Derniers sujets
» Essai en laboratoire
par Cypher Aujourd'hui à 16:24

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Aujourd'hui à 14:32

» Jet The Hawk! Storm The Albatross! Wave The Swallow! We're the Babylon Rogues!
par The Babylon Rogues Aujourd'hui à 13:59

» La Shin-Ra del Sol
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 10:30

» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Cesse aux abordages.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 236
Age : 24
Localisation : Regarde autour de toi, quand tu es dans la tristesse... Et incrédule, tu verras que tu n'es pas seul à ne pas se combler dans la joie...
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
145/500  (145/500)
Mer 18 Aoû 2010 - 21:51
Il n’est que bagatelle de se poser tant de questions… Vous savez… C’est la vie qui y répond.

    Un service pour un autre… Natsu avait aidé Yojimbo à gagner beaucoup d’argent. Et bien que cela n’ait pas été voulu, c’était un service précieux rendu. Certes, le Démon Tranchant avait quitté le champ de combat et le Manoir d’un blanc immaculé avec une honte et une déception conséquente et si Makoto n’avait pas été là pour tenter de le consoler, il n’en serait plus à effectuer des missions pour le compte de Montblanc.

    Mais il ne voulait guère penser à cet épisode. Il tentait juste de se persuader qu’il ne s’agissait là que de l’interlude à un destin plus miséricordieux. Natsu Dragneel était un jeune homme bien impétueux, ne craignant ni le froid, ni la lame. Mais il semblait tel un légume au moment même ou il embarquait sur un moyen de locomotion.

    Montblanc fut bien cruel de lui donner une mission de cette envergure. Enfin, de l’avis de la plupart des mercenaires, leur chef n’avait pas de temps à perdre à s’intéresser aux faiblesses et phobies de ses membres. Du point de vue de Yojimbo, qui fut l’un des premiers mercenaires de la firme du Centurio, c’était une petite manière de se venger de sa part. Une façon de tester un client.

    Le Démon Tranchant eut pitié du gringalet qui agonisait déjà à l’idée d’une telle mission, aussi se dévouait-il pour en prendre gage bien que cela ne lui plaisait guère. Yojimbo avait une méfiance de vieil homme envers les appareils trop technologiques. Un ordinateur pour lui était une piètre occupation et même s’il l’eut voulu, il n’aurait jamais pu maîtriser un tel engin.

    Pour ce qui était de machine de guerre, il se trouvait subitement plus agile, étant doté d’une dextérité exceptionnelle, il savait fort bien s’adapter mais son amour n’en restait qu’aussi peu présent.

    La mission était tout de même difficile, il devait embarquer dans un vaisseau et annihiler un vaisseau pirate de grande taille qui empêchait le transport Shin-Ra entre plusieurs mondes. Il prit alors une décision capitale… Alors qu’il était toujours dans la taverne, à sa table favorite, à l’extrémité de la salle, devant le feu. Il s’adressa alors à Daigoro qui leva péniblement la gueule.


    « Mon ami, l’espace n’est pas un endroit pour les chiens. Je veux donc que tu… Ne… Daigoro… Ne me regarde pas avec ces yeux là… Arrête de faire l’enfant, Daigoro… Je… Non… Je me fiche de ton avis. Ah, tu veux quand même venir ? Je vais te dire… Si je n’étais pas obligé de te garder à mes côtés, je te laisserais bien y aller tout seul, dans l’espace. Je voudrais voir comment tu te débrouillerais. »

    Ainsi Yojimbo clôtura le sujet, n’ayant pas envie d’entrer en dispute avec son compagnon canin.

    « Montblanc. Pourrais-tu garder Daigoro jusqu’à ce que je revienne ? Je te remercie. »

    Un petit geste vers Daigoro pour lui montrer ce qui l’attendait s’il osait le suivre… Et il se mit en route vers le centre de transport de la Shin-Ra. Il ne lui fallut qu’une dizaine de minutes pour arriver là bas, maintenant qu’il connaissait la ville plus ou moins.

    « Salutations. Je viens au nom des Mercenaires… Vous avez quémandé nos services, n’est-il pas ? »

    Le responsable de l’établissement ne répondit pas tout de suite, comme effrayé par l’apparence du samouraï…

    « Apparemment, je me suis trompé. Quel dommage… »

    Habile façon de ne pas faire cette mission d’infortune.

    « Euh, si, si. Vous êtes là pour abattre le vaisseau pirate ? »

    « Oui, pressons s’il vous plait. »

    Le responsable fit signe à Yojimbo de le suivre et l’emmena au garage. Il l’amena directement au vaisseau en question.

    « Alors, vous avez déjà piloté ? »

    « Oui… »

    « Euh… D’accord. Bonne chance. Ah, j’allais oublier, n’utilisez surtout pas le lance-roquette intégré, il n’est pas opérationnel. »

    « Bien évidemment. »



    Assis dans le vaisseau, il inspecta quelques secondes les commandes… N’ayant jamais piloté de sa vie, il allait bien devoir improviser et était bien trop exaspéré par la mission pour aller quérir des explications et un tutorial assommant…

    « J’aurais du amener Daigoro… »

    « Je vous demande pardon ? »

    Il fut surpris par la présence du responsable qui n’était pas loin, il laissa échapper un grognement et parla d’une voix assurée.

    « C’est un modèle que je connais bien, disais-je. »

    Plus une seconde à perdre au risque de perdre de sa crédibilité, il leva une manivelle, au hasard. La vitre du vaisseau se referma, coupant Yojimbo du monde extérieur.

    « Je suis plutôt doué… »

    Il appuya sur une des pédales mais rien ne se produisit, il récidiva mais sans succès.

    « Fichtre… Je n’y comprends rien… Démarre, diantre… » [/color]

    L’écran devant lui, occupant la moitié du tableau de bord s’alluma alors, dévoilant un écran bleu tactile, montrant plusieurs options.

    « Bienvenue, quelle sera votre mode de transport ? »

    « Hum… Qui êtes-vous ? »

    L’ordinateur ne répondit pas, il ne devait pas être habitué à ce genre de questions légèrement indiscrètes.

    « Bienvenue, quelle sera votre mode de transport ? »

    « Hum… Emmenez-moi donc à la menace pirate dans l’espace. »

    « Voulez-vous activer la conduite automatique. »

    « Ma foi, pourquoi pas ? »

    Le vaisseau démarra alors, perturbant quelque peu Yojimbo. De lui-même, il quitta l’aéroport et s’engagea dans l’espace en quelques secondes à peine. Il lui fallut un léger temps d’adaptation mais le samouraï finit par s’habituer à son décor. Il n’avait pas besoin de toucher aux manivelles ou au manche de contrôle.

    « Et bien, je n’imaginais pas que c’était aussi facile. J’aurais pu emmener Daigoro, en fait. Mais il m’aurait plus gêné qu’autre chose. Ses aboiements sont sans cesse inopportuns et m’empêchent de me concentrer. »

    « Veuillez mettre votre ceinture. »

    « Oh… Mes excuses. »

    Il s’exécuta et en se tournant pour aller chercher sa ceinture, il vit par delà la vitre du vaisseau un immense bateau volant dans l’espace s’approcher. Sa figure de proue était une immense tête de mort. Il se retourna vivement vers l’écran et parut comme embarrassé.

    « Mademoiselle, à tribord, l’ennemi approche, ne serait-il pas propice d’ouvrir le feu ? »

    « Veuillez mettre votre ceinture. »

    « Bien entendu mais il serait bien de vous exécuter. »

    « Veuillez mettre votre ceint…

    C’était trop, Yojimbo sortit un Kozuka de par delà son armure et transperça l’écran bleu avant qu’elle ne puisse achever sa phrase. Le vaisseau pirate n’était plus qu’à une centaine de mètres. Il appuya alors sur l’une des pédales, ce qui eut comme effet de propulser le vaisseau en avant, sortant de la trajectoire du bateau.

    Il entendit alors, par-delà les vitres blindées du vaisseau, des bruits sourds multi-récidivés, tel une rafale de tir. Il fixa le rétroviseur de droite et aperçut une centaine d’obus s’approcher à toute vitesse. Il appuya sur la pédale pour se projeter et vira à tribord directement, pour se diriger vers le vaisseau. Pour se diriger, c’était un simple volant, relativement simple. Il se saisit du manche entre ses jambes et le fit pivoter. Le vaisseau se mit alors à se déplacer mais latéralement, de tribord à bâbord, permettant à Yojimbo d’éviter les salves et de tirer simultanément. Il appuya une fois sur le bouton situé au sommet du manche ayant l’effet voulu, lançant un mini-missile. Il ouvrit alors le feu sur le vaisseau pirate, visant les mats du vaisseau.

    L’un après l’autre, il les fit abattre de ses salves de tir, tandis qu’il esquivait habilement les obus lancés par des canons se trouvant tout au long du pont ainsi que derrière des meurtrières de la coque.
    Sans les mats, il ne pourrait plus avancer.


    « … Est-ce une blague ou sa vitesse n’a pas changé d’un iota ? »

    Les mats et les voiles ne devaient être là que pour l’esthétisme de la machine. Il ne devait par contre pas en être de même pour le gouvernail. Il cessa alors son déplacement latéral et mit la navette en vitesse supérieure pendant le temps de faire le tour du bateau, pour exploiter des éventuelles faiblesses.

    « Rien… »

    Il ne savait que faire de ce vaisseau si petit face à ce monstre qui ne cessait le feu. Une salve eut alors presque raison de lui, frappant violemment et de front le vaisseau. Et bien que vainement, Yojimbo se fit une raison en tirant en rafale sur les canons. Il les détruisait mais ils revenaient encore et toujours. C’était une machine indestructible…

    Néanmoins, tandis qu’il fit une nouvelle fois le tour du bateau, il stoppa le vaisseau devant le crane qui faisait office de figure de proue. Dans sa position, les canons ne pouvaient l’atteindre. C’est alors que le crane ouvrit sa bouche squelettique, dévoilant un trou béant. Quelques secondes de latence se firent attendre alors que brusquement, un énorme laser sortit de la bouche du navire, droit sur le vaisseau de Yojimbo. Mais de son calme olympien, il eut le réflexe d’appuyer sur la pédale de propulsion, sortant de la ligne de mire du laser.


    « C’est donc là l’unique moyen de le détruire… »

    Raisonnement qui pouvait sembler logique mais qui en devenait absurde tandis que la bouche se ferma, à peine une seconde après avoir tiré le laser… Il décida tout de même de tenter le coup, il refit un tour complet de la navette pour se retrouver en face du crane mais cette fois, il était bien au-dessus du crane. D’après les souvenirs de Yojimbo, c’était là que s’arrêtait le rayon du laser mais il était à présent à portée de tir des canons. Sachant que le laser serait projeté pendant trois secondes, cela lui donnait trois secondes pour survivre aux tirs des canons qu’il ne pourrait plus éviter au risque de ne pas pouvoir entrer dans la bouche. Et sachant que la bouche se ferme une seconde après le laser, ça lui laissait une marge médiocre de quatre secondes pour agir.

    Le crane ouvrit une deuxième fois sa bouche, pensant sûrement toucher Yojimbo. Ce dernier accéléra alors, se dirigeant à vive allure vers le sommet du crane, c'est-à-dire, bien trop haut. Le laser se fit entendre par un bruissement strident. Il avait bien calculé sa trajectoire, passant à quelques mètres à peine au-dessus du laser. Les obus, eux, allaient l’atteindre en multitude, cela suffirait à détruire le vaisseau. Il fit alors, par instinct, tourner son volant à 360 °, ce dernier fit une virevolte, évitant comme par miracle tous les obus. A l’instant même après ou il accomplit l’exploit, il piqua vers l’entrée de la bouche tandis que le laser se taisait et y pénétra avec succès.

    L’intérieur était vide, sinon doté, en son fond d’un immense complexe de machine. Yojimbo posa un regard sur le tableau de bord et aperçut avec envie un gros bouton rouge.


    « Avec cette fortune qui accompagne chacun de mes exploits, il est évident que ça marchera ! »

    Il appuya alors sur le bouton en question. Le ventre du vaisseau de Yojimbo s’ouvrit alors et lâcha des centaines de roquettes, faisant en quelques secondes à peine, tout exploser. Le bretteur s’échappa alors de son véhicule de par une des premières brèches et s’éloigna de toute vitesse du bateau pirate.

    L’explosion fut spectaculaire mais épargna Yojimbo, comme si le destin voulait le voir triompher de tous ses soucis du jour. Il laissa échapper un léger rire de triomphe, arrêté par le vrombissement brusque du vaisseau qui hoqueta, laissant échapper de la fumée.

    Il mit alors la vitesse maximale du vaisseau, appuyant également sur la pédale de propulsion. L’effet fut fulgurant, envoyant telle une fusée le vaisseau vers le monde du Port Royal. En quelques secondes à peine, il fut à proximité de la voute céleste, tandis que des débris s’arrachaient du vaisseau qui n’était plus qu’une épave. Finalement, la chance refit son apparition ou du moins, elle daigna de sauver Le samouraï, envoyant le vaisseau s’écraser dans la mer, sur les côtes du Port Royal. Il s’en échappa, nageant tant bien que mal avec sa lourde armure. Il regagna avec difficulté le Port Royal et arrivé, prit directement le chemin vers l’aéroport…


    « Que… Ou est le vaisseau ?! »

    « C'est-à-dire qu’il y a eu un petit accident… »

    « Vous n’avez tout de même pas utilisé le lance-roquette ?! »

    C’était donc ça…

    « Du tout, du tout. C’est que ce vaisseau pirate était sacrément coriace voyez-vous, il m’a fallu le subjuguer de mes tirs précis mais heureusement, il ne vous fera plus jamais obstacle. »

    « … Mouais. »

    « Et j’ai eu un problème de disfonctionnement intégral entre le processus alpha de l’embrayage latéral de gauche. L’irradiation de la machine a provoqué un court circuit que je qualifierais de désastreux, neutralisant la machine et le pilotage automatique. »

    « Euh… Ah ! Je vois… Donc c’est de la faute des mécanos. »

    [i]Le responsable n’avait l’air d’avoir compris un mot de tout ce charabia improvisé mais de peur de paraître compétent, il semblait faire profil bas… Yojimbo le quitta donc pour se diriger vers le Centurio, faisant un détour vers sa chambre d’hôtel pour se changer.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur Légendaire.
Masculin
Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 07/12/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
35/350  (35/350)
Mar 24 Aoû 2010 - 21:22
J'ai aimé.

40 XP + 380 Munnies + 4 PS en Dextérité.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cout de la vie ne cesse d'augmenter...
» « Joue, et ne cesse jamais de te battre pour ce que tu désires. »
» Qui s'explique, s'excuse, et qui s'excuse s'accuse. | Élodie de Froulay
» Faut vraiment que çà cesse!
» Déces de Mahmoud Darwich