirs. Chacune de ses respirations s’amenuisaient et lui causait une grande souffrance…


    « La lumière… Ca ne te réussit pas, tu sais… Cela ne serait jamais arrivé si vous n’aviez pas tenté de verrouiller ce monde… Nous avons décidé, Konstantine Angel, Le Modéré et moi, qu’il nous irait parfaitement. Cette ville appartient à la Coalition Noire… »



    C’était donc cela que cela avait commencé, par un évènement tragique… Genesis se trouvait alors dans une maison éclairée par une faible bougie qui laissait apercevoir six personnes… Tous, dont quatre enfants et une femme… Tous tremblaient de peur et de froid…

    La porte de ce taudis s’ouvrit alors violemment, laissant entrer la lumière… Une ombre se dessinait, cachant le soleil… L’homme de la maison dont l’existence était partagée avec Genesis se leva d’un bond et tenta de frapper cette ombre, cet homme. Mais il fut décapité vivement en s’approchant par une épée… A nouveau, la douleur fut immense, instantanée mais immense… Il dut alors subir la mort encore quatre fois, pour chacun des habitants… Il n’en restait plus qu’un et alors qu’il s’attendait déjà à mourir transpercer par les ombres que contrôlait cet homme…

    Genesis s’approchait du dernier survivant… Il se sentait puissant, certes vêtu autrement qu’en ses habitudes, avec un visage plus sombre. Il était là, Le Modéré Noir… La petite fille pleurait… Et sans pitié, il brandit son arme… Elle ne pouvait rien contre lui, elle ne pourrait jamais rien contre lui…

    Il n’y eut plus rien… Genesis ne se réveilla pas à l’intérieur d’un autre homme, d’une autre femme, d’un autre meurtrier… Il ne se réveillait pas… Il était plongé dans un blanc total…

    Combien de fois était-il mort… Six fois, peut-être plus… Combien de fois avait-il souhaité mourir… Comment pouvait-il envisager de vivre une telle horreur lors de cette épreuve… Après tout, qu’avait-il à faire de ces arts… S’il pouvait choisir, il opterait pour redevenir un monstre et ne plus devoir supporter ces atrocités…

    Quelle Tragédie…

    … C’était là une bien triste fin, le sang se répandait sur les rideaux, le crime affublait maintenant la conscience des acteurs. Il avait vécu cette Tragédie… Il était acteur d’un destin tragique… Il était l’homme qui subsiste au-delà de la mort dans une morale tragique…

    La Tragédie n’est pas une mauvaise fin… La Tragédie n’est autre que la fin de toute chose, que le dénouement de tout destin… La Tragédie n’est autre que le destin…



    « C’est fini… Je suis fin prêt… »

    Le rêve prit fin… Il se réveilla sur les pavés de cette cité… Il était témoin de la cause à cela.

    « Que l’on me donne mon du… Que l’on pleure ou que l’on chante à mon passage… Que l’on me craigne telle la maladie ou qu’on m’admire. Je suis la Tragédie. Je cesse à tout jamais de porter le masque que je me suis forgé durant ma vie pour m’adonner à un tout nouveau masque. Que l’on me donne celui de la Tragédie… »

    Et dans le même déchirement, le ciel laissa s’échapper de sa voute un don du ciel, un don de Melpomène. Un objet si pur et si triste. Ce dernier flotta jusqu’à ce que Genesis puisse l’atteindre. Il s’en empara ainsi et sans gêne. Il était le digne successeur d’un art… A l’heure actuelle, le plus puissant des Consuls.




Dernière édition par Genesis Rhapsodos le Ven 22 Avr 2011 - 17:27, édité 1 fois
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
210/350  (210/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 23 Aoû 2010 - 1:07
Je vais donc noter l'acte qu'un fil de muse aspire le plus à accomplir. Etant donné l'importance de cette quête, elle sera notée comme une mission experte. On va commencer par les plus flagrant qui est la longueur. Bien sûr elle est plus que convenable comme à tes habitudes. Ton style d'écriture est toujours aussi plaisant et rapide à lire. L'introduction avec la réunion m'a assez plus, tu passes en revue la personnalité des Consuls. Souffrir et endurer plusieurs fois la mort était original comme idée pour le fils de Melpomène. Je ne saurai faire plus long alors je te félicite pour être le premier à avoir son artefact en devenant ainsi, le plus puissant des Consuls.

63 points d'expérience + 635 munnies + 3 PS en Défense + 2 PS en Psychisme + 1 PS bonus en Psychisme également (Premier PS bonus que je donne)
messages
membres